toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Burundi: trafic de jeunes filles vers les pays du Golfe


Burundi: trafic de jeunes filles vers les pays du Golfe

Plusieurs associations burundaises dénoncent un trafic de jeunes filles vers des pays du Golfe. Le phénomène concernerait des centaines de Burundaises. L’affaire fait débat depuis des jours dans le pays.

Le procédé est toujours le même : des jeunes filles à qui l’on propose d’aller travailler à Oman ou en Arabie saoudite se retrouvent, une fois arrivées dans ces pays, complètement démunies, travaillant jour et nuit et parfois exploitées sexuellement.

Plusieurs membres de la société civile burundaise assurent avoir reçu des témoignages. Ils racontent que les jeunes filles sont recrutées dans les régions les plus pauvres du pays. Lorsqu’elles sont encore mineures, leur âge est modifié sur leurs papiers. Des documents qu’elles ne reçoivent d’ailleurs qu’au tout dernier moment, à l’entrée de l’aéroport. On leur demande alors de changer de nom, pour prendre des noms musulmans.

La société civile accuse le pouvoir de fermer les yeux

La société civile accuse le pouvoir de fermer les yeux, et certains vont même plus loin et assurent que le parti au pouvoir et certains responsables tirent profit de ce trafic.

« J’ai été en contact avec d’anciens trafiquants de ces jeunes filles qui m’ont confié que chaque fille, envoyée à Oman notamment, est payée 500 francs de la monnaie d’Oman, ce qui revient à environ deux millions de francs burundais. Il y a un enjeu financier évident dans ce trafic pour le pouvoir de Bujumbura », Pacifique Nininahazwé, le président du Focodé. Il indique aussi recevoir« des plaintes de maltraitance des filles qui voudraient retourner au Burundi mais qui ne voient pas comment y retourner. »

La police oppose « le droit de voyager 

C’est faux, répondent les autorités. Lorsque tout est en règle, il n’y a aucune raison de s’opposer à ce qu’une jeune femme voyage et travaille à l’étranger. La police reconnaît qu’elle est intervenue dans certains cas où des mineures étaient sur le point de partir avec de faux papiers, mais elle assure faire le nécessaire, et ajoute que ces cas-là sont très peu nombreux au Burundi.

Pour Pierre Nkurikiyé, porte-parole de la police, la situation est donc largement exagérée et les femmes burundaises ont tout à fait « le droit de voyager comme tout le monde » et se rendre dans les pays du Golfe si elles le souhaitent et si elles disposent des papiers nécessaires. « Il y a des représentations du Burundi dans ces pays qui vérifient aussi ce qui arrive aux ressortissants burundais.

Jusqu’à maintenant, il n’y a pas de rapport de la part de ces représentations qui indique qu’il y aurait eu des traitements inhumains infligés aux Burundaises et Burundais qui se rendent dans ces pays. 

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Burundi: trafic de jeunes filles vers les pays du Golfe

    1. Aline1

      C’est une forme d’esclavage, dégoutante et déshonorante pour les tenants de la LDH.

      Ils sont où ces donneurs de leçons, ces âmes charitables et miséricordieuses ?
      Qui arrivent-ils à délivrer de leur triste sort, à part réussir à faire condamner Israël pour une peccadille ?

      Où sont les militantes pour les femmes – Omniprésentes sur les plateaux à se faire mousser. Elles servent d’autres intérêts et pas des plus louables.

    2. FILOU64THAI

      C’est bizzarre parce que Madame TAUBIRA, cette grande conscience (il est vrai auto proclamée) a toujours persisté à dire que l’esclavage est pratiqué par des blancs.
      Ho ho ? Madame TAUBIRA, vous a -t- on dit que les Arabes pratiquent l’esclavage depuis leur prophète (et bien avant) ?
      Ho ho ? Madame TAUBIRA, vous a -t- on dit qu’ils continuent à pratiquer l’esclavage de nos jours ?
      Avez vous visitée les chantiers du Qatar ?
      Avez vous entendu parler de la traite des femmes Yazidi ?
      Savez vous ce qui se passe au Burundi ?

      Question plus perverse : allez vous faire ou dire quelque chose contre ces atrocités qui se passent actuellement devant vos oreilles bouchées ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *