toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël : Le soldat Elor Azria en liberté pour passer les fêtes de Pessah en famille


Israël : Le soldat Elor Azria en liberté pour passer les fêtes de Pessah en famille

Le soldat Elor Azria, confiné dans sa base, a « été libéré vendredi pour se rendre chez lui à l’occasion de la fête de Pessah », qui débute vendredi. Il devra être de retour dans sa base dimanche matin, a précisé l’armée dans un communiqué.

Agé de 19 ans, de nationalité franco-israélienne, le soldat a été accueilli en « héros » et porté sur les épaules par les membres de sa famille et des habitants de Ramleh, sa ville d’origine située au sud de Tel-Aviv, selon des témoins.

Son cas divise profondément les Israéliens, entre ceux qui plaident pour le respect par l’armée de valeurs éthiques comme l’usage proportionnel de la force et ceux qui au contraire défendent le militaire en invoquant la multiplication des attaques terroristes palestiniennes.

Lundi, le soldat a été inculpé pour homicide par la justice militaire et non pour « assassinat ». Il est accusé d’avoir tué un terroriste arabe blessé et à terre qui avait auparavant attaqué des soldats au couteau à Hébron le 24 mars.

Les faits ont été documentés par une vidéo qui s’est propagée sur les réseaux sociaux le jour même de l’affaire par une ONG de gauche qui a pour habitude de salir Israël.

Elor Azria a été inculpé pour avoir enfreint les consignes de tirs en ouvrant le feu « sans justification opérationnelle alors que le terroriste était blessé à terre et ne présentait aucun danger », selon l’acte d’accusation.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et le ministre de la Défense Moshé Yaalon ont réprouvé l’acte du soldat, alors que les hommes politiques d’extrême droite ont appelé à sa libération.

Mardi, des milliers d’Israéliens avaient manifesté à Tel-Aviv pour soutenir Elor Azria.

L’arrivée à la maison d’Azaria a été accompagnée par des célébrations de joie, où des partisans et certains militants de droite, [dont Otzmah Yehudit, ex- Front National juif de Baruch Marzel (et ex-bras droit de Meïr Kahana, qui réside dans le quartier de Tel Rumeida à Hébron, où les faits investigués se sont déroulés -disqualifié avec Hanan Zoabi des élections de 2015)] l’ont porté sur leurs épaules.

Après des embrassades prolongées, sa mère a pu lui dire : « Bienvenue, mon fils, bienvenue à la maison ».

 

Sgt. Elor Azaria carried on the shoulders of his supporters (Photo: Motti Kimchi)
Sgt. Elor Azaria portés sur les épaules par ses partisans (Photo: Motti Kimchi)

Son père avait un message à transmettre au public israélien : « Merci au peuple d’Israël et au Tribunal pour l’autoriser à être avec nous à la maison pour Pessah. Nous voulons être une famille normale ».

 

Sgt. Elor Azaria receiving a hug from his mother and sister (Photo: Motti Kimchi)
Sgt. Elor Azaria lors des embrassades avec sa mère et sa soeur (Photo: Motti Kimchi)

Azaria lui-même a évité de faire le moindre commentaire aux reporters qui ont débarqué devant la maison de la famille.

Avec l’AFP







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Israël : Le soldat Elor Azria en liberté pour passer les fêtes de Pessah en famille

    1. chouika

      hqazak,mais il qu’il soit blanchi,et qui reprenne ses foncfions au sein de son unité,
      pessah casher ve sameah

    2. Jean-Francois Morf

      Dans la première moitié du Coran, Allah, qui est en fait Satan, prend à son compte les anciennes actions de Dieu le père. Dans la seconde moitié du Coran, Allah promet 72 gamines vierges et le paradis d’Allah, c’est à dire l’enfer, aux mahométans tuant des juifs ou des chrétiens. La sharia, inventée par les pharisiens, les imams et les mollahs, n’est pas d’inspiration divine, et Dieu le fils l’avait abolie: que celui qui n’a jamais péché lui lance la première pierre. Allah est Satan, et Mahomet est AntiChrist, prédit dans les évangiles.
      Les anti-chrétiens qui obéissent à AntiChrist et à Satan, et qui croient aux fausses promesses de Satan, doivent être convertis au Christianisme. Mais s’ils souhaitent mourir parce qu’ils croient aux 72 vierges, il faut leur rendre ce service, et sans aucun regret.
      Après tout, ils ont fait un pacte avec Satan, l’unique, l’intolérant, l’esclavagiste.
      Alors que Dieu le père et Dieu le fils et tous ses saints sont multiples, tolérants, libérateurs.

    3. Samuel Nili

      Sergent franco israélien Elor Azaria, poursuivi pour l’homicide
      d’Abdel Fattah al-Sharif, le 24 mars 2016.

      Cher Monsieur,
      2 paramètres :
      1- A quoi servent les uniformes militaires ?
      Il est inconcevable de ne pas constater l’évidence à savoir :
      Lorsqu’un civil prend les armes pour s’attaquer à un militaire, il n’est plus un civil. Il devient un militaire. Un militaire sans uniforme. Un militaire qui s’affranchit des lois de la guerre mais qui voudrait bénéficier des protections de Genève sans s’y conformer en tant que belligérant.
      La Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, actuellement en vigueur, fut signée le 12 août 1949. Elle est appelée « quatrième Convention de Genève ». Elle comporte 159 articles et 3 annexes.
      Pendant la guerre de 39-40 il était bien connu que les soldats qui ne portaient plus d’uniforme et qui attaquaient les troupes allemandes étaient abattus sans le début d’un jugement.
      Le tribunal militaire ne peut pas accuser un soldat israélien qui aurait tiré sur un civil palestinien. Le soldat israélien à tiré sur un soldat arabe qui ne portait pas d’uniforme qui de plus ne portant pas d’uniforme ne peut prétendre à la protection des lois de la guerre.
      2- Le soldat arabe sans uniforme
      Abdel Fattah al-Sharif ne bénéficie d’aucune protection quelque soit sa position (couchée, debout..) Ce n’est pas parce qu’il est au sol qu’il n’en est pas moins susceptible de sortir une arme et de blesser ou de tuer. Rien n’indiquait au militaire israélien qu’il était hors de danger et que le militaire arabe sans uniforme n’était pas hors d’état de nuire.
      Samuel Nili Auteur de « Retourne en Palestine »
      PS :
      If you need a translation in english, please ask.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap