toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Ne demandons pas qui provoque ce « jew flight », fuite des Juifs de certains quartiers, ce serait terriblement « phobe »…


Ne demandons pas qui provoque ce « jew flight », fuite des Juifs de certains quartiers, ce serait terriblement « phobe »…

OPINION

Ne demandons pas qui provoque ce « jew flight », ce serait terriblement « phobe » et tomberait probablement sous le coup de plusieurs lois.

C’est une question de cours de la sociologie américaine depuis les années soixante : on a constaté une « white flight » de certains quartiers des villes des États-Unis, sous la pression de nouvelles populations considérées comme hostiles ou dangereuses par les habitants habituels. Un phénomène semblable se passe en France, plus précisément en Île-de-France, pour les juifs, dont la communauté est évaluée, dans notre pays, à un demi-million de personnes.

On relève que de nombreux juifs ont quitté et continuent de quitter les départements de l’Est parisien depuis quelques années. D’après Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’IFOP, repris par de nombreux sites journalistiques ces derniers jours, en quinze ans, la population juive s’est « effondrée », en Seine-Saint-Denis notamment. Les juifs fuient le 9-3. « À Aulnay-sous-Bois, le nombre de familles de confession juive est ainsi passé de 600 à 100, au Blanc-Mesnil de 300 à 100, à Clichy-sous-Bois de 400 à 80 et à La Courneuve de 300 à 80. » Il a recensé et expliqué ce phénomène dans son livre L’an prochain à Jérusalem ?, coécrit avec Sylvain Manternach.

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

Or, précisément, les partants ne s’en vont pas tous à Jérusalem, même si l’aliyah croît : 8.000 départs pour Israël en 2015. Beaucoup choisissent le Royaume-Uni, le Canada ou les États-Unis, de plus nombreux choisissent simplement… Paris ou les départements de l’Ouest parisien. Comme beaucoup d’autres Français gênés par le Grand Remplacement et les inconvénients provoqués par les nouveaux arrivants, les juifs de France participent à la grande fuite vers les beaux quartiers.

Loading...

Ce « Jew flight » a commencé avec la seconde intifada en 2000. Alain Benhamou, 71 ans dont 40 passés à Bondy, explique : « Jusqu’aux années 2000-2005, la ville était agréable… [les] synagogues remplies pour shabbat. » Mais les choses ont aujourd’hui bien changé : « Après un deuxième cambriolage en l’espace de deux mois et demi, qui plus est à caractère antisémite, notre place n’est plus à Bondy. » Et de déplorer« les territoires perdus de la République ».

Au Raincy, à Sarcelles, élus et rabbins constatent un « sentiment d’insécurité », des personnes se trouvant obligées de « cacher leur kippa ou leur étoile de David », et même des actes hostiles, « des femmes et des enfants frappés, des croix gammées sur la porte d’entrée ». Pour fuir cela, beaucoup de juifs migrent vers des coins encore tranquilles et s’y regroupent pour y former des « ghettos » spontanés. La « petite Jérusalem » du moment serait le XVIIe arrondissement de Paris.

Ne demandons pas qui provoque ce « Jew flight », ce serait terriblement « phobe » et tomberait probablement sous le coup de plusieurs lois.

Écrivain





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Ne demandons pas qui provoque ce « jew flight », fuite des Juifs de certains quartiers, ce serait terriblement « phobe »…

    1. Yéochoua

      Difficile de comprendre cet engouement pour le Royaume Uni. Y cherche-t-on la protection du nouveau maire musulman?

    2. Frank Giroux

      Ici à Québec ville, (Canada) je n’ai jamais vu un seul québécois leur faire des misères. Pour Montréal, je sais qu’il y a une plus grande communauté de Juifs, ceux qui portent de grands chapeaux noirs et des boudins (boudins veut dire coiffure avec des ‘’nattes’’enroulées de chaque côté du visage), mais il ne me semble jamais avoir entendu dire qu’un seul aurait été maltraité.

      En fait, au Québec les gens détestent une ou deux choses : les signes religieux ostentatoires (= qui sont trop voyant), la discrétion est de mise et ensuite les personnes qui insistent sans arrêt pour faire ‘’différent’’ des québécois et qui reviennent sans discontinué sur leurs origines –religion-race.

      Je ne crois pas que les québécois soient des gens chicaniers, ils sont plus du genre mouton. Ils ont bien des défauts, mais pas celui d’être des personnes agressantes (en général bien entendu).

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *