toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’antiterrorisme dépense 7 millions d’euros pour financer… des ateliers de cuisine du monde en prison !


L’antiterrorisme dépense 7 millions d’euros pour financer… des ateliers de cuisine du monde en prison !

La direction de l’administration pénitentiaire consacre sept millions d’euros du plan de lutte antiterroriste à des projets qui agacent les syndicats.

La note que nous publions en bas de cet article, tous les directeurs de prison l’ont reçue. Elle donne des indications sur la manière de dépenser les 7,2 millions d’euros de crédits du plan de lutte antiterroriste (PLAT) alloués aux prisons pour l’année 2016. Elle a été rédigée le 16 février par la direction de l’administration pénitentiaire. « Ces moyens supplémentaires permettront à l’administration pénitentiaire de contribuer plus efficacement à la mobilisation collective face à la menace terroriste », annonce d’emblée le document, qui détaille la philosophie des actions à mettre en place.

Ainsi les activités socioculturelles chargées de « promouvoir la citoyenneté et le vivre ensemble » y figurent en bonne place. Les directeurs d’établissements sont encouragés à développer des conférences-débats, des « formations à l’arbitrage », des « ateliers de découverte des cuisines du monde », ou des « actions de médiation animale », une technique qui mobilise des animaux de compagnie pour réduire le stress, les troubles mentaux, physiques ou sociaux.

Parmi les « actions destinées à réduire les facteurs susceptibles de favoriser la radicalisation violente », l’administration lance un appel à projets sur « la mise en œuvre d’actions centrées sur la conjugalité et la parentalité ». Avant de conclure : « L’action de l’administration pénitentiaire en matière de prévention et de lutte contre la radicalisation étant très observée, nous devons être en capacité de justifier précisément de l’utilisation des crédits obtenus dans le cadre du plan de lutte antiterroriste, notamment en matière d’insertion et de prévention contre la récidive. »

Dépense express

C’est la deuxième année que le ministère de la Justice finance ce plan de lutte antiterroriste. Et l’utilisation de ces crédits contrarie les syndicats pénitentiaires. Ces derniers ne remettent pas en cause l’utilité de ces opérations, mais dénoncent la précipitation de l’administration à les estampiller comme antiterroristes. « L’année dernière, avec ces crédits, il y a eu un effet d’aubaine. On a acheté des centaines de ballons de foot, on a financé des cours de sophrologie, des sorties en catamaran… Ce sont des actions réellement intéressantes dans la vie d’une prison, mais qui n’ont rien à voir avec de la lutte antiterroriste », s’agace Jean-François Forget, président de l’UFAP-Unsa Justice, premier syndicat pénitentiaire. « Les fonds sont arrivés avant la réflexion », confirme Jimmy Delliste, secrétaire général de FO-Direction, principal syndicat des directeurs de prison.

Des voix s’élèvent pour défendre ces actions socioculturelles. Ainsi, Sophie Bleuet, directrice de l’école nationale de l’administration pénitentiaire, explique : « Les citoyens doivent comprendre que tout ce qui est fait en faveur du confort des détenus est un effort fait en faveur de la sécurité nationale. » De son côté, le porte-parole de la chancellerie nous indique que l’essentiel des mesures qui ont été prises en faveur des prisons dans le cadre de ce plan de lutte antiterroriste ont été « la création de 1 100 emplois, l’amélioration de l’attractivité des métiers, l’acquisition de brouilleurs nouvelle génération, {le financement de nouveaux programmes} immobiliers, et la revalorisation des aumôniers de toutes confessions ».





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “L’antiterrorisme dépense 7 millions d’euros pour financer… des ateliers de cuisine du monde en prison !

    1. FANNY

      Il faut d’abord lutter contre l’illettrisme et l’incivisme. Autrement dit: les prisonniers doivent apprendre à lire et à écrire, notamment des livres d’histoire de France, la vraie, pas celle qui met tout le monde dans le même panier et par là renforce le communautarisme.

      Cela signifie aussi des cours d’éducation civique pendant lesquels ils apprennent à respecter les autres, notamment les femmes et que la religion ne doit pas être une excuse pour soumettre, maltraiter et tuer.

      Et apprendre des métiers au lieu de tourner en rond. À leur sortie de prison ils n’auront plus l’excuse/prétexte de ne pas avoir reçu de formation pour recommencer leurs délits.

      Le ton adopté pour ce programme est plutôt vague, emphatique et théorique. Qu’est- ce que ça va donner en pratique?

    2. Armand Maruani

       » on a financé des cours de sophrologie, des sorties en catamaran  » .

      Quelle naïveté , c’est incroyable !

      On a des milliers de SDF , des retraités qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts , des chômeurs en fin de droit etc………..

      Et on  » balance  » 7 millions d’euros pour des prisonniers , qui sont muzz en majorité , et manipulés par des imams aux moyens plus sournois et efficaces .

      Et le Ministère de la Justice n’a trouvé que des ballades en mer en catamaran et des cours de cuisine comme solutions pour lutter contre le terrorisme .

      Quelle bande de bouffons !

    3. Armand Maruani

      La solution ?

      Tous ceux qui ont du sang sur les mains je les expédierai à l’Île du Diable en Guyane où ils apprendront la cuisine et à nager au milieu des requins .

      Je leur donnerai même un conseil :

       » Essayez de vous évader

      et ,

      si vous réussissez vous pourriez écrire un livre et passer sur toutes les chaines TV  » .

       » Si  » . ah ah ah

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *