toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Autodéfense: les français se ruent vers les armes à feu


Autodéfense: les français se ruent vers les armes à feu

Face à la vague d’attentats, des Français cherchent à s’armer. Comme disait un certain Zev Jabotinsky aux jeunesses juives avant 1929 ‟apprends à tirer” sous entendu « avant de te faire descendre ». Il semble que son conseil soit d’actualité en 2016.

La Chambre syndicale des armuriers et la Fédération française de tir enregistrent une augmentation du nombre de tireurs licenciés en France, qu’elles estiment à 200 000 aujourd’hui, contre 150 000 il y a deux ans. Les 1 600 clubs de tir en France font même face à un phénomène nouveau de saturation. Et, même si le gestionnaire des inscriptions de la FFTir nous rappelle à toutes fins utiles qu’il s’agit de « tir sportif », Yves Gollety, qui préside la Chambre syndicale des armuriers, assure qu’« une part des tireurs acquiert la licence afin de pouvoir détenir légalement une arme chez soi ».

Les armuriers sont débordés

Dans un pays où la culture des armes n’existe pas, les armureries ont rarement connu pareille fréquentation. « Depuis Charlie Hebdo, les gens s’inquiètent. Les armuriers reçoivent beaucoup d’appels de personnes qui veulent savoir quelles armes ils peuvent se procurer », détaille Yves Gollety, normalement habitué à ne voir que les chasseurs pousser la porte de son commerce, près de la Bourse à Paris.
L’augmentation des ventes chez les armuriers concerne surtout les armes non létales d’autodéfense, accessibles à tous les particuliers. L’armurerie de la Bourse, dans le 2e arrondissement de Paris, et l’armurerie Alex, dans le 8e, ont ainsi doublé leurs ventes de bombes lacrymogènes et de pistolets en caoutchouc lors des jours qui ont suivi chaque attentat.
L’attentat de Nice le 14 juillet, perpétré par Mohamed Lahouaiej Bouhlel au moyen d’un camion de 19 tonnes, a fait exploser le nombre d’inscriptions dans les salles de tir dans le sud de la France.

Depuis 2013, les armes sont classées en 4 catégories en fonction de leur dangerosité. La dangerosité d’une arme à feu s’apprécie en fonction des modalités de répétition du tir et du nombre de coups tirés. À chaque catégorie correspond un régime administratif d’acquisition et de détention. Les armes de catégorie A, considérées comme les plus dangereuses et parmi lesquelles figure notamment la kalachnikov, sont interdites.
Les catégories B, C et D, regroupant principalement les pistolets et les fusils, sont respectivement soumises au régime d’autorisation et de déclaration. Les armes de catégorie B nécessitent une autorisation spécifique du ministère de l’Intérieur, sans quoi elles sont inaccessibles aux particuliers, tandis que les armes de catégorie C et D requièrent l’obtention d’une licence de tir agréée par le ministère des Sports ou d’un permis de chasse. Dans tous les cas, le demandeur doit justifier d’un besoin réel pour acquérir et détenir une de ces armes.
Selon le site de l’Union française des amateurs d’armes (UFA), la France compterait légalement 762 331 armes soumises à autorisation (actuelle catégorie B) et 2 039 726 armes soumises à déclaration (actuelles catégories C et D). Un nombre important qui ne prend en compte que les armes détenues à titre civil, et s’explique par l’importance de la chasse en France. L’État recense 1,2 million de chasseurs en 2016, soit le contingent le plus important d’Europe, derrière l’Allemagne et la Finlande.

Obtenir une arme en France


Source: le point





Journaliste pigiste Franco-israelien, titulaire d'un master d'histoire du Moyen-Orient à l'université de Jérusalem



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Autodéfense: les français se ruent vers les armes à feu

    1. alauda

      A propos d’armes, qu’est devenu Henri Tachan, celui qui se moquait du « coït des frustrés » en 1974 ? Il ne doit plus bander beaucoup à 76 ans ! Tout a une fin, petit mec, y compris pour les prêcheurs de pacifisme éclairé qui contestaient aux chasseurs comme aux militaires jusqu’à leur utilité sociale.

      Faut se souvenir de ça : « Pour le chasseur français y avait le perdreau boche »… Cette chanson, une des plus connes du répertoire français en matière d’amalgames ridicules et mensongers est rattrapée par le vent violent du retour de bâton.

    2. anna

      Sachant que pour ceux qui n’ont pas le diplome de licence de tir n’ont pas le droit de porter une arme dans la rue,et les armes style gomme cogne n’ont qu’un tir ou deux (balles en caoutchouc)…

      Concernant les bombes lacrymogènes,seul le petit format est autorisé au port…

      autant dire que si on suit la loi on a peu de chances de s’en tirer…encore faut il savoir utiliser ces armes d’auto défense…

      c’est au gouvernement de se montrer sévère et juste en combattant le terrorisme non pas dans les pays orientaux mais dans leur pays!

      les pays orientaux n’ont qu’à se débrouiller , ils sont grands pour combattre le terrorisme chez eux…

    3. Ratfucker

      @anna: la licence de tir ne donne que le droit de demander une autorisation de DETENTION, le port d’arme n’étant accordé qu’aux professionnels (policiers, militaires, convoyeurs de fonds). Un tireur sportif doit garder ses armes dans une armoire forte, et ne peut les transporter vers le stand d’entraînement que hors d’état de servir (avec un cadenas, ou en 2 parties, non chargées et les munitions à part). Pour sauver sa peau, il faut donc se mettre hors la loi, d’ailleurs le terme « légitime défense » est un gros mot pour les magistrats.Je vous rassure pour la population: le ministère de l’intérieur évalue le nombre d’armes à feu non déclarées en France à 10-15 millions. Quand les forces de l’ordre seront débordées, les fusils sortiront du grenier – et les policiers eux-mêmes risquent de prendre les choses en mains à titre privé.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap