toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La photo du président « à vie » Mahmoud Abbas brûlée lors d’une manifestation du FPLP à Gaza ; vives tensions entre Abbas et le FPLP


La photo du président « à vie » Mahmoud Abbas brûlée lors d’une manifestation du FPLP à Gaza ; vives tensions entre Abbas et le FPLP

Le relations entre le Front populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) et les dirigeants de l’Autorité palestinienne (AP) se sont considérablement tendues ces derniers temps, plus particulièrement vis-à-vis de Mahmoud Abbas. Ces tensions ont atteint un pic après que des photos d’Abbas et du ministre des Affaires étrangères de l’AP Riyad Al-Maliki eurent été brûlées dans une manifestation du FPLP à Gaza.

Abbas et le FPLP ont une approche sensiblement différente des relations avec Israël et de la défense de la cause palestinienne en général. Le FPLP est opposé aux Accords d’Oslo, critique la politique d’Abbas sur les négociations avec Israël et appelle à intensifier l’Intifada et à mener la résistance armée contre Israël. En outre, le FPLP exige que l’Autorité palestinienne cesse immédiatement toute coopération sécuritaire avec Israël et applique la décision du Comité exécutif de l’OLP du 5 mars 2015 d’y mettre un terme.

Le FPLP a avivé sa critique de la politique d’Abbas après son interview du 31 mars 2016 dans l’émission télévisée israélienne « Uvda », où il a exprimé, pour la première fois, son opposition aux attentats à l’arme blanche menés par de jeunes Palestiniens contre les Israéliens, et déclaré qu’il souhaitait poursuivre la coopération sécuritaire. [1] Le 3 avril 2016, le FPLP a publié un communiqué de presse demandant que le Conseil central et le Comité exécutif de l’OLP se prononcent contre les déclarations d’Abbas dans l’interview et le tiennent pour responsable de ce qui a été dit. [2] Le membre du Conseil central du PFLP Rabbah Mhanna a appelé sur sa page Facebook à la démission d’Abbas, affirmant qu’il avait « franchi toutes les lignes rouges nationales ». [3] Le FPLP a également critiqué la visite de condoléances d’une délégation de l’AP, le 29 mars 2016, à la famille de Mounir Amar, chef de l’administration civile israélienne en Cisjordanie, tué dans un accident d’avion le 26 mars. [4]

Loading...

Les tensions sont également dues à la critique acerbe du PFLP à l’égard de la conduite de l’AP suite à l’assassinat du membre du FPLP Omar Al-Nayef, tué le 26 février 2016 dans l’ambassade palestinienne en Bulgarie. Les responsables du FPLP ont accusé le ministère palestinien des Affaires étrangères de fausser l’enquête sur l’assassinat et de dissimuler des détails clés. [5]

Le 11 avril 2016, les responsables du FPLP ont déclaré qu’ « Abbas, chef de l’OLP, a ordonné au chef du Trésor national d’interrompre l’octroi de fonds au FPLP ». Selon les responsables du FPLP Rabbah Mhanna et Dhu Al-Fiqar Swairjo, l’ordre a été donné oralement et le FPLP n’a reçu aucun avis officiel à ce sujet [6]. Dans une déclaration publiée par Mhanna, on peut lire : « Nous poursuivons nos activités et ne nous rétracterons jamais de nos positions justes. Si l’AP persiste à interrompre la distribution [des fonds], nous émettrons un communiqué contre cette décision et le présenterons aux membres du Comité exécutif de l’OLP. » [7]

Plus tard, le Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP) a annoncé qu’Abbas avait en outre ordonné l’interruption du versement de fonds à ce mouvement. [8]

La fureur du FPLP à l’égard de l’AP, et d’Abbas en particulier, a atteint son pic le 12 avril 2016, au lendemain de l’annonce de la nouvelle. Le FPLP à Gaza a organisé une manifestation pour les 40 jours de l’assassinat d’Omar Al-Nayef, également en soutien aux prisonniers palestiniens et aux familles des « martyrs » dont les corps sont détenus par Israël. Les manifestants ont brûlé des représentations du ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad Al-Maliki, de l’ambassadeur palestinien en Bulgarie Ahmad Al-Madhbouh et du président Abbas. La manifestation a également émis des appels à la résistance armée afin d’obtenir la libération des prisonniers palestiniens et des corps des martyrs. [9] Des membres du Hamas et du Jihad islamique palestinien (JIP) y ont participé, y compris le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri, le responsable du Hamas Ismail Radwan, et le responsable du JIP Khaled Al-Batsh.

Après la manifestation, le porte-parole officiel du Fatah, Fayez Abu Aita, a publié un communiqué exigeant que le PFLP s’excuse d’avoir brûlé les photos d’Abbas, qualifiant cet acte de « comportement méprisable au niveau national et moral ». Il a ajouté que le Trésor national avait rejeté la décision d’interrompre l’octroi de fonds au FPLP. [10]
 

Photos d’Al-Maliki et d’Al-Madhbouh brûlées avec la légende « Assassin » (Facebook.com/878066455561308, 12 avril 2016)

Learn Hebrew online

Des manifestants portant des cercueils de « martyrs ». Au défilé participaient des membres du Hamas et du Jihad islamique palestinien (Pflp.ps, 12 avril 2016)

Les médias palestiniens ont largement couvert les tensions entre les responsables du FPLP et de l’AP. Plusieurs articles sur le sujet ont été publiés, à la fois par des auteurs proches du FPLP et par des partisans d’Abbas. Extraits :

Articles sur le site du FPLP : « Le régime d’Abbas est corrompu et autocratique »

Loading...

Dans ce contexte de tensions, des articles parus sur le site du FPLP ont durement condamné la suspension des fonds au PFLP et attaqué la politique d’Abbas et la nature de son régime.

Jibril Mohammed, rédacteur du site, a accusé Abbas et ses associés de corruption : « Le décideur [Abbas] sait que [la somme que] le FPLP reçoit légalement en une seule année ne se rapproche pas de ce qu’ [un seul responsable] corrompu de la bureaucratie [de l’AP], ou [un seul] magouilleur, vole en quelques jours. Il sait aussi que tout [l’argent] qu’il accorde au FPLP ne correspond pas aux fonds dépensés en une seule année par l’un des chefs des organismes liés au gouvernement… Nous sommes las de la façon dont cette faction nationale [FPLP], qui a longtemps été patiente et a placé l’intérêt national au-dessus du sectarisme, est traitée… »

« La décision d’interrompre l’octroi de fonds en réaction à la position politique du FPLP n’affaiblira jamais [celui-ci], mais finira par ternir la réputation de celui qui en a donné [l’ordre]… » [11]

Le membre du FPLP et ancien prisonnier Fayez Rachid a également émis de dures critiques à l’encontre d’Abbas, accusant même la direction de l’AP d’abandonner l’OLP. Il écrit : « Le Front populaire est le [mouvement] qui adhère le plus étroitement au Pacte national palestinien [de l’OLP], et c’est une vérité connue de tous. Parmi ceux qui dévient de l’alliance de l’OLP, les plus notoires sont l’AP, son président et ses associés. Naturellement, ceux qui ne méritent pas de recevoir des fonds de l’OLP sont ceux qui dévient de son alliance, et non ceux qui y adhèrent. Depuis la création de l’Autorité palestinienne, qui effectivement [opère] sous occupation, l’OLP et toutes ses institutions ont été délibérément négligées. Revenir à [l’OLP] est resté un [simple] slogan brandi par ceux qui contrôlent [l’OLP] uniquement lorsque l’AP est en difficulté politique […] »

Des éditorialistes de quotidiens de l’AP : le fait de brûler des photos d’Abbas était un acte honteux ; le leadership du FPLP doit s’excuser

Omar Hilmi Al-Ghoul, éditorialiste d’Al-Hayat Al-Jadida et conseiller de l’ancien Premier ministre de l’AP Salam Fayyad, a écrit : « Il est honteux que des photos du président palestinien Abou Mazen aient été brûlées avant-hier par un groupe de membres du FPLP au cours d’une manifestation à Gaza ; cela dépasse le [simple] désaccord. Le fait de brûler la photo du président de l’OLP est un acte honteux et une tache noire [qui trouble] les relations fraternelles entre le FPLP et le Fatah, et entre le FPLP et le président Abbas… »

« Dans le passé, il est déjà arrivé que l’octroi de fonds au FPLP ait été interrompu ; le problème a été résolu de manière amicale après des discussions entre les forces nationales, y compris les dirigeants du Fatah, et le président Abou Mazen, sans menacer [l’unité] nationale. Alors, pourquoi recourir à des gamineries et s’échouer sur des pierres d’achoppement en trahissant l’esprit national palestinien ? Quel intérêt le FPLP a-t-il de brûler des photos du président Abou Mazen ?… Abou Mazen a-t-il dévié du programme de consensus national ? A-t-il abandonné les intérêts de son peuple ? Pourquoi certains d’entre vous font-ils à présent des remarques hâtives, irréfléchies et irresponsables ?

« Vous avez le droit de critiquer toute position prise par Mahmoud Abbas, les dirigeants du Fatah ou par toute institution nationale si elle n’est pas à votre goût ou si vous la désapprouvez. Vous avez le droit de boycotter les réunions, mais vous n’avez pas le droit de brûler des photos du président Mahmoud Abbas, car il est [notre] principal emblème national. »

« Si les dirigeants du FPLP chez nous ou à l’étranger ont un peu de courage, la sagesse politique veut qu’ils présentent immédiatement des excuses au peuple, au mouvement du Fatah et au président Abou Mazen [lui-même], avant qu’il ne soit trop tard… » [13]

Un autre éditorialiste d’Al-Hayat Al-Jadida, le membre du Fatah Muwaffaq Matar, écrit dans un article que les appels contre la direction de l’AP nuisent à l’unité nationale palestinienne : « Amis du PFLP, réveillez-vous ! Ne soyez pas comme un cheval de Troie. L’unité palestinienne, que nous avons bâtie ensemble, est plus grande et plus précieuse que tous les fonds des ‘laquais’. » [14]

Il a ajouté : « Je cherchais en vain une condamnation du FPLP pour ce que le groupe de jeunes hommes a fait, [ces hommes] qui se disaient membres du FPLP et qui ont brûlé des photos du président Mahmoud Abbas. Mais, hier à 18h00, je n’ai trouvé [aucune condamnation], et j’ai commencé à penser que les dirigeants du FPLP avaient permis de brûler la photo du président du peuple palestinien. Un tel comportement est inexcusable, surtout quand il se produit dans le cadre d’une activité qui, à en juger par les photos diffusées dans les médias sociaux et sur YouTube, consistait en [une manifestation] organisée, car elle était dirigée par des responsables du bureau politique [du FPLP], qui ont fait des déclarations à une chaîne satellite arabe. En d’autres termes, l’incident a eu lieu sous le nez de [ces responsables], et même si ce ne fut pas le cas, ils l’ont appris plus tard et l’ont délibérément ignoré… » [15]

MEMRI

Notes :

[1] Voir Dépêche spéciale de MEMRI n° 6377, PA President Mahmoud ‘Abbas’s Unprecedented Remarks Against Knifings Spark Controversy Among Palestinians, le 7 avril 2016.

[2] Pflp.ps, 3 avril 2016.

[3] Amad.ps, 4 avril 2016.

[4] Raialyomu.com, 30 mars 2016.

[5] Alresalah.ps, 3 mars 2016.

[6] Safa.ps, Alquds.com, 11 avril 2016.

[7] Karamapress.com, 12 avril 2016.

[8] Maannews.net, 12 avril 2016.

[9] Maannews.net, Pflp.ps, 12 avril 2016.

[10] Maannews.net, 13 avril 2016.

[11] Pflp.ps, 12 avril 2016.

[12] Pflp.ps, 12 avril 2016.

[13] Al-Hayat Al-Jadida (Autorité palestinienne), 14 avril 2016.

[14] Probablement une référence à un article du 13 avril 2016 paru dans le quotidien libanais Al-Akhbar, informant que le FPLP souhaitait recevoir des fonds de l’Iran.

[15] Al-Hayat Al-Jadida (Autorité palestinienne), le 14 avril 2016.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “La photo du président « à vie » Mahmoud Abbas brûlée lors d’une manifestation du FPLP à Gaza ; vives tensions entre Abbas et le FPLP

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *