toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Magnanville : Marc Trévidic : «Le djihadiste Larossi Abballa, c’est moi qui l’ai mis en examen»


Magnanville : Marc Trévidic : «Le djihadiste Larossi Abballa, c’est moi qui l’ai mis en examen»

Ancien vice-président chargé de l’instruction au pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris, le juge Trévidic revient sur le profil du tueur du couple de policiers des Yvelines.

Larossi a été condamné en 2013 dans le cadre d’un dossier sur les filières pakistanaises.

Vous souvenez-vous de lui ?

Marc TRÉVIDIC. – Le djihadiste Larossi Abballa, c’est moi qui l’ai interrogé et mis en examen. Je me souviens très bien de ce dossier: un groupe de six hommes, dont deux au moins étaient partis au Pakistan. Abballa Larossi était resté en France. Nous étions deux juges à instruire.

Sur quels faits?

Ses comparses étaient allés à Lahore pour rencontrer l’un des pontes locaux d’al-Qaida. Curieusement, le chef du réseau était un Indien. Ils ont été arrêtés juste après leur arrivée, puis renvoyés chez nous. Larossi Abballa avait un rôle perçu comme mineur alors. Mais visiblement, ces personnages n’ont pas besoin de cinq à six ans pour devenir des fous furieux.

«À l’époque, à part ses mauvaises fréquentations et quelques joggings pour entretenir sa forme, il n’y avait pas grand-chose à lui reprocher sur le plan des poursuites pénales»

Comment était-il?

Un bonhomme comme il en pullule dans les dossiers islamistes, imprévisible, dissimulateur. Il voulait faire le djihad, c’est certain. Il s’était entraîné en France non pas militairement, mais physiquement. Mais concrètement, à l’époque, à part ses mauvaises fréquentations et quelques joggings pour entretenir sa forme, il n’y avait pas grand-chose à lui reprocher au strict plan des poursuites pénales. Ses comparses les plus impliqués dans le réseau s’étaient évertués à le dédouaner. Et comme il était resté sagement en France…

Il est sorti après trois ans de détention. N’y a-t-il pas un problème de faiblesse de la justice correctionnelle?

Pour ce qui le concerne, ce n’est pas évident, car les charges étaient ténues. Je l’ai quand même placé en détention préventive. Mais pour d’autres profils des filières djihadistes, il est indéniable que les peines en correctionnelle sont trop faibles. Dix ans maximum et souvent beaucoup moins, ce n’est plus adapté.

Larossi Abballa

Jean-Marc Leclerc

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Magnanville : Marc Trévidic : «Le djihadiste Larossi Abballa, c’est moi qui l’ai mis en examen»

    1. Courage

      MR TREVEDIC semble très fier de cette instruction et cette inculpation qui n ont servies a rien, souhaite il une médaille ?
      Désolée de vous le dire mais la justice Française ne sait pas et ne saura jamais mener de front ce terrorisme grandissant pour 2 raisons la peur et le chantage que pratiquent tous ces pays arabes prônant et revendiquant toutes ces horribles catastrophes.
      Mais combien vous paient ils ces pays arabes pour rester dans l aveuglement et le silence ?
      Cessez d accorder du crédit au musulmans a l Islam.
      La classe politique de droite ou de gauche se doit de protéger son pays et ses citoyens ce qui n est plus le cas aujourd’hui, c est donc les citoyens qui vont finir par s en charger.

    2. Jacques B.

      Trividic n’est certainement pas le magistrat le plus laxiste de ce pays, de loin.

      Mais :
      – c’est un technicien du droit, et en tant que tel il se « contente » d’appliquer les textes existants
      – il est comme beaucoup de Français imprégné d’une culture très bisounours, qui est aux antipodes d’imaginer à quel point l’islam et les valeurs anti-humaines que véhicule ce système politico-religieux sont éloignés de nos valeurs et de notre culture.
      Un stage en immersion dans le monde musulman ferait le plus grand bien à ce genre de personnages, ainsi qu’aux politiciens, ça les réveillerait, et ils prendraient conscience de la dangerosité non pas seulement d’un certain nombre d’individus, mais de cette soit-disant religion, l’islam.
      Il faut absolument changer de logiciel, et d’urgence, si nous voulons avoir une petite chance de nous en sortir sans trop de dégâts. Je dis bien sans trop de dégâts, parce que des dégâts, il va y en avoir de toute façon ! le mois qui vient (ramadan) pourrait bien être crucial.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap