toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Pendant 6 mois, un journaliste infiltre un groupe d’islamistes qui préparent des attentats en France et les filme en caméra cachée


Pendant 6 mois, un journaliste infiltre un groupe d’islamistes qui préparent des attentats en France et les filme en caméra cachée

Pour réaliser son enquête exceptionnelle, «soldats d’Allah», un journaliste équipé d’une caméra cachée a infiltré six mois une cellule d’aspirants-jihadistes à Paris et Châteauroux. Ils préparaient un attentat en France avant d’être presque tous arrêtés fin 2015.

Pour «Soldats d’Allah», extraordinaire plongée d’une heure et demie au coeur d’un groupe d’islamistes radicaux diffusé lundi soir sur Canal+, le journaliste Saïd Ramzi (un pseudonyme), musulman «de la même génération que les tueurs du Bataclan», a commencé par gagner leur confiance. Si les premiers contacts, via des groupes prêchant le jihad sur Facebook, sont faciles, il a fallu ensuite rencontrer en personne celui qui se présente comme «l’émir» de cette dizaine de jeunes gens, certains musulmans par leur famille, d’autres convertis.

Cela se passe à Châteauroux, dans le parc d’une base de loisir, déserte en hiver. A partir de là, les enregistrements des conversations permettent de comprendre les motivations de ces apprentis-jihadistes qui, bien que connus des services anti-terroristes et pour la plupart surveillés, se rencontrent et complotent.

«Mon but était de tenter de comprendre ce qu’ils ont dans la tête», dit Saïd Ramzi à l’AFP. «Et l’un des enseignements principaux est que je n’ai pas vu d’islam dans toute cette affaire. Aucune volonté de rendre le monde meilleur. Seulement des jeunes paumés, frustrés, perdus, suicidaires, faciles à manipuler. Ils ont eu la malchance d’être nés à cette époque où il y a l’Etat islamique. C’est très triste. Ce sont des jeunes en quête, et c’est ce qu’ils ont trouvé».

« Viens, on va au paradis »

Lors de leur première rencontre, l’émir du groupe, un jeune franco-turc qui se fait appeler Oussama, tente de convaincre le journaliste, qu’il ne connait que sous le nom d’Abou Hamza, que le paradis les attend, à l’issue d’une mission suicide, en Syrie ou en France.

«Vers le paradis, c’est ça le chemin», lui murmure-t-il, avec un constant sourire qui glace le sang. «Viens, frère, on va au paradis. Nos femmes nous y attendent, avec des anges comme serviteurs. Tu auras un palais, un cheval ailé fait d’or et de rubis».

Lors d’une rencontre devant une mosquée de Stain (Seine-Saint-Denis), un membre du groupe montre un avion en approche des pistes du Bourget. «Avec un petit lance-roquette, tu peux en avoir un comme il faut… Tu fais un truc comme ça et tu signes Dawla (l’Etat, pour l’EI), la France est traumatisée pendant un siècle».

«Il faut frapper une base militaire» assure Oussama. «Quand ils mangent, ils sont tous alignés…. Ta-ta-ta-ta-ta ! Ou alors les journalistes, BFM, iTélé, ils sont en guerre contre l’islam (…). Comme ils ont fait à Charlie. Il faut leur casser le coeur. Par surprise, qu’est-ce que tu veux qu’ils fassent. Ils ne sont pas bien protégés. Il faut que les Français meurent par milliers».

Tirer « jusqu’à la mort »

Les choses s’accélèrent quand un certain Abou Souleiman, que le journaliste ne rencontrera jamais, revient de Raqqa, capitale en Syrie de l’EI, et lui donne rendez-vous dans une gare RER. Là, une femme en niqab lui remet une lettre dans laquelle un plan d’attaque est décrit : viser une boîte de nuit, tirer «jusqu’à la mort», attendre les forces de l’ordre et actionner des ceintures explosives.

Des membres du groupe à Orléans assurent être parvenus à se procurer une kalachnikov, mais l’étau se resserre. Les premières arrestations ont lieu, les «soldats d’Allah» restaient dans le collimateur de la police. Un membre, plus méfiant qui a échappé au coup de filet, lui envoit un message : «T’es cuit, mec».

«Mon infiltration s’arrête-là», dit le journaliste. Son objectif, «montrer les coulisses d’une organisation qui maîtrise totalement son image», est atteint.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Pendant 6 mois, un journaliste infiltre un groupe d’islamistes qui préparent des attentats en France et les filme en caméra cachée

    1. michel boissonneault

      * * soldats d’Allah * * …. des assassins oui bref je dit un gros Bravo au travail du reportage d’enquête ….. il est mieux que la police

    2. Yéochoua

      Etait-il vraiment utile que le journaliste prenne des risques et perde tellement de temps?
      Nous lisons :
      « Et l’un des enseignements principaux est que je n’ai pas vu d’islam dans toute cette affaire. »
      La première question que l’on se pose, quant à une telle affirmation, c’est si cette opinion était préexistante, auquel cas c’est du bluff, ou si elle est vraiment le résultat des observations et analyses de l’auteur.
      « Ils ont » simplement « eu la malchance » de naître à l’époque de l’Etat islamique ».
      Pour dédouaner l’islam, il me semble qu’on est rarement allé aussi loin.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap