toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« La civilisation arabe est en train de mourir », estime le poète syrien Adonis


« La civilisation arabe est en train de mourir », estime le poète syrien Adonis


Considéré comme l’un des plus grands poètes de langue arabe, le Syrien Adonis fustige la violence dans l’islam, une religion qui, dit-il, s’est imposée par la force et qui se dirige désormais vers sa fin.

Comme toutes les religions monothéistes, l’islam est fondé sur la violence et la guerre, explique Adonis: « Ces violences étaient liées à la tribu et on a continué jusqu’à maintenant. On est toujours dans le commencement ».

La religion est devenue une arme pour garder le pouvoir, dénonce le poète: « Il faut commencer par la séparation de la religion et de l’Etat. L’islam doit se transformer en religion intime et personnelle. En faisant cela, on libère les sociétés ».

« Il faut changer la société et pas seulement le pouvoir »

S’il a cru au Printemps arabe en Egypte en 2011, Adonis n’a jamais cautionné celui qui est apparu en Syrie, car « il est sorti des mosquées ». Il faut, insiste-t-il, changer les sociétés et pas seulement le pouvoir: « Il n’y a jamais eu une seule pétition exigeant officiellement la libération de la femme dans la loi islamique, ni de pétition exigeant la séparation de la religion de l’Etat ».

La civilisation arabe, ajoute l’intellectuel, est confrontée à un problème intérieur: « Nous sommes un peuple qui a des idées passéistes. On ne peut pas régler les problèmes du présent avec les lumières du passé ».

« La civilisation arabe est coincée »

Son constat pour l’avenir est sombre: « on est coincé. On n’a pas de personnalité. On n’a pas d’identité. On n’a pas de culture (…) Nous vivons notre fin, comme les Sumériens, les Babyloniens, les Grecs, les Romains ou les pharaons… La civilisation arabe est en train de mourir ».

Adonis veut toutefois garder espoir: « On ne peut pas être désespéré d’un peuple (…) Un peuple peut arriver un jour à trouver des solutions à ses problèmes ».

 

Biographie
Né en 1930 en Syrie, près de Lattaquié, Ali Ahmed Saïd Esber, de son vrai nom, est scolarisé dans un collège français. A l’âge de 17 ans, il adopte son pseudonyme d’Adonis, inspiré par un personnage de la mythologie grecque. Quitter son nom musulman et chiite, dit-il, représente un accès symbolique à l’universel et à la création.
En 1955, il est condamné à 6 mois de prison en Syrie pour son appartenance au Part nationaliste, un mouvement laïque de gauche. Il décide donc de s’exiler au Liban. La guerre civile le pousse ensuite à se réfugier en France, dans les années 1980. Depuis, il a acquis la nationalité française et demeure un écrivain de référence dans le monde arabe, dont le nom est souvent évoqué pour le prix Nobel.






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “« La civilisation arabe est en train de mourir », estime le poète syrien Adonis

    1. cherk

      c est beau « quitter l islam , un accés symbolique à l universel et à la création, tout est dit … j adore

    2. Abraham BRAMI

      « La civilisation arabe est en train de mourir », estime le poète syrien Adonis

      Mais, son agonie sera longue et causera beaucoup de victimes, de dommages sur les civilisations antérieurs et de dommages corporels à ceux et à celles qui voudront se libérer des dogmes passéistes de « pieux ancêtres ».

      Les intellectuels musulmans qui désirent conduire leurs coreligionnaires vers la vérité et le progrès son immédiatement neutralisés par tous les moyens. Aujourd’hui, l’Occident silencieux assiste, comme hypnotisé, aux manœuvres, du parti islamique en Turquie, détricotant l’état laïc d’Ata Turc, et imposant la figure hideuse de la tyrannie, dénie de démocratie et de liberté aux habitants de ce grand pays !

    3. David 1

      Les civilisations sont mortelles dixit Paul Valéry

      Mais une nation mondiale dont le nombre double tous les quarts de siècle ne meurt pas mais prospère .

      Flanquée d’une religion raciste et homophobe , tournée vers la conquête de territoires donc vers la guerre mondiale où une partie de ses membres survivront et reprendront l’étendard vert et noir de l’alliance du Prophète ,du guerrier et du Mahdi

      Ce tableau de l’avenir n’est pas sympathique du tout et appelle à la mobilisation des citoyens épris de liberté

    4. whitelight

      je crains qu’il ne soit dans l’erreur , la mauvaise graine est impossible à détruire ou mourir !!!
      Seul notre coeur de Jésus peut rétablir cette paix !!!

    5. Frank Giroux

      Avez-vous remarqué que dans les médias en général quand ils parlent des terroristes ils parlent de ‘’l’islam’’ et, quand ils parlent des réfugiés, des envahisseurs et des ‘’bons’’ arabes, ils disent des ‘’musulmans’’ comme si nous les lecteurs étions trop stupides pour voir le piège.

      Je crois profondément que, si les ‘’bons musulmans’’ n’avaient pas donné leur assentiment pour ce que font (et ont fait) les terroristes, les terroristes n’auraient jamais tant proliférer, n’auraient jamais eu les moyens financiers qu’ils ont, n’auraient jamais échappé aux armées régulières.

      L’islam a ceci de particulier qu’il produit chez celui qui s’y intéresse le moindrement une amputation lente et progressive de toutes les facultés intellectuelles et entraîne assurément une débilité partielle ou totale.

      Avez-vous déjà essayé de discuter avec un arabo musulman pour vrai ?

      Essayer de lui demander s’il croit vraiment que 72 filles vierge l’attendent dans leur paradis s’ils meurent ne martyr ? Demander si envoyer ses propres enfants de 9 ou 10 ans (ex. les palestiniens) dans un camp d’été pour qu’il apprenne à se servir d’une arme d’assaut est quelque chose de normal ?
      Je ne crois pas que l’islam se meure, c’est totalement faux, il s’étends et infecte les démocraties lentement mais sûrement.

      J’ajoute ceci, bien que je crois profondément que l’islam et tout ce qui s’y rattache de près ou de loin, est d’une débilité sans nom et sans aucune mesure, que les arabo musulmans s’en réclame – TANT ET AUSSI LONGTEMPS QU’ILS RESTENT CHEZ-EUX – je m’en fout royalement -ON s’en fout royalement.

      De toute manière tous les occidentaux en ont tellement marre de leurs histoires de merde, de leurs horreurs et de leurs lamentations interminables, tout le monde n’a qu’une envie, les mettre dehors à coup de pied au cul et basta, qu’ils retournent chez-eux. Ils nous assomment.

    6. Jacques B.

      @Franck Giroux :

      Personnellement, j’ai remarqué que les médias, quand ils parlent de terroristes, évitent au maximum de lier le phénomène à l’islam.
      Au mieux, ils parleront d’islamistes, mais le plus souvent, seuls les termes « terrorisme », ou « radicalisation » sont employés, sans aucune mention de l’idéologie mortifère qui inspire tous ces criminels (l’islam).
      C’est ainsi que la présentation (sur un site internet) d’une émission de la chaîne Arte diffusée hier soir sur le sujet n’a pas mentionné une seule fois l’islam, ni même l’islamisme, pour ne parler que de terrorisme ou de radicalisation. Il est bien plus important aux yeux de ces journaleux d’accuser les conditions de vie indignes que nous, les Occidentaux, aurions imposées à ces pôôôvres immigrés, sous-entendant que les vrais responsables des massacres, c’est nous.

      Ces pseudo-journalistes – et vrais propagandistes – n’ont strictement rien appris des attentats, ou plutôt si : ils ont appris à se soumettre aux islamistes, à pratiquer l’omerta, les circonlocutions, à noyer le poisson, bref : à mentir encore plus qu’avant.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *