toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Témoignage d’une Française partie en Syrie par amour: « J’ai honte d’avoir emmené mes enfants. La Syrie est un enfer. Il voulait qu’on meurt en martyr »


Témoignage d’une Française partie en Syrie par amour: « J’ai honte d’avoir emmené mes enfants. La Syrie est un enfer. Il voulait qu’on meurt en martyr »

Sarah, une Française partie rejoindre son mari en Syrie, en est revenue avec d’immenses regrets. Elle raconte, dans l’espoir que d’autres jeunes filles ne suivent pas sa voie.

Mercredi, Sarah livrait un témoignage édifiant sur les ondes de France Info. La jeune femme raconte être partie en Syrie, ses enfants sous le bras, rejoindre son mari parti mener le djihad.

« Je suis partie par amour. Je l’ai connu je venais d’avoir 18 ans, j’ai eu mes enfants avec. Quand je suis partie, je venais d’accoucher de ma dernière fille. Je suis partie pour qu’il la voie, qu’il la connaisse. Je n’avais pas une idée dans la tête, une idéologie ou quoi que ce soit », raconte la jeune femme qui n’a pas trente ans.

Elle quitte la France sans prévenir sa famille pour se rendre en Turquie où son mari organise son passage en Syrie. C’est dans le minibus qui l’emmène vers Alep, seule avec ses enfants et une poignée de passeurs, qu’elle commence à avoir peur.

« J’avais tout le temps peur »

« Quand on arrive, la plupart des gens sont armés, c’est ce que l’on voit en premier, ça choque. J’avais tout le temps peur, il n’y a pas un jour ou même une nuit où j’étais tranquille. Souvent, la nuit je ne dormais pas, comme si je faisais le guet », relate-t-elle pour France Info.

« Il voulait qu’on meure tous en martyr »

Sur place, elle vit cloîtrée dans une maison, seule avec ses enfants à qui elle fait la classe. Quand il rentre, son mari est armé d’une kalachnikov. « Lui, ce qu’il voulait, c’est qu’on vive là-bas et qu’on meure tous ensemble, qu’on meure en martyr là-bas ».

Lorsque son mari lui propose de lui mettre une ceinture d’explosifs pour la protéger des viols et la faire mourir en martyr avec ses enfants, Sarah décide de s’enfuir. Il y a deux ans, elle est donc rentrée en France où elle a bénéficié d’une peine de prison aménagée, la justice reconnaissant son repentir.

« Je l’aurais suivi au bout du monde »

Aujourd’hui, Sarah travaille et vit dans un appartement avec ses enfants. Elle a dit adieu au voile. « Je regrette énormément d’avoir fait ce voyage », indique celle qui conseillerait aux jeunes filles qui désirent partir « d’en parler ». « J’ai honte », dit-elle. « J’étais accro à mon mari, je l’aurais suivi au bout du monde ». Lui a déjà fondé une autre famille en Syrie. Ils sont en instance de divorce.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 13 thoughts on “Témoignage d’une Française partie en Syrie par amour: « J’ai honte d’avoir emmené mes enfants. La Syrie est un enfer. Il voulait qu’on meurt en martyr »

    1. .,,משה ז

      Ca, c’est le texte à réciter aux polices françaises pour éviter la prison !

      C’est même largement expliqué sur des tracts distribués par el assad !

    2. alauda

      .,,משה ז

      Son histoire remonte tout de même à deux ans : avant janvier 2015, personnellement je ne m’étais pas intéressée à ce qui se passait au Moyen-orient. Donc vous pourriez lui accorder le bénéfice de sa bonne foi.

    3. gregoire

      Pas de compassion pour les décervelées converties,
      Histoire banale au pays des coraneries et des milles et une nuits.

    4. alauda

      @gregoire,

      La justice a reconnu son « repentir ».
      Il ne s’agit pas de compatir à son sort, mais juste de prendre acte de cette décision. C’est à la justice de trancher sur la sincérité ou l’insincérité de ceux ou celles qui reviennent.

    5. Jacques

      L’amour, ça rend sacrément c** parfois quand même. D’ailleurs à ce point on peut se demander si c’est vraiment de l’amour, ou seulement de l’amour.

      Il y a pas mal de cas d’épouses de SS durant la WWII qui vont dans le même sens, à croire que ces femmes ne réfléchissent plus, dès lors que « l’amour » les a saisies.
      Il y a sûrement des hommes qui tombent eux aussi dans le panneau, cela dit. C’est vrai que les femmes SS ou djihadistes sont moins nombreuses.

    6. gregoire

      @alauda
      La justice est faillible surtout lorsqu’il faut instaurer la culture de l’excuse pour ceux qui génère la haine: les pauvres muzz coranisés.
      Ou est la justice lorsque l’agresseur est traité comme une victime et la victime comme un agresseur qui doit pardonner sans cesse les travers des plus débiles.

    7. alauda

      @gregoire,

      Oui bien sûr, cependant il semble que l’instinct de survie pour elle et ses enfants ont pris le dessus. Elle a fui quand il a voulu l’entraîner dans la mort, c’est ce qui l’a sauvée de cette passion destructrice.

    8. .,,משה ז

      Avez-vous vu les polices françaises faire de grosses descentes et faire des arrestations de caïds des mafias qui pourrissent le pays ?

    9. alauda

      @.,,משה ז

      Vu de visu, non, mais entendu parler d’une dans le quartier, oui.
      J’en ai un souvenir assez comique d’ailleurs quand j’ai du répondre à cette petite phrase : « Cela ne se fait pas de réveiller les gens à 6 heures du matin » !
      🙂
      C’est là où il faut faire entendre qu’il existe des lois et que les gens qui n’ont rien à se reprocher sont tout de même rarement réveillés au petit jour !

    10. c.i.a.

      Jacques, l’ amour peut-être, mais c’est avant tout, avoire l’honneur de contribuer à la cause SS.
      Les femmes allemandes ou SS, n’avaient rien à enviers en sadisme ou en monstruosité que les hommes, mêmes que certaines étaient pires!
      Une de ces femmes, avait comme  » passion  », de confectionner des abajours avec de la peau humaine!
      Une autre avait le  » loisir  », de nourrire ses chiens avec des foétus humains!, je vous laisse imaginer, comment elle se les procuraient!Alors pour ceux qui croient, que la femme allemande était une  » victime  » du nazisme, détrompez vous, il est mêmes dommage que certaines, n’ont pas fini à la potence.
      Pour nos djihadistes, naives et très connes, la prison point final!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap