toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le monde libre doit se réveiller de son long sommeil et condamner le terrorisme palestinien


Le monde libre doit se réveiller de son long sommeil et condamner le terrorisme palestinien

L’ONU, L’Union Européenne de par la voix de leurs représentants, et plusieurs dirigeants du mondes avec l’Administration, Obama en tête, ont toujours clamé haut et fort que le terrorisme palestinien, qui n’est pas différent du terrorisme qui tue ailleurs dans le monde, serait lié à une cause palestinienne. Ils se font de ce fait les porte-paroles d’un mouvement qui a juré dès sa création de s’exprimer par la révolution armée, afin de  libérer intégralement la Palestine qu’ils considèrent occupée injustement par l’Etat d’Israël qu’ils qualifient d’impérialiste.

Il suffit de regarder les textes fondateurs de ces mouvements pour comprendre que ces violences contre les populations civiles israéliennes  n’ont rien avoir avec une prétendue occupation de  territoires palestiniens par l’Etat d’Israël, mais qu’elles sont bien liées à un projet de destruction de l’Etat d’Israël.

La Charte Nationale de l’OLP (Organisation pour la Libération de la Palestine) a été rédigée en juin 1964, elle a été reconnue puis officialisée lors de la conférence de la Ligue arabe d’Alexandrie en septembre 1964 ; nous étions encore loin de 1967, Israël n’avait pas encore libéré la Judée-Samarie.  Nous vous présentons ici quelques articles de cette charte :

  • Article 19 : Le partage de la Palestine en 1947 et l’établissement de l’État d’Israël sont entièrement illégaux, quel que soit le temps écoulé depuis lors, parce qu’ils sont contraires à la volonté du peuple palestinien et à son droit naturel sur sa patrie et en contradiction avec les principes contenus dans la charte des Nations unies, particulièrement en ce qui concerne le droit à l’autodétermination.
  • Article 20 : La déclaration Balfour, le mandat sur la Palestine et tout ce qui en découle sont nuls et non avenus. Les prétentions fondées sur les liens historiques et religieux des Juifs avec la Palestine sont incompatibles avec les faits historiques et avec une juste conception des éléments constitutifs d’un État. Le judaïsme, étant une religion, ne saurait constituer une nationalité indépendante. De même, les Juifs ne forment pas une nation unique dotée d’une identité propre, mais ils sont citoyens des États auxquels ils appartiennent.
  • Article 21 : S’exprimant par révolution armée palestinienne, le peuple arabe palestinien rejette toute solution de remplacement à la libération intégrale de la Palestine et toute proposition visant à la liquidation du problème palestinien ou à son internationalisation.
  • Article 9 : La lutte armée est la seule voie menant à la libération de la Palestine. Il s’agit donc d’une stratégie d’ensemble et non d’une simple phase tactique. Le peuple arabe palestinien affirme sa détermination absolue et sa ferme résolution de poursuivre la lutte armée et de préparer une révolution populaire afin de libérer son pays et d’y revenir. Il affirme également son droit à avoir une vie normale en Palestine, ainsi que son droit à l’autodétermination et à la souveraineté sur ce pays.
  • Article 10 : L’action des commandos constitue le centre de la guerre de libération populaire palestinienne, ce qui exige d’en élever le degré, d’en élargir l’action et de mobiliser tout le potentiel palestinien en hommes et en connaissances, en l’organisant et en l’entraînant dans la révolution palestinienne armée. Cela suppose aussi la réalisation de l’unité en vue de la lutte nationale parmi les divers groupements du peuple palestinien, ainsi qu’entre le peuple palestinien et les masses arabes afin d’assurer la continuation de la révolution, son progrès et sa victoire. (Source : OLP).

Pour mémoire, il est important de rappeler que La Déclaration Balfour de 1917 durant le mandat britannique, reconnaissait déjà le caractère juif de ce qui allait devenir l’Etat juif en 1948. Par une lettre publiée le 2 novembre 1917 par Arthur James Balfour, alors Ministre britannique des Affaires Étrangères, le Royaume-Uni se déclare en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national juif. Cette déclaration est considérée comme une des premières étapes dans la création de l’État d’Israël. Cependant, il faut savoir que les liens du peuple juif cette terre ne date pas de 1917.

De plus, le 29 novembre 1947 il y a eu la résolution 181 adoptée par l’ONU portant sur la création d’un Etat juif et d’un Etat arabe en Palestine, au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Mais les arabes ont refusé l’application de cette résolution et ont préféré faire la guerre en Mai 1948 à la jeune nation juive naissante. Il n’existait pas encore de cause palestinienne ni de peuple palestinien en cette période-là. Après plusieurs défaites, les Etats arabes ont fini par signer des accords de paix avec l’Etat d’Israël non sans avoir créé la cause palestinienne par l’Egypte de NASSER et officialisée par la ligue arabe.

Au regard de ce qui précède, nous pouvons comprendre aisément que les palestiniens, contrairement à ce que les occidentaux veulent laisser croire, ne luttent pas pour une solution à deux Etats, mais bien pour s’attribuer tous les territoires de cette partie du monde y compris ceux appartenant à l’Etat d’Israël.

Aujourd’hui encore ils continuent de l’affirmer par la bouche de leurs représentants.  Le chef en exil du groupe terroriste palestinien Hamas, Khaled Mechaal, a affirmé lundi 14 mars 2016, que la vague d’attaques au couteau visant des Israéliens est « sans aucun doute une intifada » (soulèvement en arabe), après celles de 1987 et de 2000. Il établit clairement un lien entre ces violences et la cause palestinienne créée en 1964 par l’ancien Président Egyptien NASSER.

Poursuivant ses déclarations, il ajoute que « Le Hamas, les mouvements palestiniens et le peuple palestinien ne font que se défendre, c’est une guerre défensive, nous résistons, nous défendons nos fils, nos enfants, nos femmes, nos lieux de cultes ».

Les déclarations de Ibrahim Khreisheh, représentant palestinien auprès du Conseil de l’ONU pour les droits de l’homme ne font que confirmer les propos du Chef du groupe terroriste palestinien Hamas : Khaled Merchaal. Selon Ibrahim Khreisheh, « tous les Juifs vivant en Israël devraient retourner dans leurs pays d’origine ». Le diplomate palestinien affirme que « notre problème c’est que les Juifs sont venus en Palestine de l’extérieur de la région, l’ont colonisée et y ont établi leur Etat » (Source).

Ainsi donc, comme nous pouvons le constater, les palestiniens ne sont pas intéressés par une solution à deux Etats comme l’on nous le fait croire à longueur de journées. Ils veulent toutes les terres de cette partie du monde. Israël s’est retiré de Gaza, mais qu’ont-ils fait (les palestiniens) de Gaza.

Le Hamas qui s’est rendu maître de Gaza y a installé ses bases terroristes. L’on se souvient des tunnels creusés jusqu’à l’intérieur de l’Etat d’Israël par le Hamas et ses alliés en violation du droit international et ce en vue de s’attaquer aux civiles israéliens. Le blocus est souvent évoqué pour justifier le terrorisme palestiniens venant de Gaza mais l’on oublie qu’il y a également un blocus du côté de l’Egypte, pourquoi dans ce cas le Hamas ne s’attaque-t-il pas à l’Egypte?

Sous l’argument fallacieux d’occupation et d’injustice, les palestiniens ont réussi à tromper l’opinion internationale avec l’appui de l’ONU, l’EU et le Etats qui leur ont apporté leur soutien dans leur projet de dé-légitimation et  de destruction de l’Etat d’Israël en les finançant à coup de millions d’euros et en adoptant des lois d’étiquetage des produits israéliens. Si les palestiniens voulaient d’une existence étatique aux cotés de l’Etat d’Israël, ils l’auraient obtenu depuis que des négociations ont été menées en vue de trouver une issue à la crise. Ils ont toujours fait échouer les négociations ou quittés la table négociation justifiant cela par un refus d’Israël d’accéder à leurs conditions qu’ils savent eux-mêmes inacceptables, afin de recourir à la violence qui est leur mode opératoire retenue depuis l’existence de leurs mouvements créés à partir de 1964 (voir articles ci-dessus).

Ce mode opératoire d’usage de la terreur comme moyen d’action est utilisé par tous les groupes terroristes à travers le monde pour atteindre leurs objectifs de déstabilisation des Etats quel que soient les motifs de leurs actions. On l’a vu cette semaine  en Côte d’Ivoire et en Turquie. Hier c’était au Mali, au Burkina Faso, c’est toujours le cas au nord du Nigéria et dans plusieurs autres pays africains, et en Europe.

Depuis plusieurs décennies, l’on nous a fait croire que les actions terroristes et les violences perpétrées sur le continent européen et notamment en France et ailleurs dans le monde, étaient étroitement liées au conflit israélo-palestinien. Ce n’est pas la Ministre des Affaires Etrangères suédoise Madame Margot Wallström qui dira le contraire,  elle qui au lendemain des attentats meurtriers de paris qui a causé la mort de plus 130 personnes innocentes, déclarait sur la chaine  télé SVT2 que « la radicalisation des musulmans est liée à des situations comme celle des palestiniens qui n’ont pas d’avenir et  sont donc condamnés à choisir  soit  d’accepter une situation désespérée soit de recourir à la violence »

Ainsi donc pour certains dirigeants européens  le phénomène de la violence qui tue chez elle est lié à un conflit que l’Europe entretient à coup de millions d’euros à travers le financement des activités de l’Autorité Palestinienne qui collabore avec le Hamas, un mouvement reconnu terroriste par l’Union européenne.

Toute la diplomatie internationale s’est focalisée sur ce conflit depuis des décennies et le résultat peut se résumé à quelques chiffres.

Total des Condamnations du CDM,  de 2006 à 2015 (Source : UN Watch)

Israel: 61

Syrie: 15

Myanmar: 12

North Korea: 8

Iran: 5

Belarus: 4

Erythrée: 3

Sri Lanka: 3

Soudan: 2

Libye: 2

Honduras: 1

Afghanistan: 0

Alegrie: 0

Chine: 0

Cuba: 0

Guinée Equatoriale: 0

France: 0

IraK: 0

Lebanon: 0

Russie: 0

Pakistan: 0

Somalie 0

Turkmenistan: 0

UK: 0

USA: 0

Uzbekistan: 0

Venezuela: 0

Vietnam: 0

Yemen: 0

Zimbabwe: 0

Total concernant Israël: 61

Reste du World Combiné: 55

En neuf d’existence, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU (CDM) a condamné l’Etat d’Israël  61 fois contre 55 fois pour le reste du monde. Tout le système des nations unies n’est pas en reste de ce bilan qui en dit long sur la lecture que font les principaux dirigeants du monde des événements les plus graves du monde.

Et pourtant, il suffit d’ouvrir les yeux pour comprendre que l’Europe est en train d’être rongée par  un terrorisme dont les gênes sont belle et bien semés à l’intérieur du continent.

Les attentats de paris perpétrés par l’Etat islamique viennent mettre fin à toute confusion sur la source des violences qui s’opèrent sur le continent européen. En effet, la plupart de ceux qui tuent en Europe « au nom d’Allah » sont bien des européens  partis en Syrie pour combattre aux côtés des troupes de l’Etat islamique qui combattent le régime de Bassar El Assad. Ce conflit né des suites d’un printemps arabe mal géré à fait à lui seul plus de 250000 morts à ce jour et des millions de personnes déplacées. Comme nous pouvons le constater, nous sommes ici très loin du problème palestiniens.

Quant à l’Etat islamique, cette épine dans le pied de l’occident,  née du chao irakien, son existence ne saurait être liée à un quelconque conflit loin de ses frontières.

Les jeunes européens qui vont combattre en Syrie et qui ont revendiqué les attentats de paris n’y vont pas pour combattre aux côtés des palestiniens dont plusieurs d’entre eux ont été massacrées en Syrie. Leur radicalisation et leur recrutement se sont faits pour les causes de l’Etat islamique à savoir établir un califat et étendre l’expansion de leur Etat à travers le monde entier.

Tant que leurs victimes du terrorisme étaient des Juifs et leurs cibles des édifices de la communauté juive, l’on pouvait spéculer sur une quelconque cause liée au conflit israélo-palestinien qui aurait dû connaitre une sortie de crise si les palestiniens étaient prêts à en sortir.

Mais les cibles visées par les derniers attentats et l’origine diverses des victimes arrivent à elles seules à clore le débat sur le conflit israélo-palestiniens et à rechercher ailleurs les causes de la radicalisation des jeunes et leurs actions terroristes. D’autres exemples encore plus édifiants permettent de conforter cette thèse. En Afrique, nous avons le Boko Ahram qui a fait allégeance au Califat de l’Etat islamique, son objectif combattre l’occident en détruisant les écoles de la République du Nigéria, et tout symbole ayant un lien avec la civilisation occidentale. L’on se souvient de plusieurs écoles déjà détruites dans le nord du Nigéria et plus de 200 jeunes élèves et étudiantes enlevées en vue de les convertir de force à l’islam.

Il est temps que L’ONU,  l’Europe et le reste du monde ouvrent les yeux et comprennent une bonne fois pour toutes qu’ils sont entrés dans un combat qui s’inscrit dans la durée contre ce mal qui sévit sur tous les continents, et face auquel le monde devra sérieusement s’organiser. Il faudra sortir du schéma habituelle de la diplomatie qui consiste à s’attaquer aux innocents et laisser courir les coupables, s’attaquer aux faiseurs de paix et laisser libres les assassins planter le glaive dans le corps des partisans de la paix. Ce sont les valeurs du monde libre qui sont dans le viseur et non un quelconque territoire palestinien.

Le monde libre devra pour ce faire voir en l’Etat d’Israël un allié dont l’expérience dans la lutte contre le terroriste a fait ses preuves. Il devra cesser d’instrumentaliser le conflit israélo-palestinien à des fins politiques et défendre rigoureusement les valeurs qui ont fait sa grandeur.  L’Europe doit cesser de se coucher devant les nations qui produisent et financent le terrorisme à travers le monde. Comment comprendre que le Président Iranien fut-il un client potentiel d’Airbus puisse traiter Israël d’un Etat illégal devant des journalistes européens de renoms sans  qu’ils aient à redire et sans qu’aucune autorité de l’Etat ne condamne ces propos. Israël n’est-il pas un pays membre de l’ONU et l’ONU n’est-elle pas l’Organisation des Nations-Unies. Les propos du Président  iranien montre qu’il n’a aucune considération pour ce que représente le droit international, puisqu’il justifie l’absence de relations diplomatiques entre l’Iran et Israël par le simple fait que pour eux l’Etat d’Israël n’est pas un Etat à leurs yeux. C’est aller contre le droit international, une des armes de la démocratie occidentale dont se servent les Etats tels que l’Iran pour asseoir leur légitimité et faire prospérer leur régime théocratique au passé terroriste.

Il est donc temps que le monde libre se réveille de son long sommeil pour faire face au mal qui le menace, et faire de la lutte contre le terrorisme une priorité. Cette lutte contre le terrorisme doit être globale. Elle ne doit pas laisser de côté certains pays. Elle ne doit pas être sélective.

Le terrorisme qui tue en Israël est le même terroriste qui tue en France, en Côte d’Ivoire, en Turquie et partout dans le monde. Il est temps que toutes les nations  unissent leurs forces afin de faire face à ce mal qui menace la planète toute entière.

Le véritable danger de notre siècle, c’est le terrorisme qui s’attaque gratuitement à la vie humaine. Il se développe à travers le monde sous différentes appellations mais il reste le même terrorisme qui s’attaque à des populations civiles,  des personnes innocentes qui ne cherchent qu’à œuvrer pour leur bien-être. Son objectif est donc clair, semer la peur par la terreur et  freiner voir inhiber l’ardeur au travail des nations qui cherchent à œuvrer pour le bien de leurs peuples.

Il est donc urgent que toutes les nations soucieuses d’avancer vers un monde meilleur s’unissent et conjuguent leurs efforts contre ce phénomène qui constitue une réelle menace pour le développement des nations et la liberté des peuples.

© Paul N’DRI pour Europe Israël News





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Le monde libre doit se réveiller de son long sommeil et condamner le terrorisme palestinien

    1. TUIL

      Le « machin » s’est dévoyé et n’a plus vraiment aucun intérêt; ses membres ne font que de la figuration : une assemblée de clowns.

    2. Roland

      Rien qu’a voir les pays islamistes confirmés qui sont dans l’ONU, cela devient une blague que nos payons pourtant nous citoyens des pays développés et démocratiques…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap