toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Brexit : Mathieu Bock-Côté « On ne pardonne pas au peuple d’avoir fait un lien entre la souveraineté britannique et l’immigration massive : ce serait un lien interdit. »


Brexit : Mathieu Bock-Côté « On ne pardonne pas au peuple d’avoir fait un lien entre la souveraineté britannique et l’immigration massive : ce serait un lien interdit. »

Le référendum britannique n’a pas donné le résultat escompté par les élites. Elles se demandent dès lors, de plus en plus ouvertement, comment neutraliser son résultat. Une chose est certaine : on se jure qu’on ne se laissera plus prendre : on ne fera plus de référendum.

Le référendum ne serait pas un mode de consultation accordé aux exigences de la démocratie. Il libérerait les passions et pousserait le peuple à s’approprier la question qu’on lui pose, en l’investissant d’une signification autre que celle qui lui est prêtée par le système médiatico-politique. En gros, on reproche au référendum de politiser la politique, de la délivrer de la gangue gestionnaire et juridique.

« Par exemple, on ne pardonne pas au peuple d’avoir fait un lien entre la souveraineté britannique et l’immigration massive : ce serait un lien interdit. »

Évidemment, la disqualification du référendum s’appuie aussi sur une disqualification du peuple : celui-ci ne serait pas habilité à se prononcer sur une question aussi complexe que celle de son appartenance à un cadre politique ou un autre. La question de l’appartenance de la Grande-Bretagne serait trop complexe pour lui. Le peuple ne serait pas rationnel : ce serait un animal étrange, inquiétant, qu’il faudrait domestiquer en l’empêchant de faire trop de mal. Les démagogues joueraient avec ses craintes. Depuis ce matin, on nous explique que les électeurs du Leave étaient insuffisamment éduqués, qu’ils étaient trop vieux, qu’ils n’étaient pas assez modernes. L’électorat du Brexit serait composé de rebuts indésirables au sens commun intoxiqué. La marche de l’histoire ne saurait s’encombrer d’un tel bois mort. (…)

Loading...

Que faire pour se débarrasser du peuple: telle est la question ? En temps normal, on judiciarise la politique : on passe de la souveraineté populaire au gouvernement des juges. On technocratise aussi la vie politique : il faudrait dissoudre la charge politique des enjeux électoraux pour les transformer en questions strictement techniques.

Mais lorsqu’on pose ouvertement la question d’un peuple à un ensemble politique, que faire? Comment faire taire le peuple. La solution prescrite depuis près de 24h, c’est tout simplement de cesser de le consulter. (…)

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Brexit : Mathieu Bock-Côté « On ne pardonne pas au peuple d’avoir fait un lien entre la souveraineté britannique et l’immigration massive : ce serait un lien interdit. »

    1. Grégoire

      Un système totalitaire c’est évidant ,inutile de demander l’avis du peuple l’Europe sait déjà ce qui est bien pour les sans dents.
      Les maîtres chanteurs de mes chicots. ( chanteur de Mexico pardon Luis Mariano!)

    2. ris

      Eh oui que deviendrait la gauche totalitaire si elle consultait le peuple? il ne manquait plus que cela! Il n’y a plus moyen de s’enrichir et de lui imposer des dogmes à la noix pour l »asservir! C’est terrible!

    3. BriscoVega

      J’ai cru comprendre que la majorité vieillissante de Poken ont voté out quand la jeunesse a fortement voté in.
      La méfiance vs l’optimisme
      malheureusement l’obscurantisme et la peur ont (encore) vaincu. Continuons comme ça, on est dans un re-make non de dieu vous voyez pas la suite?????

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *