toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La romancière Franco tunisienne Fawzia Zouari : « Est-ce que le fait de critiquer l’islam et les musulmans vaut l’accusation d’islamophobie ? »


La romancière Franco tunisienne Fawzia Zouari : « Est-ce que le fait de critiquer l’islam et les musulmans vaut l’accusation d’islamophobie ? »

La romancière Franco-tunisienne prend la défense de l’écrivain algérien Kamel Daoud accusé de relayer des idées « islamophobes ». Selon elle, il « dérange le confortable angélisme sur l’islam et les musulmans ». Elle est l’invitée de Léa Salamé.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “La romancière Franco tunisienne Fawzia Zouari : « Est-ce que le fait de critiquer l’islam et les musulmans vaut l’accusation d’islamophobie ? »

    1. alauda

      Je ne suis pas convaincue par cette analyse.

      D’abord, l’expression « fatwa laïque » est oxymorique.
      Le fait de critiquer l’islam a valu le 7 janvier 2015 bien pire qu’une accusation d’islamophobie. Ce fut la mise en œuvre d’une fatwa mortelle. La laïcité ne tue personne.

      Est-il pertinent de parler du « discours un peu dreyfusard de la gauche » à propos du discours sur l’islam tenu par des philosophes de salon ? Que vient faire Dreyfus ici ? Je ne vois pas le rapport du tout.

      Ceux qui ont signé la tribune contre Daoud peuvent-ils être considérés comme représentatifs de « l’intelligentsia française » ? Sur les 19 noms du collectif signataire, lequel est connu en dehors des cercles du parisianisme ?

      Entre parenthèses, une figure de l’intelligentsia française est entrée récemment à l’Académie française : son premier livre cosigné repose dans ma bibliothèque depuis la fin des années soixante dix. La provinciale que je suis a aussi lu quelques pages de Daoud, mais pas une ligne de ces inconnus de la tribune de salon 🙂

      Daoud a fait entendre sa propre voix, il sait les risques qu’il a pris en le faisant. La seule chose que l’on puisse dire à son propos : espérons que ceux qui ne sont pas laïcs du tout ne toucheront pas un cheveu de sa tête.

    2. Jacques

      Une fois de plus, ce sont des gens originaires de ces pays arabo-musulmans qui parlent le plus clair sur la question, qui osent le plus contester la doxa bien-pensant actuelle.
      Daoud, mais aussi Boualem Sansal,Lydia Guirous, Malika Sorel les musulmans apostats… ou le père Boulad d’Egypte (non musulman certes) et beaucoup d’autres…

      C’est quand même incroyable qu’au pays dit « des droits de l’homme », de la « laïcité », il faille que ce soient des étrangers, ou étrangers d’origine, qui rappellent aux pseudo-élites de ce pays ce que signifient ces termes.

      Hélas, ses paroles tomberont sans doute, comme celles des autres cités, dans les oubliettes médiatiques, tant est grande la pression islamophile actuelle, pétrodollars aidant.
      Mais merci tout de même de rappeler des évidences, et de sauver l’honneur, madame.

    3. alauda

      Un article de Jean-Paul Brighelli sur Causeur ramène à leurs justes proportions la clique « d’intellectuels auto-proclamés » et planqués qui s’en sont pris à Daoud dans la tribune du Monde :  » Ils sont à l’abri en Occident, […] réfugiés derrière la muraille de leur bonne conscience. » Une « bonne » conscience qui passe par pertes et profits, comme il le souligne clairement, la question des droits de la femme.
      http://www.causeur.fr/kamel-daoud-cologne-viols-36995.html

      Fawzia Zouari cite trop brièvement à la fin du replay complet de cette interview l’enjeu de l’égalité des femmes, toutefois mieux développé dans son article sur Libé.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *