toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

France – Israël : Un divorce consommé ! Par Dora Marrache


France – Israël : Un divorce consommé ! Par Dora Marrache

CHRONIQUE

« Le monde doit savoir que la souveraineté juive sur Jérusalem-Est est fondée ! »   (Dr Jacques Gauthier)

S’il fut un temps où la France n’osait pas trop s’impliquer dans le dossier du conflit israélo-palestinien, ce n’est plus le cas. Aujourd’hui, elle affirme clairement sa position :

 « La France considère que Jérusalem doit devenir la capitale des deux États, Israël et le futur État de Palestine. »; « La France apporte son soutien à l’Autorité palestinienne et à Mahmoud Abbas qui défend le camp de la paix. »; « La France plaide en faveur d’une mobilisation urgente de la communauté internationale. ».

Et elle ose ajouter « La France est l’amie d’Israël et de la Palestine »!

Ce sont là quelques unes des « 9 clefs pour comprendre la position de la France dans le conflit israélo-palestinien » que l’on peut lire sur le site du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

Que la France veuille redorer son blason et être dans les bonnes grâces des États arabo-musulmans, c’est son droit. Mais qu’elle le fasse aux dépens de l’État juif est inacceptable!

 Lettre ouverte à Mr François Hollande, Président de la République française

Monsieur le Président de la République, « je vous fais une lettre que vous ne lirez certainement pas même si vous en avez le temps ». Bien que je ne sois ni française ni israélienne, je me permets de m’adresser à vous car je suis scandalisée par le comportement de la France vis-à-vis de ma patrie de cœur, Israël. À mes yeux, quand il s’agit de l’avenir d’Israël, tous les Juifs du monde sont concernés. Et tous se doivent de défendre Israël car, attaqué de toutes parts, l’État d’Israël attend de nous que nous le défendions.

Permettez-moi de vous dire, d’entrée de jeu, que je hais la langue de bois et que, par conséquent, je vous dirai les choses telles que je les perçois sans recourir aux figures de style que vous, les dirigeants de ce monde, appréciez particulièrement  pour éluder le sujet: périphrases, litotes, euphémismes… .

Vous avez décidé, de confier à Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères à la suite de Laurent Fabius, le soin de régler le conflit israélo-palestinien en se soumettant autant que faire se peut au diktat de Abbas afin qu’il obtienne l’État auquel il aspire. Vous allez donc présider le 30 mai, à Paris, une  conférence internationale pour poser les jalons des prochaines négociations. Monsieur Ayrault se rendra les 14 et 15 mai prochain en Israël et dans les territoires, car vous savez évidemment que le gouvernement israélien est hostile à l’initiative française et qu’il lui préfère des « négociations bilatérales directes ». Sans doute espérez-vous convaincre l’État juif de reprendre, sous la gouverne de la France, les pourparlers de paix.

Je sais que les opinions de monsieur et madame tout le monde, surtout s’ils sont juifs,  ne pèsent nullement dans les décisions des gouvernants et je déplore qu’il en soit ainsi. Car sait-on jamais de qui peut jaillir l’étincelle?

Comme vous avez pu le constater, la propagande anti-israélienne envahit la France dans tous les milieux, mais aussi les pays occidentaux. Ras-le-bol (pardonnez-moi l’expression) de ce besoin qu’ont les gens de se dire antisionistes! Ras-le-bol d’entendre crier – Israël, voleur de terres! Israël, État d’apartheid! Israël, coupable! Israël, nazi! Mort aux Juifs!…

Le résultat est là : on manifeste contre Israël même dans les coins les plus reculés (Islande, Japon, etc.),  on hait les juifs même si on n’en connaît pas. Comme l’a si bien dit Bernard-Henri Lévy : « L’antisémitisme est en train de devenir une religion planétaire ».

D’ailleurs, Benjamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, à la veille de la journée annuelle de commémoration de la Shoah, avait qualifié de « poison »  «la propagande contre Israël» en Occident, et rappelé que « Ce qui a amené à la Shoah c’est l’incitation à la haine qui continue de nos jours contre Israël».

Comme vous pouvez le constater, Monsieur le Président, les Juifs se retrouvent dans une situation analogue à celle des années 30. Personne ne craint de s’attaquer aux Juifs, encore moins à Israël que, de toute évidence, on cherche à affaiblir.

Sans grand succès, me répondrez-vous. Certes, mais il n’en demeure pas moins que le gouvernement israélien, quoi qu’il en dise, n’est pas insensible à toutes les critiques dont il est l’objet, à toutes les décisions insensées que prend l’UNESCO avec le soutien de la France, aux innombrables résolutions votées par l’ONU contre Israël.

Et c’est sans doute pourquoi je constate qu’il y a quelque chose dans la politique israélienne qui me trouble, me dérange, quelque chose que j’ai envie de dénoncer malgré tous les sentiments positifs que m’inspire ce gouvernement. Je la trouve trop laxiste, en  d’autres termes je lui reproche son manque de fermeté face à votre gouvernement.

 Comme il est loin le temps du beau roman d’amour entre votre pays et l’État d’Israël! Il a à peine duré une vingtaine d’années, car la victoire de 67 à laquelle personne ne s’attendait, pas même les Juifs, vous a profondément déplu. La France était prête à défendre le Juif honteux, obéissant, mais la Guerre des Six jours lui a fait découvrir, « un peuple d’élite, sûr de lui et dominateur » selon les paroles du général de Gaulle.

Depuis, votre pays n’a eu de  cesse de condamner les agissements de l’État juif si bien que, finalement, les déceptions et frustrations successives ont eu raison du lien qui unissait vos deux pays et ont abouti à un DIVORCE.

LES RAISONS DE CE DIVORCE ?  

Votre position dans le conflit israélo-palestinien.

En 2014, Laurent Fabius déclarait « La tradition de la France est d’être l’amie du peuple palestinien et du peuple israélien ». Non, Monsieur le Président,  quoi que vous disiez, cette double amitié est impossible. Il faut choisir, et tout concorde à prouver que votre pays a choisi le camp des Palestiniens.

En effet, en 2011, vous avez approuvé l’adhésion de la « Palestine » à l’UNESCO, ainsi que la Résolution lui donnant le statut d’État observateur à l’ONU. Aussi loin que je me souvienne, vous avez toujours condamné et jugé illégales les implantations israéliennes.  Et votre pays est le principal contributeur à l’aide destinée aux territoires palestiniens, et ce même si vous savez quel usage est fait des millions d’euros que vous leur envoyez.

Est-ce ainsi que se traduit l’amitié qui lie Israël et la France ? Je ne ferai pas un relevé exhaustif de toutes les décisions que votre gouvernement a prises à l’encontre de l’État juif. Mais vous venez de nous fournir deux preuves irréfutables de  l’inimitié de la France à l’égard d’Israël. Non seulement vous avez participé à la falsification de l’histoire juive en votant à l’UNESCO pour l’islamisation du Mont du Temple, mais vous persistez dans la voie tracée par Laurent Fabius, et voulez que soit créé dans les plus brefs délais un État palestinien conforme aux exigences de Abbas. Certes, contrairement à Fabius, son successeur, Jean-Marc Ayrault, ne brandit plus la menace de créer unilatéralement, en cas d’échec des négociations, un État palestinien. Il s’est contenté d’annoncer que « La France prendra ses responsabilités ». Comment interpréter ces mots sinon comme une menace?

1- La résolution du conflit = la solution au terrorisme

De toute évidence, l’État juif joue pour vous, Européens,  le rôle de bouc émissaire que jouait le Juif avant la guerre. Face à la progression de l’Islam dans l’UE, face au problème des migrants qui envahissent l’Occident, pour calmer les populations, les gouvernements cherchent un coupable. Il est tout trouvé : Israël et son conflit avec les Arabes.

Donc si on résout le problème israélo-palestinien, on mettra fin à Daesh, à Boko-Haram, aux attentats, à la crise migratoire, voire aux guerres qui secouent les États arabes.

En vérité,  comme votre pays a perdu le prestige dont il jouissait autrefois, comme la France n’est plus un modèle pour les peuples, vous espérez qu’en devenant, à la place des États-Unis l’arbitre du conflit israélo-palestinien, votre pays connaitra un regain de popularité. Et du même coup gagnera l’estime des États arabes, voire de Daesh.

Alors, permettez-moi de vous dire, Monsieur le Président,  bien que je ne sois qu’une simple citoyenne, que si les États-Unis dont Israël dépend largement sur les plans militaire et économique n’ont pas réussi, malgré tous les efforts déployés par John Kerry,  à aboutir à un accord, je crains fort que votre initiative ne soit vouée à l’échec.

2 – L’état palestinien tel que vous le préconisez :

Il va à l’encontre des intérêts d’Israël- et vous ne l’ignorez pas-  puisqu’il  sera basé, sur l’ « Initiative de paix arabe » de 2002.

Il s’agit donc du Plan de paix saoudien présenté en mars 2002 en vue de la création d’un État palestinien,  et que le gouvernement israélien avait rejeté. Et pour cause ! Ce plan prévoit la création d’un État palestinien

– sur l’ensemble des Territoires occupés incluant le Golan syrien et les territoires du Sud-Liban;

-avec Jérusalem-est pour capitale;

– avec une solution viable pour les réfugiés palestiniens.

« Une solution viable », c’est-à-dire?  Il faut lire le texte  pour s’apercevoir que solution viable signifie conforme à la Résolution 194 de l’ONU (11 décembre 1948). Et cette Résolution, que dit-elle ? Elle stipule que le Droit au retour des réfugiés est un « droit inaliénable ».

Je comprends que vous  souteniez ce plan puisqu’il rejoint en tous points celui que vous présentez sur le site du Ministère des Affaires étrangères et du développement international.

  • des frontières basées sur les lignes de 1967 avec des échanges agréés de territoires équivalents ;
  • des arrangements de sécurité préservant la souveraineté de l’État palestinien et garantissant la sécurité d’Israël ;
  • une solution juste, équitable et agréée au problème des réfugiés ;
  • un arrangement faisant de Jérusalem la capitale des deux États.

Alors, Monsieur le Président, si M. Abbas et vous  jugez que ce sont là 3 conditions non négociables, la réponse israélienne vous la connaissez, elle ne changera pas, du moins nous l’espérons.

-Première demande :  Le retour aux «  frontières de 67 »

Retour aux « frontières de 67 » = retour à la ligne de cessez-le-feu de 48 = Retour à la situation d’avant 67

Corrigez-moi si je me trompe, mais il me semble bien que la législation internationale reconnaît la légitimité du contrôle d’un territoire acquis lors d’une guerre défensive. À plus forte raison s’il s’agit de territoires acquis illégalement par l’ennemi comme dans le cas de la Judée-Samarie acquise par la Transjordanie.

Et de quelles « frontières » veut-on parler? Par le choix de ce terme, les Européens veulent laisser entendre qu’il existait avant 67 un État palestinien avec des frontières communes bien définies avec Israël, et qu’Israël aurait conquis.

Or, tout le monde sait qu’il n’existait pas d’État palestinien pour la simple et bonne raison que ce n’est que bien après  la Guerre des Six jours qu’Arafat a créé le peuple « palestinien ».

En fait il s’agit de la Ligne Verte (la ligne d’armistice), c’est-à-dire  des lignes de cessez-le-feu qui séparaient Israël de ses voisins après la guerre de 48.

Faut-il vous rappeler, Monsieur le Président, qu’en 67 Israël s’est contenté de reprendre

– à la Jordanie des territoires juifs occupés illégalement: la Judée-Samarie qu’à la demande de Abbas on a baptisée la Cisjordanie, gommant ainsi  la présence des Juifs qui avaient été là bien avant les Jordaniens :
–à l’Égypte, la Bande de Gaza;
– à la Syrie, le Golan.

Il s’agit en fait de territoires qui font partie d’Israël, tout comme les Palestiniens font partie du peuple arabe.

Et vous n’ignorez pas, évidemment, que revenir à la ligne d’armistice de 48, équivaut à plonger de nouveau Israël dans la situation qui prévalait avant 67.

Est-ce ce que vous souhaitez pour votre « ami »?

Faire des concessions territoriales ne peut que rendre plus difficile la défense du territoire. Il faut bien le dire, « grâce » aux Palestiniens,  Israël a eu tout le temps de tirer des leçons du démantèlement des colonies. En effet,  en 2005, Israël a donné la Bande de Gaza aux Palestiniens qui en ont fait un champ de lance-roquettes contre l’État juif. Comment ne pas en conclure qu’en se retirant de Judée-Samarie les Juifs seront récompensés de la même façon?

Les frontières d’avant 67 étant, de toute évidence, comme l’a dit Benjamin Netanyahou, « indéfendables », tout retour à la Ligne Verte est exclu.

Dois-je vous rappeler à ce propos, Mr le Président, la déclaration faite en 73 par Lord Caradon, qui futt « l’architecte » de la Résolution 242 et le représentant permanent du Royaume-Uni auprès des Nations unies ? « Je connais très bien la frontière de 1967, avait-il déclaré. Ce n’est pas une frontière satisfaisante. C’est celle où les troupes on dû s’arrêter, à l’endroit même où elles se trouvaient cette nuit-là. Ce n’est pas une frontière permanente

Par ailleurs, ne nous cachons pas que le territoire israélien actuel est trop exigu pour accueillir tous les Juifs de la diaspora et que, contrairement aux Palestiniens qui peuvent choisir de rester vivre en Israël, les Juifs  sont exclus du futur État palestinien.

Primo, nulle part dans la Résolution 242, il n’est stipulé qu’Israël doit se retirer de la Judée-Samarie. Vous n’ignorez pas que, comme l’a écrit Emmanuel Navon, « le droit des Juifs de vivre en Judée-Samarie a été reconnu par le Mandat de la SDN en 1922, un document de droit international qui n’a jamais été abrogé. »

Secundo, que fera-t-on des 350 000 Juifs qui y vivent? Faudra-t-il les expulser manu militari comme ce fut le cas à Gaza, alors qu’ils sont chez eux?

Tercio, quand bien même Israël accepterait ce retour aux frontières, vous savez que pour les Arabes, comme l’a déclaré en 2011 le chef du Hamas Mahmoud Al-Zahhar, les frontières de 1967 c’est « juste une étape », car

« La Palestine, c’est toute la Palestine ».

Je sais que ni vous ni les membres de l’UE n’êtes dupes : vous connaissez les véritables intentions de Abbas, vous savez pertinemment qu’il ne faut pas accorder foi à ses dires, mais qu’importe!

Je peux comprendre que la sécurité d’Israël ne soit pas pour vous une priorité même si vous affirmez le contraire. En revanche, celle des Juifs de France en est une car leur départ pour Israël risque fort (1) de porter un dur coup à l’économie française, (2) de mécontenter terriblement les Arabes et (3) de vous laisser seuls face aux islamistes.

De toute façon, qui a à coeur la sécurité des Juifs israéliens? Il n’est qu’à voir la popularité dont jouissent les Palestiniens dans le monde pour comprendre qu’il ne faut rien attendre des Européens en matière de protection de l’État juif.

Pour sa sécurité, Israël ne peut et ne doit  compter que sur lui-même et … sur la matière grise de Tsahal.

Alors, Monsieur le Président, l’État juif va sans doute, malheureusement pour les Palestiniens et pour vous,  continuer « la colonisation » au risque de voir « se déliter la solution des deux États ». Vous aurez au moins la satisfaction d’avoir voir rempli votre rôle de membre permanent du Conseil de sécurité!

Réponse à la question des « frontières de 67 » : NON!

– Deuxième demande : Jérusalem, capitale du futur État palestinien

Jérusalem, capitale du futur État palestinien= Jérusalem divisée

En ce qui concerne Jérusalem, mais aussi l’histoire juive dans son ensemble, la France, de toute évidence, aurait bien besoin qu’on lui remette en mémoire quelques notions que son amitié avec les Palestiniens lui a fait oublier. Peut-être serait-il bon de lui rappeler que l’histoire de Jérusalem est indissociable de l’histoire juive, que le nom de Jérusalem, Yerouchalaïm en hébreu, autrement dit « La Ville de la paix », est au centre de l’Ancien Testament, que ce nom  y apparaît plus de 600 fois alors qu’il n’existe pas dans le Coran, que Jérusalem fut la capitale du Roi David, que la présence juive y a été constante, et que, par conséquent, les Juifs n’ont pas à la judaïser.

Judaïser une ville juive depuis 4000 ans! Remarquable pléonasme! D’ailleurs, votre ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve a admis le lien qui unit les Juifs à Jérusalem quand il a déclaré le 9 mai dernier : « qu’on ne peut pas nier que Jérusalem a une histoire étroitement liée aux juifs » et que « Ce qui fait la force de Jérusalem pour les Juifs, c’est le lien indestructible de leur religion à Jérusalem ».

Vous savez, M. le Président, que Jérusalem est une ville juive que les Palestiniens tentent d’islamiser avec le concours de l’UNESCO, et le soutien de votre pays et de quelques pays européens.

Mais si ces quelques rappels ne suffisent pas à vous prouver que Jérusalem appartient aux Juifs, permettez-moi, Monsieur le Président, de recourir aux travaux du Dr Jacques Gauthier, juriste canadien non juif, spécialiste de droit international, selon qui les revendications des Palestiniens n’ont « aucun fondement historique et aucune base juridique ». Elles  ne sont, dit-il, que « politiques ».  « Selon le droit international, a-t-il déclaré,  Israël a un droit légal sur sa capitale Jérusalem et cette dernière ne doit en aucun cas être divisée ».

Combien de Juifs de par le monde, croyants ou agnostiques, accepteraient d’ailleurs de voir Jérusalem divisée comme elle le fut avant 67 ? Combien de Juifs de par le monde accepteraient de voir les lieux saints juifs sous autorité musulmane alors que pendant les 19 années de domination jordanienne l’accès leur en était interdit , et ce en violation des accords de cessez-le-feu.
Par conséquent, ne vous en déplaise, Jérusalem est et restera aux yeux de tous les Juifs, à l’exception de la gauche juive antisioniste, la « capitale indivisible et unifiée » d’Israël.

Bien sûr, l’UE n’a rien à perdre même si tout Israël est donné aux Arabes. Mais les Juifs n’oublient pas ce que la reconquête de cette ville leur a coûté en vies humaines. Ô combien de soldats ont perdu la vie dans un corps-à-corps inqualifiable pour que la ville sainte soit enfin réunifiée! Et les Juifs n’oublient pas que sans la Guerre des Six jours, ils n’auraient toujours pas accès aux lieux saints! Et on leur demande de se retirer de la ville qu’ils ont pleurée pendant deux mille ans!

Certes, on nous objectera qu’en 2001, lors des Accords de Taba, Olmert avait accepté que la ville soit de nouveau divisée. Mais, heureusement, les Palestiniens, éternels insatisfaits, ont jugé que cela n’était pas suffisant et, depuis, le gouvernement israélien a compris qu’il faut refuser toute concession concernant Jérusalem, faute de quoi ce sera la fin de « la liberté de culte et d’accès à Jérusalem », une liberté à laquelle vous tenez particulièrement et que seul l’État juif peut protéger.

Donc, si Benjamin Netanyahou tient sa promesse de garder Jérusalem « indivisible », il semble bien que le débat soit clos.

Réponse au partage de la capitale Jérusalem : NON!

3- Troisième demande : « Droit au retour »

Droit au retour = Supériorité numérique des « Palestiniens » = Fin de l’État juif.

On le sait, les Palestiniens ont fait du droit au retour un casus belli. Il s’agit là d’un point sur lequel le Fatah et le Hamas sont au diapason: tous deux jugent ce droit « inaliénable » et non négociable, et Abbas exige que cette demande soit débattue lors de négociations éventuelles

En 2014, Mahmoud Abbas  avait déclaré que six millions de réfugiés palestiniens, lui-même inclus, attendent toujours de « revenir » en Israël et que « nous devons trouver des solutions créatives parce que nous ne pouvons pas fermer la porte à ceux qui souhaitent revenir ».

D’abord, soyons clairs : qui sont ces réfugiés palestiniens? Il s’agit des Arabes qui vivaient en Israël dont Arafat a décidé un beau jour de 1973 de faire un peuple : « Je viens de créer un pays et un peuple qui jusque là n’existaient pas ! » aurait-il proclamé au sortir d’une réunion en Algérie.

Les Arabes n’ont pas été chassés par Israël comme on le laisse entendre, il s’agissait de départs volontaires, encouragés par leurs dirigeants ou suscités par la peur de la guerre. Ils ont quitté Israël, en 48 puis en 67, convaincus que les armées arabes jetteraient les Juifs à la mer comme le claironnaient leurs dirigeants, et qu’ils rentreraient en vainqueurs et s’approprieraient tous les biens des juifs. Ils ont fait un mauvais calcul et se sont retrouvés Gros-Jean comme devant.

À qui la faute? Aux Juifs, pardi! Ils ont dit NON à un nouvel holocauste!

Depuis, la honte d’avoir été vaincus par les Juifs s’est changée en une haine implacable à leur égard : les vaincus en veulent aux Juifs d’avoir fait échouer leur tentative d’holocauste, tout juste trois ans après Hitler.
Bien sûr, aux dires de quelques gauchistes, les Arabes auraient été chassés par les Juifs. Pourtant, l’un d’eux, Benny Morris, a mis fin à la controverse qui entoure cette question : il a expliqué que le départ de ces Arabes n’est «que le sous-produit inévitable d’une guerre menée contre l’Etat Juif».

Deuxièmement, parlons de ce qu’implique le retour éventuel de ceux qu’on appelle depuis les « réfugiés palestiniens ». Demander à un État qui compte 7 millions d’h d’accueillir 5 autres millions relève de l’imagination la plus fantaisiste puisqu’une telle demande signifie rien de moins que la disparition immédiate de l’État juif. En effet, par leur supériorité numérique, les Palestiniens auront vite fait de transformer l’État juif en un État musulman. Un « fantasme irréalisable » avait dit le porte-parole de Benjamin Netanyahou. Et il avait raison!

Et troisièmement, de la même façon qu’Israël, seul État juif dans le monde, de la taille d’un mouchoir de poche, a été capable d’intégrer les quelque 800 000 réfugiés juifs chassés des pays musulmans– un nombre supérieur à celui des réfugiés arabes évalué à 600 000- il va de soi que c’est aux États musulmans (il y a au moins 55 pays à majorité musulmane) à ouvrir leurs portes aux réfugiés « palestiniens ».

Alors si Abbas maintient comme non-négociable son exigence du retour des 6 millions de réfugiés,

La réponse est « NON au Droit au retour » des réfugiés palestiniens

Conclusion : Permettez-moi, Monsieur le Président,  de vous déclarer que vous faites fausse route en voulant à tout prix régler le conflit israélo-palestinien. Vous croyez avoir trouvé, grâce à Abbas, la panacée à tous les maux (terrorisme, crise migratoire, crise économique,  printemps arabe …) qui s’abattent non seulement sur votre pays, mais sur le monde entier : la création d’un État palestinien tel que le souhaite le Fatah.

Avec la résolution de ce conflit, comme par magie, on n’entendra plus parler de Daesh, de Boko Haram, du Hamas, etc., et il en sera fini des mesures exceptionnelles pour assurer la sécurité de votre pays.

Il est certain que vous ne croyez pas sincèrement à la coexistence possible d’un État juif et d’un État palestinien « pacifique » dont la Charte vise l’élimination d’Israël et son remplacement .par un État islamique

Mais dans l’hypothèse plus qu’improbable qu’Israël, qui aspire depuis toujours à la paix, consente de douloureux sacrifices, que lui offrira-t-on en échange?

– Aucune concession territoriale, cela va de soi, n’est-ce pas ?
– Aucune concession quant au retour des réfugiés, cela va de soi, n’est-ce pas ?
-Éventuellement, Abbas pourrait lui accorder, temporairement, cela va de soi,  le droit à l’existence, le droit de vivre en paix.

Vous me répondrez, bien sûr, que vous n’attendez pas de l’État juif une reconnaissance inconditionnée de l’État palestinien. Je vous demande alors de le prouver en exigeant des Palestiniens qu’ils acceptent ce que Netanyahou avait appelé en 2014 « Les trois piliers de la paix » et qu’il résumait comme suit « Premièrement : une véritable reconnaissance mutuelle ; deuxièmement : la fin de toutes les exigences, dont le Droit au retour, et enfin troisièmement, une présence sécuritaire israélienne ». Et il avait martelé qu’il n’y aurait pas de « véritable paix sans ce triangle ».

Si vous êtes prêt à défendre les exigences d’Abbas qui se résument à la disparition pure et simple de l’État juif, je suis certaine que vous jugerez celles de Netanyahou tout à fait réalistes.

Alors, Monsieur le Président, quelle serait la réaction de votre gouvernement si Benjamin Netanyahou posait comme exigence « les trois piliers de la paix » et qu’il  réitérait qu’« il n’y aura pas de véritable paix sans ce triangle »? 

Peut-être jugerez-vous qu’en fin de compte le mieux serait de laisser Israël régler seul ses différends avec les Palestiniens.

En attendant, permettez-moi, M. le Président, de vous suggérer la lecture de La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe, édité entre 75 et 79, un livre qui vous permettra de douter des liens du peuple palestinien avec la Terre sainte.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’assurance de ma très haute considération.

© Dora Marrache pour Europe-Israël







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 30 thoughts on “France – Israël : Un divorce consommé ! Par Dora Marrache

    1. capucine

      Fabius l’antijuif c’est entêté à vouloir un état palos sur le territoire israélien !
      c’est comme si Fabius divisait Paris rive droite pour les muzz et rive droite pour les autres ? mais de quel droit s’est il occupé et entêté à vouloir que les juifs donne une partie de leur pays et de sa capitale pour le caprice du pleurnicheur
      Abbas !! le sang contaminé et que son fils soit un escroc ne lui suffit pas et il
      a été le pire des ministres des affaires étrangères …
      Jérusalem est UNE et INDIVISIBLE et non négociable !!!

    2. trender

      Fabuis n’est pas seul, en fait toutes les erreurs et tous les errements , ont commencé avec Degaulle, dont l’orgueil démesuré, lui a fait croire que ce minuscule pays qu’est la France, pourrait s’insérer entre les grands d’après guerre qu’étaient les russes et les usa, et sa stratégie stupide et encore en lisse, était de croire qu’il arriverait a réunir les musulmans et les africains sous sa bananière, Degaulle 1° représentant des faibles et des opprimés, tu parles, on voit aujourd’hui le résultat de cette analyse stupide…qui perdure au quai d’Orsay, et qui explique les politiques de tous ses successeurs…Faut dire que les accords d’évian sont le résultat prévisible de cette intelligence. En abandonnant l’idée d’une Algérie française, il a récupéré une grande partie d’algériens, un comble pour un pays qui voulait l’indépendance, qui devait aussi sauvegarder les intérêts des Français pieds noirs qui souhaitaient résider en sécurité en Algérie, mais qui permet surtout d’avoir la France Algérienne, la plus rétrograde et la plus islamiste des démocraties européenne, persister après cette erreur était suicidaire, alors attendre quoi que ce soit de la France est stupide et improductif…..

    3. DANY83270

      De quoi se mêle Hollande ? le conflit israélo-palestinien est l’affaire ds Juifs et des Arabes ; la France doit s’occuper de ses banlieues infectées par la drogue et la racaille ; et aussi de ses colonies qui réclament leur indépendance; l’indemisation de tous ceux qui ont été contaminés par les essais nucléaires dans le Pacifique ….etc..
      Monsieur Hollande occupez-vous de vos affaires vous avez été élu pour cela et non pour les affaires israéliennes , palestiniennes et africaines .
      Que diriez-vous si Israël organisait à Jérusalem une Conférence sur l’indépendance des Antilles, de Saint-Martin, de la Réunion et de la Corse ?

    4. ISRAEL

      Le Vatican et ses deux papes mariés Benoît XVI et Français (car non divorcés d’une église Romaine-catholique), donc vu, c’est sont eux ces premières méritent d’êtres ces boucs -émissaires coupables du ces Antisémites paroles, actes et résolutions et qui ont provoqué déjà à la Shoah et encore à des exterminations massives des Juifs et d’autres et à Paris et dans le Monde! Et la preuve évidant capitale de leurs ses complicités, du ces Crimes inhumains et antisémite, est leurs ses silences et en récidives déjà et comme et pour Hitler et NSDAP et d’autres ces partis nazis en Europe ! Or vu, ses antisémites et néonazis-catholiques sont laissés passés, et non excommuniés de leur église, donc les acceptés et poussés comme des bêtes sauvages pour assassiner les Juifs, et dans cette époque avec ses « frères » nazis-islamistes pour encore provoquer à ces récidivités d’Exterminations massives des Juifs en Europe et dans le Monde entier et même à Jerusalem! – Mais et vu, dans cette telle violence, ce qui est si choquent et si étonnant en plus, c’est que ces papes, ils se « déclarent publiquement » comme des « chrétiens », alors que ces haines et crimes sont des hyper-profanations de toute la Vraie Loi Chrétienne qui interdit toute la violence y compris déjà par une haine colère dès le cœur qui, selon les paroles de Jésus notées dans les Bibles Judéo-chrétiennes, donc, est déjà le première signe et la preuve d’un assassin et non d’un bon pape ni d’un vrai chrétien ! Mais en plus vu, selon ces paroles de Jésus, il demande beaucoup plus à ses vrais disciples, que leurs cœurs sont purifiés déjà et pour éclairer le Monde par la Vraie Vérité & Amour envers Un Le Tout-Puissant Créateur et ses bons enfants y compris ces Juifs ! Alors que les vrais premiers Judéo-chrétiens sont les vrais Juifs à Jerusalem, ces papes antisémites toujours ils refusent d’assumer cette Historique et Actuelle Vérité & Amour à respecter et ces Humaines vies et à ses places maisons à Jerusalem, Bethléem et Hébron ! Et pourquoi ils réfusent? Car, les vrais Judéo-chrétiens ont toujours restés fidèles à la vraie Foi des Hébreux à Un Vrai Très-Haut Tout-Puissant Créateur qui a crée Adam & Eve à son Image Sacrée Parentelle (Vu, Réf.: Livre de Genèse 1:26,27 dont et Jésus a rappelé ça) et non, à une « image trinitaire » dont cette église apostate, anti-Judéo-chrétienne et antisémite, a « crée un autre son image d’un « dieu » étrange et même hostile à les unies Humaines vies en harmonie naturelle créée par Un le Vrai Très-Haut Créateur. Donc, ce dieu trinitaire d’imagination par ces chrétiens apostats, est leur dieu en trois personnes dont l’un d’eux est un Juif Jésus, et pourtant, ces papes et ses soumis sont des Antisémite et anti-Judéo-chrétienne prouvés car comme ils imaginent un Dieu trinitaire de trois personnes l’un d’eux est un Juif Jésus, selon eux ! Or, si un Juif est un Dieu, alors les papes et tous ses soumis, n’ont aucun droit d’être les antisémites ni provoquent à la haine antisémite ni à la Shoah etc. ! Vu ainsi, que ces chrétiens sont des apostats et antisémites c’est déjà tout prouvé littéralement vu, dans toutes les Bibles dans les Actes Apôtres (Judéo-chrétiens) qui ont toujours baptisé les Juifs habitants à Jerusalem, et la maison d’un Romain, et une groupe en Éphèse et tous les autres, que au nom de Jésus et non au nom « d’Un Dieu, Le Père Le Fils et Le Saint Esprit » ! Donc et vu les fruits, que ces vrais chrétiens sont le non violent, pacifiques et aiment les autres même en donnent ses vies, alors ceux faux chrétiens mais les vrais apostats ils expriment toujours la haine et les mensonges et ces Crimes en epoques des Inquisitions, et ces des deux Guerres Mondiales y compris la Shoah – d’Extermination Massive des 6-millions des Juifs vies humaines y compris de enfants et des femmes ! – Quelle file Violence Telle Mère Haine! En plus ces papes qui en époque déjà d’Inquisition ont excommunié et exterminé des vies humaines a cause de leurs race différant et d’autre a cause d’avoir une bible par exemple… Alors en ces Époques actuelles, ces papes n’ont pas excommunié ces hérétiques nazis ni néo-nazis, ni des faux prophètes, ni ses criminels bêtes pédophiles violent des petits enfants, mais aussi profanent la Bible et Toute qui est sacré y compris la Parole Divine !
      Alors que Jésus a dit en symbole que à ces bêtes pédophiles « serra mieux d’avoir d’une pierre accrochée à leur corps pour les jeter en mer ! » cela vas dire que leur Crime est Impardonnable. Donc ces papes et ses cardinaux n’ont pas encore excommunié ces déshumanisés, ces bêtes, mais en plus en majorité et parmi les français catholiques prêtres et laïques à Paris, ces faux chrétiens son acceptés comme de petits méritent d’une « compréhensible amitié charitable » !

      Que Le Très-Haut Tout-Puissant Créateur punira tous ces criminelles, ces créatures rebelles, ces déshumanisés, anti-humains, ces assassin!

    5. Salmon

      Jérusalem , moi pas connaitre Jérusalem est
      Je savais pas que Jérusalem avait une barrière !!!!!!!!!!!!!!!!!
      MOI CONNAITRE JERUSALEM

      c’est goy Marrache ?

    6. Dora Marrache

      Salmon

      J’ignore si vous êtes un homme ou une femme. Le pseudo que vous avez choisi- en français Saumon – me donne un indice.

      Merci pour vos deux commentaires qui ne méritent aucune réponse.

      Mais je vais, malgré tout, vous répondre;

      1. Vous n’avez aucun respect pour le travail des autres (votre premier commentaire « Tartine! » ) et cela en dit long sur votre personnalité .

      2. Relisez le texte et voyez dans quel contexte j’ai parlé de Jérusalem Est.

      3. Comme je ne m’abrite pas derrière un pseudo, votre remarque concernant mon nom me laisse totalement indifférente.

      Vous ne faites que confirmer ce que disait Einstein à propos des « deux choses qui sont infinies », mais que j’aurai la décence de ne pas reproduire.

    7. MisterClairvoyant

      Depuis 3 000 ans, Jérusalem est la capitale spirituelle des juifs ; comme Rome est la capitale des chrétiens et la Mecque des musulmans.
      Vous partagez la capitale d’Israël en trois, et vous ne partagez pas les vôtres.
      Indûment, les chrétiens et les musulmans se sont appropriées du pays des juifs, de Jérusalem, ses terres, villes et monuments. Comme vous ne partagez pas vos pays et capitales en 3, avec les juifs. (donnant donnant, ou chacun chez-soi), car le reste c’est de la littérature.

    8. Jacques B.

      Très bon texte, même si je doute que le locataire de l’Élysée prendra la peine de le lire, tant il est vrai qu’il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ; sachant que la seule musique que Hollande accepte d’entendre, c’est celle des votes des palestinistes à la prochaine présidentielle, autrement dit et à peu de choses près, des Arabes et autres musulmans (dits) français.

      Je trouve juste que vous auriez pu insister un peu plus sur la volonté génocidaire maintes fois et de diverses façons exprimée par les palestinistes à l’endroit des Juifs d’Israël, voire des Juifs tout court.
      Quand on a lu, entendu et vu de quoi sont capables les palestinistes, et ce qui les motive profondément, on a tout compris de ce conflit. Et on sait que le seul objectif réel des palestinistes, derrière le paravent de ce pseudo-État palestinien, est l’éradication de toute présence juive en Terre Sainte, par jalousie arabo-musulmane hégémonique et totalitaire.

    9. Salmon

      Marrache D

      Je suis une femme et comme vus écrivez des commentaires et que vous prenez la peine de les lires , vous savez trés bien !
      Ras le bol d’entendre Jérusalem est , toujours par les goys et je fais bien la différence !
      Quand je me ballade à Jérusalem je suis à Jérusalem
      Vous mettez des barrières qui sont infondées , ou alors n’etes vous jamais allée à Jérusalem

      Vous regarderez et vous verrez que vous vous balladez librement , d’un lieu à un autre
      Le seul lieux qui est fermé c’est le Mont du Temple

      Votre article esst long, mais long , je suis désolée
      en peu de phrases vous auriez pu expliquer rapidement pour que le gugus de l’Elysée vous lise
      mais il ne prendra meme pas la peine malheureusement

      Vous vous trompez je respecte le travail des bons écrivains à mon humble gout

    10. Jacques B.

      Salmon, vous vous énervez après Mme Marrache uniquement parce qu’elle a écrit : « avec Jérusalem-est pour capitale » ? (paragraphe 2. « l’Etat palestinien tel que vous le préconisez »)

      Si c’est le cas, permettez-moi de vous faire remarquer qu’en écrivant cela, elle ne fait que citer les revendications palestinistes ; elle aurait tout aussi bien pu mettre des guillemets devant (or quand on fait une citation, on reprend exactement les termes de la phrase citée, sinon ce n’est plus une citation).

      Par ailleurs, j’ai lu l’article en entier, et l’auteure de l’article y parle à de nombreuses reprises de Jérusalem « tout court ».
      A aucun moment je ne vois que Mme Marrache soit pour distinguer « Jérusalem-ouest » de « Jérusalem-est », bien au contraire.

    11. Salmon

      arretez de déblatérer sur Jérusalem
      JERUSALEM , est JERUSALEM ET JE M’EN BAT L’OS !
      C’est comme ça depuis des millénaire et tous les négationistes , antisémites, et autres mettent une barrière là où il n’y en a pas !
      Je me fout de ce que tout le mondee peut penser mais dans les prières Juive , et de partout il est mentionné JERUSALEM !

      ALORS BASTA ! de reprendre les merdias !

    12. alauda

      Article de fond reposant sur des codes universitaires qui sont un gage de sérieux, partout. Il est bien écrit, structuré et clair.

      De nombreux articles de Dora Marrache sont disponibles sur le web. Comme j’ai lu avec plaisir l’éloge à Manitou remontant à décembre 2011, j’en lirai d’autres.

    13. alauda

      @Salmon,

      Se foutre de, c’est vulgaire.
      Votre façon aussi d’afficher du mépris pour les gens peut être très mal perçu. Il faut savoir mettre un peu d’eau dans son vin.

    14. alauda

      @Laurence,

      On peut le voir comme ça, mais parfois c’est hard (de mon point de vue)
      🙂
      Bon, je pars me promener, vu qu’on s’impatiente de me voir scotchée à l’ordi….
      Je vous laisse pour aujourd’hui.

    15. Dora Marrache

      D’abord, un grand Merci à Jacques B et à alauda pour leurs commentaires et leur soutien.

      Merci Jacques de vous être donné la peine d’ expliquer à Salmon que je ne faisais que reproduire la demande présentée par le Plan saoudien. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je lui avais dit de relire le texte et de voir dans quel contexte j’ai parlé de Jérusalem-est.

      Pour ma part, je ne réponds qu’aux questions des lecteurs courtois et non aux insultes. Par conséquent, Salmon peut se défouler et laisser tous les commentaires qu’elle veut, je les ignorerai tout simplement.

      Merci aussi à alauda pour ses comemntaires si élogieux que j’ai particulièrement appréciés.

    16. Salmon

      J’ai le droit de ,ne pas etes d’accord avec votre article et de ne pas l’apprécié mais apparemment la critique constructive ne vous plait pas

      je sais en france certains n’ont pas perdu les bonnes habitudes française

      normal certains apprécie et d’autres pas

      je sais que votre lettre ne sera pas lu !

      ne me lisais pas j’ai pas besoin , moi je m’en fout , j’ai rien à gagner !

      je remet les bons mots en ordre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      A NE PLUS VOUS LIRE !

    17. alauda

      @Dora Marrache

      J’ai bien tenté de faire œuvre de pédagogie sur une autre page (commentaire 6) http://www.europe-israel.org/2016/05/interview-dun-imam-salafiste-prechant-en-france-1ere-partie-ce-quils-appellent-radicalisme-extremisme-cest-en-realite/ mais manifestement rien ne passe. Les distorsions culturelles sont trop grandes.

      Vous maîtrisez vos disciplines d’appui, tant littéraires qu’historiques, sans parler des sciences politiques. La littéraire que je suis de formation reconnait d’emblée la marque de sa matière dans votre style. Je trouve donc fort mal venus, inconvenants et grossiers les propos qui vous ont été tenus. Pour parvenir à votre niveau de maîtrise, je devine ce qu’il en coûte en années de réflexion et d’étude. Voir gommée, par pure bêtise, l’abondance de votre pensée par un trait de plume rageur me stupéfait.

      Mais nous avons affaire à une génération qui n’aime pas lire et ouvre la bouche avant d’avoir tourné sa langue sept fois. C’est triste mais c’est ainsi.

      Cordialement.

    18. alauda

      @Salmon,

      Le jour où vous serez capable d’argumenter sans agresser et sans tenter de faire taire autrui, nous pourrons dire que vous aurez progressé.

    19. Salmon

      argumenter quoi avec des gens qui se cachent , et donc faux ?

      argumenter avec vous ?

      j’en ai pas envie je suis désolée allée chercher quelqu’un d’autre , mme nobody !

    20. Salmon

      les pseudos c’est la france , pas signer , parler dans le dos , diffamer etc…quelle belle france !!!!!!!!!!!!!!!!

    21. Dora Marrache

      @alauda

      Il m’a rarement été donné de lire un commentaire aussi bien écrit. Je suis moi-même prof de lettres et,même si vous ne m’aviez pas dit que vous êtes une littéraire, je l’aurais deviné .

      Merci mille fois de votre soutien, je comprends que vous éprouviez le besoin de réagir.

      Mais ne vous donnez pas la peine de répondre à Salmon, c’est vraiment du temps perdu inutilement.

      Soyez rassurée, ses commentaires glissent sur moi comme l’eau sur le dos d’un canard. Elle ne fait que donner d’elle-même une image extrêmement négative.

      Je ne sais plus qui a dit un jour que « le mépris est la meilleure réponse à la médisance » .

      Alors, j’y ai recours chaque fois que je me trouve face à un auditeur vulgaire.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap