toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Seul Donald Trump peut battre Donald Trump. Par Guy Millière


Seul Donald Trump peut battre Donald Trump. Par Guy Millière

ANALYSE

J’écrivais dès l’été 2015 que la candidature de Donald Trump devait être prise très au sérieux et que Donald Trump irait très loin.

J’ai écrit un peu plus tard que seul Donald Trump pouvait battre Donald Trump. Peu de gens à l’époque pensaient que j’avais raison. L’attitude de la grande presse américaine vis-à-vis de Trump était à l’époque ironique et condescendante.

Pendant des mois, le camp conservateur, lui, n’a pas été ironique et condescendant, mais en colère, insultant, et au bord de la déraison. Il a porté ses espoirs sur Jeb Bush, puis sur Marco Rubio, et enfin sur Ted Cruz. Il s’est livré à des attaques féroces contre un homme qu’il a semblé détester bien davantage que Barack Obama ou Hillary Clinton.

Dans les derniers jours de la campagne des élections primaires, un éditorialiste réputé et en général sérieux, George Will a jeté toute sa bile sur son ordinateur et a déclaré que la tache urgente des conservateurs était de faire battre Trump dans les cinquante Etats que compte le pays, et d’assurer, donc, la victoire de son adversaire. Ted Cruz lui-même, sentant la défaite arriver, a prononcé des paroles immondes contre Donald Trump.

Loading...

Des gauchistes frénétiques et des immigrants illégaux, drapeaux mexicains largement déployés, ont commis des violences et tenté d’empêcher Trump de parler.

L’establishment républicain a réfléchi longtemps à des manœuvres et à des machinations destinées à faire émerger un autre candidat.

Les faits sont là désormais.

Donald Trump a défini et imposé tous les thèmes de la campagne

Donald Trump sera le candidat républicain à l’élection présidentielle. Donald Trump n’a pas battu Donald Trump. Il a éliminé un à un tous ses concurrents.

Il a mené une campagne qui n’a pas de précédents dans l’histoire politique américaine et qui, d’ores et déjà est appelée à marquer l’histoire tout court. Il est venu de l’extérieur du champ politique, et il est parvenu très vite à occuper tout l’espace ou presque. Il a défini et imposé tous les thèmes de la campagne.

Il lui reste maintenant à unifier le parti, ce qui ne sera pas facile. Les conservateurs continuent à le détester et à dire qu’il n’est pas l’un des leurs, ce qui est, pour partie, exact. L’establishment craint que Trump redéfinisse le parti s’il devient trop puisant, et fasse trembler les colonnes du temple.

Learn Hebrew online

Nul ne peut douter que Trump va s’employer maintenant à tenter d’unifier le parti, et que ce sera, d’ici à la convention du mois de juillet, la tache primordiale qu’il se fixera.

Deux points seront importants pour cela : la définition du programme, et le choix du candidat à la vice-présidence.

Trump a énoncé ses positions en politique étrangère : passés quelques mouvements d’humeur, celles-ci sont désormais peu contestées. John Bolton, pour qui j’ai un grand respect, les trouve solides et cohérentes. Je les ai analysées ici dans un précédent article.

Loading...

Il reste à Trump à préciser ses positions en matière économique. Il le fera bientôt.

Le choix d’un candidat à la vice-présidence ne sera pas facile. Il lui faudrait trouver un conservateur accepté tout à la fois par ceux venus des tea parties et par l’establishment, et quelqu’un qui peut faire basculer quelques swing states [Etats qui votent tantôt Démocrate, tantôt Républicain, selon les candidats], indispensables à la victoire.

b46dc4f8-8e8a-4266-affd-b9762c65adc5

Il lui faudra ensuite affronter Hillary Clinton.

Je ne suis pas de ceux qui prédisent une victoire facile de la candidate démocrate. D’une part, celle-ci est une mauvaise candidate, sur qui pèsent de forts soupçons de crime et de corruption, et qui n’est protégée des investigations du FBI que par Obama lui-même. D’autre part, et cela découle, elle n’est pas du tout parvenue à se débarrasser de Bernie Sanders, qui continue à gagner des élections primaires et qui, malgré ses idées extrémistes et marxistes, continue à attirer parce que lui, au moins, semble honnête.

En troisième lieu, je pense que Trump ne renoncera à aucune attaque et à aucun dossier pour faire chuter Hillary Clinton, comme il a fait chuter tous ses adversaires républicains, et j’attends les débats de l’automne avec impatience.

Du côté démocrate, on sent s’installer une anxiété certaine.

J’ai noté voici quelques semaines que Trump avait sept ou huit chances sur dix de l’emporter. Je maintiens mon pronostic.

Pour soutenir Europe Israël financièrement, cliquez ici et choisissez le montant de votre don.

Et je redis : seul Donald Trump peut battre Donald Trump.

La campagne ne fait que commencer.

Comme je m’y attendais, le camp Hillary Clinton commence à utiliser les attaques de conservateurs et de républicains mainstream contre Trump. Des gens tels George Will n’ont pas renoncé, et le mouvement NeverTrump [JamaisTrump] entend toujours, en cet instant, assurer la victoire de Hillary Clinton : ces gens n’ont jamais dit NeverObama, ou NeverHillary. Je les regarde désormais avec circonspection.

La campagne sera rude. Trump est prêt pour une campagne rude.

Il était le seul, du côté républicain, à pouvoir gagner (l’évolution de la société américaine ne permet plus, je pense, l’élection d’un conservateur strict). Il est désormais, par définition le seul du côté républicain à pouvoir gagner.

Je comprends ceux qui avaient d’autres préférences.

L’objectif maintenant doit être de voir ce que signifierait une victoire du camp Hillary Clinton. Une Cour Suprême pour trente ans aux mains de gens de gauche ? Je n’ose y songer. Et il y aurait bien d’autres aspects cataclysmiques potentiels à évoquer.

© Guy Millière pour Dreuz.info





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 13 thoughts on “Seul Donald Trump peut battre Donald Trump. Par Guy Millière

    1. Chris

      Trump dérange, c’est un fait. Et alors ? Dans ce monde pourri, on a besoin de gens comme lui qui en plus, déclare ouvertement son amitié pour Israël.
      En tout cas, j’espère que la gauchiste Clinton sera battue, tout ce qui est de gauche me répugne viscéralement.
      Pour finir, j’apprécie les analyses de Guy Millière, ami des États-Unis et d’Israël, sur Europe-Israël et dans les 4 Vérités.

    2. MisterClairvoyant

      @Salomon. Les minorités ne font pas la majorité, sont un complément pour les majorités. Mais Trump a gagné plusieurs état du Sud, dont la Floride; où les latinos sont très nombreux, mais quand ils sont intégrés, sont plus patriotes et américains que les américains, car sont souvent dans l’armée, la police etc, et n’aiment pas la criminalité des latinos ni des autres communautés. L’intégration dans l’Amérique marche à 90% et en France à 10%.
      Je reconnais qu’il faut que Trump soit plus diplomatique dans ses discours, mais il a 80% des chances d’être élu président, s’il ne gâche pas toutes ses chances, donc, il a de la marge encore, et il a de bons conseilleurs.

    3. HUINENG

      Analyse ZEN : tous les commentaires primaires de ceux qui savent que Hillary Clinton battra Donald Trump me font bien rigoler . Rira bien qui rira le dernier !!

    4. Salmon

      Hic

      H Clinton a été la principale dans l’affaire Benghazzi , où le diplomate américains avait tué alors qu’il avait appeler au secour
      Il y a tous mes sms qu’elle a donner etc ….
      Elle est islamophile ,anti américaine car de gauche et anti Israelienne , pro iran etc …

      alors si Trump peut la mettre chao en élection ce ne sera pas une grande perte pour les USA et le monde
      Sachez que Obama ne veut pas arréter , car il a dit qu’il serait trés prés de Clinton dans sa campagne et aprés

    5. Salmon

      Hic

      c’est vous qui n’avait pas compris mon comm , je vous explique qui est clinton
      tant pis

    6. MisterClairvoyant

      @ HIc. Je pense que si les latinos devaient avoir de la rancune contre Donald Trump, qui a parlé contre les émigrés mexicains etc, ayant la possibilité de voter pour Marc Rubio « un latino » ils ne l’ont pas fait. Cela sera la même chose contre Hillary Clinton, les démocrates ne sont pas la solution, ils ont eu déjà 8 ans et ils finissent le mandat en catastrophe, je ne pense pas que les américains, soient des « masochistes » au point de rallonger pour quatre ans supplémentaires. Même les pires adversaire de Trump, le parti républicain et lui-même, vont dépasser, le temps qu’ils ont était vexés par les critiques de Donald Trump contre établissement, car c’est l’intérêt des républicains et de Trump. Et il va apprendre beaucoup dans une longue période des primaires, puis les élections.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *