toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Témoignage : Une jeune Yazidi raconte l’enfer du viol et des esclaves sexuelles de l’Etat Islamique


Témoignage : Une jeune Yazidi raconte l’enfer du viol et des esclaves sexuelles de l’Etat Islamique

Un entretien télévisé récent, mené en arabe avec une jeune Yazidi, captive sexuelle de l’Etat islamique, a été diffusée le 22 mars 2016 sur DW. La jeune fille était l’invitée du « Shabaab Talk » (La Parole est aux Jeunes) animé par Jaafar Abdul.

→ Les filles Yazidis étaient « vendues » contre quelques paquets de cigarettes.

→ « Ils pouvaient venir et prendre n’importe quelle fille sans lui demander son avis ; si elle refusait, ils étaient en droit de la tuer sur place » – citations de « Birvan » sur Shabaab Talk (La Parole aux Jeunes), émission animée par Jaafar Abdul, le 22 mars 2016.

Loading...

→ « Quiconque entrait dans la chambre et nous trouvait à son goût pouvait dire « allons y » ».

→ « Il y avait 48 miliciens de l’Etat islamique dans la maison et nous étions deux filles, deux filles Yazidis. »

→ « Quel hôpital ? Ils m’ont battue encore plus »

→ « Je m’en moquais d’être rattrapée. S’échapper ou mourir valait mieux que rester là ».

Un entretien télévisé récent, mené en arabe avec une jeune Yazidi, captive sexuelle de l’Etat islamique, a été diffusée le 22 mars 2016 sur DW. La jeune fille était l’invitée du « Shabaab Talk » (La Parole est aux Jeunes) animé par Jaafar Abdul.

La jeune fille qui parlait sous le pseudonyme de Birvan, a été capturée à l’âge de 15 ans et a enduré de longs mois d’esclavage avant de réussir à s’échapper. Elle a aujourd’hui 17 ans. Tout ce qui suit est la synthèse de son entretien télévisé :

Learn Hebrew online

Les Yazidis ont été interceptés par quatre miliciens de l’Etat islamique, alors qu’ils fuyaient par la route leur village déchiré par la guerre près de Tel Affar, en Irak. Les hommes ont juré qu’aucun mal ne leur serait fait. Si les Yazidis acceptaient de coopérer et de répondre à quelques questions, ils pourraient même regagner leur village en paix. Interrogée sur le nombre des fuyards, Birvan a évoqué 95 hommes et leurs familles, – « beaucoup, beaucoup de femmes et d’enfants ».

Peu après, 17 véhicules de l’Etat islamique sont apparus. Ils étaient « remplis d’hommes » qui se sont montrés agressifs et ont ordonné aux Yazidis de se regrouper. Ils ont ensuite séparé les hommes des femmes. Ils ont emmené les hommes au loin, et Birvan s’est retrouvée séparée de son père, de ses frères et de ses oncles. Les femmes et les enfants ont été bouclés dans différents bâtiments.

Les miliciens de l’Etat islamique ont dit qu’ils ne faisaient que conduire les hommes à un autre endroit. Mais dès qu’ils ont été hors de vue, Birvan a entendu d’innombrables coups de feu ; « le bruit de ces détonations ne me quittera jamais ». Plus tard, elle a pu voir le cadavre de son père ; elle n’a jamais revu ses frères et ses oncles, mais elle est persuadée qu’ils ont tous été abattus.

Loading...

Les femmes ont ensuite été transférées dans différents endroits, ne demeurant que quelques jours dans chacun d’eux. Birvan a pu néanmoins demeurer proche de sa mère. Les miliciens de l’Etat islamique venaient régulièrement intimider les femmes, tirant des coups de feu en l’air et hurlant « Allah Akbar » (« Allah est le plus grand »). « Nous étions si terrorisées que nous blottissions les unes contre les autres » dit Birvan.

Birvan ajoute que les hommes de l’Etat islamique ont menacé les femmes : « si l ‘une d’entre vous tente de s’échapper nous la tuerons… Ma mère me tenait toujours près d’elle, terrifiée à l’idée qu’après avoir perdu son mari, ses enfants et ses frères, elle pourrait aussi me perdre ».

Mais le jour de la séparation a fini par sonner ; Birvan et sa mère ont été séparées de force, et les femmes adultes et âgées embarquées pour un autre endroit :

« Le moment le plus dur ce fut quand ma main et celle de ma mère, rivées l’une à l’autre, ont été séparées de force. C’était la chose la plus cruelle, non seulement pour moi, mais pour toutes les filles et aussi les enfants. Ils tuaient toute femme qui tentait de résister, ils auraient tiré sur ma mère sans hésiter ».

Tous les garçons au-dessus de six ans ont été envoyés dans un camp militaire, sans doute pour être convertis à l’islam et devenir des combattants de l’Etat islamique.

Birvan et un groupe de filles et de femmes âgées de 9 à 22 ans ont ensuite déménagé en direction d’un autre lieu de détention, à Mossoul :

« Je me rappelle un homme d’environ 40 ans. Il s’est dirigé vers nous et s’est emparé d’une petite fille âgée de 10 ans. Elle lui a résisté et il l’a battue sévèrement en utilisant des pierres. Il aurait ouvert le feu sur elle si ne l’avait pas suivi. Tout a eu lieu contre sa volonté. »

A Mossoul, Birvan a trouvé 5 000 filles Yazidis mises en esclavage. « Ils pouvaient venir et prendre une fille contre sa volonté ; si elle refusait, ils pouvaient la tuer sur place ».

« Ils avaient l’habitude de venir et d’acheter une fille qui n’avait pas de prix ; je veux dire qu’ils nous disaient, vous les filles Yazidis, vous être sabiya [butin de guerre, esclaves sexuelles], vous êtes vendues sans prix », ce qui signifiait qu’elles n’avaient intrinsèquement aucune valeur et pouvaient être « vendues » ou échangées pour quelques paquets de cigarettes ».

« Un homme pouvait rentrer dans la pièce, si on lui plaisait, il disait simplement « allons-y«  ».

Le tour de Birvan a fini par venir. Un homme lui a dit « viens ». « J’ai refusé et résisté et il m’a battu sauvagement ». Il a payé pour l’achat de Birvan et l’a trainée de force à son domicile, lequel avait appartenu à une famille Yazidi. Pour survivre, elle lui a donné satisfaction.

Quand on lui demande de parler de son maître, elle dit : « il était vraiment immonde, mais vraiment. Si vous l’aviez vu, il n’y avait aucune différence entre lui et un animal. En fait, les animaux ont plus de pitié dans leur cœur que ces [Etat islamique]. »

Quand Jaafar Abdul a cherché à obtenir plus de détails sur sa vie quotidienne, Birvan a multiplié les signes de malaise. Elle a fait une pause, répété le mot « viol » à plusieurs reprises. A un moment elle a lâché : « il y avait 48 soldats de l’Etat islamique dans cette maison et nous étions deux filles – deux filles Yazidis – ». Une manière de dire « faites marcher votre imagination ».

Une fois, ils ont emmené son amie dans une pièce adjacente : « vous ne pouvez pas avoir le début d’une idée de ce qui s’est passé là ! » Elle a entendu son amie hurler son nom et dire « S’il te plait, aide moi, sauve-moi ! »

La seule pensée récurrente qui traversait l’esprit de Birvan était : « Quel mal ces enfants – ou moi-même – avons-nous commis pour mériter ça ?… J’ai perdu mon père et mes frères, et ils m’ont privé de ma mère. Nous étions juste des enfants. Ils prenaient toutes les filles de plus de neuf ans et les violaient ».

Birvan a attenté à ses jours à quatre reprises. Une fois, elle a avalé 150 pilules trouvées dans la maison ; de quel médicament s’agissait-il ? Elle ne l’a jamais su. Elle a souffert d’empoisonnement mais n’en est pas morte. Abdul a demandé s’ils l’avaient emmené à l’hôpital. « Quel hôpital ? Ils m’ont juste battu encore plus ».

Elle a aussi avalé de l’essence et s’est tailladé les veines. « La vie était un cauchemar » a-t-elle dit.

Elle raconte que les femmes Yazidis étaient contraintes de porter des burqas quand elles s’aventuraient dehors et de cacher qui elles étaient. Ils obligeaient aussi les filles à se vêtir légèrement. « Tout devait leur être facile » dit-elle.

Quand on lui demande ce qui rythmait sa vie quotidienne, elle répond : « Chaque jour, je suis morte cent fois et plus. Pas juste une fois par jour. Je mourais à chaque heure qui passait, chaque heure… je mourais des coups, de la misère, de la torture ».

Birvan a fini par organiser son évasion – « elle a été possible parce qu’il m’était indifférent d’être rattrapée. M’échapper ou mourir me convenait mieux que de rester là ».

D’autres Yazidis et d’autres femmes non musulmanes n’ont pas eu la possibilité de s’enfuir et vivent encore sous la coupe de l’Etat islamique. Elles espèrent que nous viendrons les sauver.

Raymond Ibrahim est l’auteur de Crucified Again: Exposing Islam’s New War on Christians (Editions Regnery en cooperation avec le Gatestone Institute, Avril 2013).







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Témoignage : Une jeune Yazidi raconte l’enfer du viol et des esclaves sexuelles de l’Etat Islamique

    1. whitelight

      Abject !!! et l’Occident ferme les yeux ;;; non assistance à personne en danger ;;
      et on nous ressert tous les jours du Muzzzz

    2. c.i.a.

      Le pire, c’est qu’il y a des connes qui rejoins, en toute connaissance de cause cet enfer, pour se  » valeurisées  » et avoires  » l’honneur  » de contribuers à la magnifisance de l’islam!
      Pour elles se faires violées, pare une trentaines de babouins barbares, est un honneur!?!???
      T’en qu’a l’occident, il aurait une solution infaillible, une bombe a neutron, pour leur donner du plomb,(lls sont butés comme des ânes, t’en pis pour eux, les grands maux les grands remèdes!), du plomb dans leur cervelle parasitée pare leur foutu prophète!!!!, PATHÉTIQUES!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    3. Pinhas

      Et ça dit aimer halla ? , ces saloperies de nazis .

      Que tous ces faux croyants islamiques soient foudroyés broyés par l’Eternel .

      L’islam n’est pas religieuse , l’islam est une secte de mort et vermines .

    4. Salmon

      personne ne les sauves
      Les Yazidis sont exterminés , et le monde pense au pauvres musulmans qui ne sont pas aimés par une certaine tranche de la population
      Le pape , les abandonnes, l’onu tappe sur Israel, l’Unesco veut l’extermination du Judaisme
      Où va le monde ? et le monde aime commémorer les génocides

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *