toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Bangladesh: A Dacca, les jihadistes donnent la chasse aux laïcs


Bangladesh:  A Dacca, les jihadistes donnent la chasse aux laïcs

Depuis trois ans, minorités et militants «athées» sont persécutés par des groupes extrémistes, dont l’Etat islamique et une filiale d’Al-Qaeda.

Pranab Acharya ne peut pas dire où il habite. Même s’il voulait communiquer cette information vitale, il en serait incapable. «Je change de logement tous les mois, voire toutes les semaines», confie cet ancien professeur et écrivain de 33 ans. «J’ai également changé trois fois de numéro de téléphone en trois ans et détruit les anciennes cartes SIM. Mais je sais qu’ils peuvent me suivre à la trace. Je suis persuadé qu’ils ont des liens étroits avec les autorités.»

Cet homme au visage émacié qui accepte de nous rencontrer dans un endroit de confiance de Dacca, la capitale bangladaise, est traqué par les «fondamentalistes» qui l’ont qualifié du titre actuellement le plus dangereux au Bangladesh : nastik(«athée»).

Son nom figure sur la liste des 84 blogueurs et écrivains accusés d’avoir insulté l’islam et le prophète Mahomet.

Loading...

Dix d’entre eux ont déjà été assassinés à la hache depuis trois ans par des groupes islamistes comme Ansarullah Bangla, affilié à Al-Qaeda dans le sous-continent indien (Aqsi). Une guerre qui s’est étendue depuis pour frapper les minorités religieuses ou les homosexuels dans ce qui a été appelé par l’Etat islamique (EI) «la renaissance du jihad au Bengale».

Riposte religieuse

Cette confrontation entre fondamentalistes et militants laïcs débute en 2013, quand ces derniers défilent par milliers sur la place Shahbag, dans le centre de la capitale bangladaise, pour réclamer la condamnation à mort des islamistes reconnus coupables de crimes contre l’humanité pendant la guerre d’indépendance de 1971.

Ils demandent également l’interdiction du Jamaat-e-Islami, le plus influent parti islamiste du pays, auquel appartiennent la plupart de ces criminels. Mais la riposte religieuse est violente : le groupe radical du Hefazat-e-Islam, à la tête de milliers d’écoles coraniques, fait défiler ses troupes d’étudiants dans Dacca et appelle à la mort des «athées». En février 2013, un premier blogueur est assassiné. La guerre est officiellement déclarée.

En septembre, cet affrontement a pris pour la première fois une dimension internationale quand l’EI a revendiqué le meurtre d’un humanitaire italien en plein quartier diplomatique de Dacca. Dans les mois suivants, l’organisation terroriste a signé un attentat lors d’une procession chiite et les meurtres d’un tailleur hindou soupçonné de blasphème ainsi que d’un professeur d’université.

La concurrence de l’horreur semble entraîner Aqsi : le groupe terroriste sunnite a assumé en avril dernier l’assassinat de deux militants de la cause homosexuelle, dont l’un était employé du consulat américain. En mai, quatre personnes étaient tuées et, en juin, trois autres ont été assassinées. Le rythme s’accélère et les cibles choisies se diversifient selon la théorie du chaos appliquée par les groupes jihadistes comme l’EI.

Terreau fertile

«La gouvernance et les services publics font défaut au Bangladesh, et les groupes extrémistes exploitent cette faille,remarque Shafqat Munir, chercheur à l’Institut bangladais d’études sur la paix et la sécurité. Dans certains villages, l’école publique ne peut pas accueillir correctement les enfants. Mais juste à côté, il y a aura une école toute neuve construite par des associations du Moyen-Orient, où tout le monde voudra aller, car elle aura de meilleures infrastructures. Quand vous lisez la littérature extrémiste, elle parle essentiellement de ce genre de problèmes de société.»

Selon cet analyste, il existerait deux ou trois groupes fondamentalistes locaux comptant un peu plus d’un millier de membres au Bangladesh.

Les groupes locaux agissent pour les organisations internationales, et tous deux bénéficient de la publicité.»Le symbole d’un Ben Laden charismatique n’est plus nécessaire pour recruter les jihadistes, qui peuvent convaincre directement, grâce à Internet, les dévots pauvres ou frustrés de se battre. Et la perspective de la naissance d’un «Etat islamique» sert de motivation supplémentaire.«L’Internet a décuplé les capacités des groupes terroristes et c’est une évolution qui doit vraiment nous préoccuper», conclut Shafqat Munir.Le porte-parole de la police n’a pas pu nous dire si un renforcement de la lutte contre la radicalisation en ligne était prévu.

«Les fondamentalistes ont créé une économie au sein de l’économie formelle et comme leurs membres font partie du gouvernement, ils ont également créé un Etat dans l’Etat, analyse Abul Barkat. Grâce à ce pouvoir je ne serais pas surpris si le Jamaat arrivait au pouvoir demain, sous quelque nom que ce soit.»

Learn Hebrew online

En s’attaquant directement au Jamaat-e-Islami en 2013 et en demandant son interdiction, les blogueurs avaient visé juste.

Au prix de leur liberté et de leur vie.

Loading...

Source

Loading...






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Bangladesh: A Dacca, les jihadistes donnent la chasse aux laïcs

    1. michel boissonneault

      c’est de la pure sauvagerie et ils sont fière d’être des bêtes assoiffer de sang au nom de leurs religion satanique qui est l’islam ….je souhaite mes sympathies aux familles des victimes et je souhaite bonne chance a ceux qui veulent moderniser ce pays rempli d’enragé

    2. Aline1

      Au secours ! La tâche semble insurmontable.

      Combien de fondamentalistes dans le Monde ?

      Ne devrions-nous pas finir avec les ingérences et les laisser entre eux.

      Occupons nous de sauver nos pays d’abord. Nous n’arriveront pas à nous mêler de toute la planète qui semble être devenue folle.

    3. jamal

      il ya 3groupe avec+ou-1000p pourquoi ne pas les traduire ts à la justice et dissoudre cet économie quileur vient et installer un régime laique sinon ces fous tôt ou tard vont s’emparer du pouvoir ça sera catastr

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *