toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Ménard : « L’élection d’un maire musulman à Londres est le signe du grand remplacement »


Ménard : « L’élection d’un maire musulman à Londres est le signe du grand remplacement »

Pour saluer à sa manière l’élection du premier maire de Londres d’origine musulmane, Rober Ménard n’a pas hésité à évoquer sur Twitter « le grand remplacement qui serait « en cours » dans les capitales européennes et contre lequel la société occidentale serait incapable de lutter.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Ménard : « L’élection d’un maire musulman à Londres est le signe du grand remplacement »

    1. zanaroff

      il dit un fait. C’est la réalité. Depuis 50 ans, Eurabia est en marche. 2084 c’est aujourd’hui. Les USA se marrent, les russes regardent inquiets, les autres pays sont figés devant l’Europe qui s’écroule, qui chavire, comme un bateau ivre. Fuyez Babylone dit Dieu. Sortez du milieu d’elle mon peuple… il doit y avoir une raison, fuir veut dire sauver sa peau. On n’a qu’à leur laisser l’Europe et demander l’asile politique ailleurs, en Russie, aux USA, en Australie, en Chine, au Japon. Ils seront heureux d’accueillir des bras vaillants, et des talents avec des idées plein la tête… qui veut bien de moi ? je demande l’asile, pour quitter l’Europe. j’applique ce que Dieu me demande. Fuis, fuis, fuis et regarde en haut. j’arrive bientôt pour la délivrance finale.

    2. Carmine

      Mais si on part tous, l’islamisation de l’Europe en sera encore facilitée, comme le dit Boualem Sansal, l’Abistan se constituera d’autant plus vite.
      Nous avons été trahis et abandonnés par nos soi-disant élites, parfois moi aussi je me dis que la situation est désespérée à cause de la démographie mais je ne peux me résoudre à partir et leur laisser le pays et l’Europe entière.
      Tous les jours j’ai l’impression de voir notre civilisation sombrer sous nos yeux, aussi sûrement que le Titanic.
      Pourtant le rapport de force est encore en notre faveur, me semble-t-il, pour combien de temps ?

    3. Jacques

      Carmine, les Européens, français en particulier, ont perdu l’habitude et le goût de se battre, même pour leur liberté.
      C’est ainsi en gros depuis la fin de la première Guerre mondiale : le pacifisme a gagné toutes les couches de la société. En 39/40, certains criaient : « plutôt allemand que mort ! » ; quelques années plus tard, pendant la guerre froide, ils criaient : « plutôt rouge que mort ! ». Aujourd’hui, à l’évidence, beaucoup d’Européens ne sont pas loin de crier : « plutôt musulman que mort ! »
      Aldo Sterone, parmi d’autres, explique comment cela va (ou risque fort) d’arriver : des attentas de plus en plus meurtriers, de plus en plus nombreux, de telle sorte qu’au bout d’un moment, n’importe quel parent aura peur de laisser son enfant partir à l’école le matin, n’étant pas sûr de le revoir vivant. C’est ce qui est arrivé en Algérie dans les années 90… et là, les gens sont tellement démoralisés, tellement terrorisés – c’est le but des massacres terroristes, n’est-ce pas – qu’ils disent, ou plutôt qu’ils implorent à genoux : « tout, mais stoppez les massacres » : alors les islamistes instaurent la charia, et les non-musulmans l’acceptent, soit en se convertissant, soit en devenant des dhimmis, soit éventuellement en abandonnant tout et en fuyant.
      Terrible, mais c’est ce qui nous pend au nez.
      Car parmi les citoyens lucides aujourd’hui en Europe, les plus courageux se battent, essentiellement sur le terrain des idées, dans les médias, souvent à leurs risques et périls (procès pour islamophobie, voire menaces physiques, etc.) ; et ils sont peu nombreux, trop peu nombreux.
      Et un certain nombre des autres se barrent du pays : des Juifs, et des non-Juifs ; ce qui accentue encore le phénomène. Pour les Juifs, je les comprends, connaissant le passé ; pour les non-Juifs, je suis partagé : est-ce du réalisme, ou est-ce du défaitisme (qui facilite la tâche des islamistes) ? Faut-il rester et se battre, même si la situation est désespérée, ou faut-il partir pour sauver sa vie (et celle des siens) ? Sacré dilemme.

    4. LEBLOND

      Il faut surtout ne pas fuir pour le moment, mais se battre dans les urnes pour 2017, ensuite on se battra les armes à la mains comme cela devra se faire pour sauver le pays et nos valeurs.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *