toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Visite officielle de Manuel Valls en Algérie, plusieurs médias français vont boycotter l’événement


Visite officielle de Manuel Valls en Algérie, plusieurs médias français vont boycotter l’événement

Pour marquer leur attachement à la liberté de la presse, plusieurs médias francais, dont Le Figaro, ont décidé de ne pas suivre le déplacement officiel du premier ministre à Alger.

Manuel Valls débute, ce samedi, une visite en Algérie dans le cadre du «comité interministériel de haut niveau», le rendez-vous bilatéral annuel entre les gouvernements français et algérien.

Trois journalistes – un du quotidien Le Monde et deux du Petit Journal de Canal+ – ne pourront toutefois pas couvrir cette visite officielle. En effet, les autorités algériennes ont décidé de ne pas leur délivrer de visa. Les passeports de ces trois journalistes avaient été, comme ceux de tous leurs confrères, adressés à l’ambassade d’Algérie par les services du premier ministre. Ils sont revenus jeudi à Matignon sans visa.

Les autorités algériennes reprochent au Monde sa couverture de l’affaire «Panama Papers», dans laquelle apparaissent les noms de proches du président Bouteflika, notamment celui du ministre algérien de l’Industrie. Le Petit Journal fait, quant à lui, les frais de plusieurs reportages sur l’état de santé très dégradé du président algérien.

Pour marquer leur attachement à la liberté de la presse, un certain nombre de médias, dont Le Figaro, Libération, France inter et France Culture, ont choisi, ce vendredi soir, de ne pas couvrir ce déplacement de Manuel Valls en Algérie.

«L’irritation des autorités algériennes»

Sur cette question des visas, les tensions entre Paris et Alger sont allées crescendo ces derniers jours. A Matignon, l’embarras était d’ailleurs palpable, vendredi après-midi, lors du «brief» des journalistes sur ce déplacement. Il a été longuement question de «l’irritation des autorités algériennes», «des remontrances» d’Alger «sur la manière dont les médias français avaient couvert» le scandale «Panama Papers».

Un conseiller assurait toutefois que Manuel Valls s’était ouvert, dès mercredi après-midi, de ce problème de visas au premier ministre Abdelmalek Sellal. «Le premier ministre a téléphoné à son homologue algérien, à la fois pour préparer la rencontre mais également pour lui faire part de son avis sur cette question de la délivrance des visas, en insistant après de lui sur la nécessité pour les autorités algériennes de bien évaluer cette décision (…) Ce que je peux vous dire, c’est que le premier ministre a souhaité alerter son homologue sur cette affaire et a demandé, avant que les Algériens ne prennent cette décision, de bien prendre en compte tous les éléments de cette décision.» Et ce conseiller d’insister encore: «Manuel Valls a fait part de son souhait que la presse française puisse couvrir normalement sa visite.»

Ce même conseiller a également affirmé que c’était à la demande de Manuel Valls que l’ambassadeur de France en Algérie s’était entretenu, jeudi, de ce délicat sujet avec le ministère algérien des Affaires étrangères. «L’ambassadeur a expliqué que la ligne éditoriale en France, y compris celle d’un certain nombre de groupes publics tels que France 24 ou RFI, est fixée par l’équipe éditoriale. Et que le gouvernement n’a rien à voir avec cela», a expliqué ce conseiller.

«Il n’appartient pas aux autorités françaises de porter des observations, des appréciations, des remarques sur tel ou tel membre du gouvernement algérien». Un conseiller de Manuel Valls

Sans surprise, la garde rapprochée du premier ministre français est assez peu diserte sur le fond de l’affaire «Panama Papers». Plus encore sur le ministre algérien de l’Industrie qu’Emmanuel Macron rencontrera dimanche. «Il y a un gouvernement algérien et un gouvernement français, indique le conseiller diplomatique du premier ministre. Et il n’appartient pas, évidemment, aux autorités françaises de porter des observations, des appréciations, des remarques sur tel ou tel membre du gouvernement algérien.» Ce conseiller ajoute: «Les révélations faites dans le cadre de l’investigation “Panama Papers” n’ont aucun impact sur le dialogue que nous avons sur le plan institutionnel entre les deux ministères en charge des questions industrielles et économiques.»

Aucun impact? Il reste à en faire la démonstration. Manuel Valls risque en tout cas d’être passablement énervé lorsqu’il atterrira à Alger, ce samedi en début de soirée. «Je pense qu’il est très en colère et que ça ne va pas être facile», affirmait une source vendredi. Cette affaire de visas et la décision de plusieurs médias français de boycotter sa visite vont en effet totalement éclipser ce déplacement auquel participent également pas moins de dix ministres venus de Paris.

Il n’est pas certain non plus que Manuel Valls rencontre finalement le président Bouteflika ce dimanche après-midi.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Visite officielle de Manuel Valls en Algérie, plusieurs médias français vont boycotter l’événement

    1. daniel

      J’ai une dent ( ou plutôt deux grandes canines comme les tigres à dents de de sabre) envers l’Algérie et les algériens qui sont des ex-FLN ou leurs descendants qui se disent fiers des barbaries et des tueries de masse qu’ont commis leurs pères et grands-pères sur les harkis, juifs algériens, pieds noirs juifs et chrétiens mais je ne vais pas du tout plaindre le journaliste du Monde, journal dont la ligne éditoriale est profondément et viscéralement anti-israëlienne, journal qui copine aussi avec le nouvel antisémitisme sous couvert d’antisionisme haineux. Idem pour ceux de Canal + même si là, les propos sont enrobés d’humour… noir.

      J’ai toujours considéré que la liberté de la presse s’arrêtait là où commence la propagande de la haine et, de nos jours, beaucoup de journalistes font profession de haine. Déjà que cette profession ne sert pas à grand-chose par rapport à ceux qui nourrissent, à ceux qui bâtissent nos maisons, nos routes, nos entreprises, à ceux qui nous soignent, à ceux qui assurent notre sécurité. Depuis que ces journaleux bercent en plus dans la haine essentiellement d’Israël, des israëliens et par ricochet, des juifs de la diaspora qui sont attachés à ce pays, ils ne valent plus rien..

      NB : Qu’est-ce que le Premier Ministre va faire encore dans ce pays dont une grande partie des habitants détestent la France, pays qui reste, pour eux, la puissance colonisatrice et qui considère les français comme des colonisateurs et des génocidaires ? C’est pour cette raison en bonne partie et ,bien sûr, pour la cause palestinienne que les descendants maghrébins du FLN et des autres mouvements indépendantistes du Maroc, de la Tunisie, du Mali mitraillent d’ailleurs la jeunesse française dans les rues de Paris, dans les concerts, dans les magasins cacher et autres, dans les écoles juives comme à Toulouse et Villeurbanne (Kelkal 1995)….

    2. daniel

      Le trépied du terrorisme islamiste en comparaison du trépied méningitique se compose de trois phénomènes ;
      – La religion, la vraie, c’est-à-dire l’islam auquel tout le monde doit appartenir et respecter les règles, la Shariah.
      – La haine des Français et des Européens en tant qu' »anciennes » puissances colonisatrices.
      – La haine des juifs, je dis bien Juif, car ces islamistes et les pays arabo-musulmans (même ceux qui ne sont pas arabes d’ailleurs) nient l’existence d’Israël et des israëliens appelant les citoyens de ce pays juifs depuis leur tendre enfance. Et cette négation d’Israël et des israëliens par ces immigrés ou leurs enfants était bien connu depuis cinquante ans par la gauche de la gauche et cela ne l’a pas empêchée de flirter tant et plus avec cet électorat arabo-musulman en ne levant pas volontairement cette ambiguïté. Alors, les nouveaux fachos sont bien dans les rangs de cette gauche là et non à droite.

    3. Masca38

      Quand le métropolitain aura compris, se sera définitivement trop tard pour la France et pour les pays qui composent les Etats Unis d’Europe qui de toute manière, ne marche pas du même pas.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap