toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Jacques Julliard : « Aux sources de l’islamo-gauchisme »


Jacques Julliard : « Aux sources de l’islamo-gauchisme »


Pour l’historien, le goût de la violence et la haine du christianisme expliquent la fascination d’une partie de la gauche pour l’islam radical. L’essayiste médite aussi sur la disparition du silence dans la société contemporaine.

Il y a un problème de l’islamo-gauchisme.

Pourquoi et comment une poignée d’intellectuels d’extrême gauche, peu nombreux mais très influents dans les médias et dans la mouvance des droits de l’homme, ont-ils imposé une véritable sanctuarisation de l’islam dans l’espace politique français ? Oui, pourquoi ces intellectuels, pour la plupart agnostiques et libertaires, se sont-ils brusquement pris de passion pour la religion la plus fermée, la plus identitaire, et, dans sa version islamiste, la plus guerrière et la plus violente à la surface du globe ? Pourquoi cette étrange intimidation, parée des plumes de la morale ? Pourquoi ne peut-on plus parler de l’islam qu’en présence de son avocat ?

Le résultat est stupéfiant, aberrant. On vient en effet d’assister, en l’espace de deux ou trois ans, à la plus incroyable inversion de presque tous les signes distinctifs de la gauche, ceux dans lesquels traditionnellement elle se reconnaît et on la reconnaît.

Au premier rang d’entre eux, la laïcité. Longtemps, elle fut pour elle le marqueur par excellence pour s’opposer à la droite. Or voici que brusquement, elle est devenue suspecte à une partie de l’extrême gauche intellectuelle, qui a repris sans vergogne à son compte les errances de Nicolas Sarkozy sur la prétendue « laïcité ouverte ».

Car la laïcité de papa, dès lors qu’elle s’applique à l’islam, et non plus au seul catholicisme, apparaît soudain intolérante, voire réactionnaire. Pis que cela, elle charrierait avec elle de vagues relents de revanche catholique ! Depuis que l’Église s’y est ralliée, elle serait devenue infréquentable !

Or la République à son tour est devenue suspecte. N’a-t-elle pas une connotation presque identitaire, « souchienne » disent les plus exaltés, pour ne pas dire raciste ? N’est-elle pas le dernier rempart de l’universalisme occidental contre l’affirmation bruyante de toutes les minorités ? N’est-elle pas fondée sur ce qui rapproche les hommes plutôt que sur ce qui les distingue ? Un crime majeur aux yeux des communautaristes.

Il ne reste plus qu’à faire entrer le dernier suspect : c’est le peuple lui-même ! N’est-ce pas Frédéric Lordon, un des porte-parole des Nuits debout (2 000 participants) qui attribue à son mouvement le mérite d’avoir « lavé » la place de la République de ses passions tristes, la commémoration officielle, la panique (un million de personnes) ? Tout est dit, tout est enfin avoué.

La récusation du peuple par les bobos, qu’ils soient modérés, façon Terra Nova, ou extrémistes, façon islamo-gauchiste, est un fait politique de grande importance, propre à transformer, selon le mot lumineux de Léon Blum, un parti de classe en parti de déclassés.

Il y a quelque chose d’insolite dans le néocléricalisme musulman qui s’est emparé d’une frange de l’intelligentsia. Parce que l’islam est le parti des pauvres, comme ils le prétendent ? Je ne crois pas un instant à ce changement de prolétariat. Du reste, allez donc voir en Arabie saoudite si l’islam est la religion des pauvres.

Je constate plutôt que l’islamo-gauchisme est né du jour où l’islamisme est devenu le vecteur du terrorisme aveugle et de l’égorgement.

Pourquoi cette conversion ? Parce que l’intelligentsia est devenue, depuis le début du XXe siècle, le vrai parti de la violence. Si elle préfère la Révolution à la réforme, ce n’est pas en dépit mais à cause de la violence. Sartre déplorait que la Révolution française n’ait pas assez guillotiné. Et si je devais établir la liste des intellectuels français qui ont adhéré au XXe siècle, les uns à la violence fasciste, les autres à la violence communiste, cette page n’y suffirait pas. Je préfère citer les noms des quelques-uns qui ont toujours témoigné pour la démocratie et sauvé l’honneur de la profession : Camus, Mauriac, Aron. Il doit y en avoir quelques autres.

Je laisse le soin aux psychologues et aux psychanalystes de rechercher, dans je ne sais quel réflexe de compensation, une explication de cette attirance des hommes de plume et de parole pour le sang, en un mot de leur préférence pour la violence.

Learn Hebrew online

L’autre explication, je l’ai déjà suggéré, c’est ce qu’il faut bien appeler la haine du christianisme.

Il est singulier de voir ces âmes sensibles s’angoisser des progrès de la prétendue « islamophobie », qui n’a jamais fait un mort, hormis les guerres que se font les musulmans entre eux, quand les persécutions dont sont victimes par milliers les chrétiens à travers le monde ne leur arrachent pas un soupir. Singulier que le geste prophétique du pape François, ramenant symboliquement de Lesbos trois familles de migrants musulmans, ne leur ait pas tiré un seul applaudissement. Ils ont abandonné la laïcité, mais ils ont conservé l’anticléricalisme. Pis, l’antichristianisme.

Quant à moi, qui continue de croire plus que jamais à la République, au peuple, à la laïcité, au Sermon sur la montagne, je ne laisserai jamais dire que cette gauche-là représente la gauche. […] »

Jacques Julliard

 Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Jacques Julliard : « Aux sources de l’islamo-gauchisme »

    1. haBIBI

      La réponse est assez simple :
      Ces gens sont sont des immatures psychiques, à l’humanité embryonnaire, sans aucun regard ni connaissance d’eux-mêmes, quand ils ne sont pas des psychopathes avérés.

    2. alauda

      L’antichristianisme, je l’ai rencontré : l’iconographie, c’est « haram »…
      La semaine passée, c’est le mot « chirk » qui est sorti du chapeau. Je ne sais pas encore ce que l’individu qui l’a prononcé met dedans, mais je ne vais pas tarder à le savoir.

    3. lustuc

      Enfin ! une réflexion sur l’étrange lien, a priori, entre la gauche et l’islam vecteur de violence. Pour ma part, je pense que la gauche n’est pas seulement inconsciente de l’origine religieuse chrétienne donc juive de ses valeurs; elle croit devoir s’opposer au religieux quand il est chrétien, juif, catholique. C’est de cela que la gauche croit devoir se libérer. Et comme cet enjeu fondamental (du moins le croit-elle) est associé à la certitude que les inégalités justifient toutes les violences; le lien antisémite entre le juif et l’argent ressurgit naturellement , victimisant l’arabe en Israël, et faisant du projet palestinien une cause au dessus de tout soupçon….si bien qu’à gauche mais aussi à droite l’antisionisme, le palestinisme ne résultent pas d’une analyse rationnelle de la situation, de l’histoire scientifique, mais d’un simple antisémitisme qui n’a pas disparu après 1945, mais qui ne pouvait plus s’exprimer se revendiquer comme depuis la Révolution française, jusqu’à la chute du nazisme. La gauche sous-traite son antisémitisme par une islamophilie qu’elle veut faire passer pour une grande cause laïque. Tout cela est inconscient, passionnel et obscurantiste. Si la gauche a perdu sa crédibilité; c’est dû à toute sa faculté à faire semblant de penser….prendre des poses, mais être rattrapée par le réel: non ! il ne s’agit pas de « populisme » ….mais de retour des peuples (et pour comble d’ironie: la gauche n’y comprend rien !)

    4. Myriam

      L’islamo-gauchisme cette union contre-nature c’est aussi pour accaparer le pouvoir en s’appuyant sur l’électorat islamique sur le long terme.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *