toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« Il y a beaucoup de Marocains à Molenbeek,ils ne trahiraient pas l’un des leurs. »


« Il y a beaucoup de Marocains à Molenbeek,ils ne trahiraient pas l’un des leurs. »

Cavale. Quatre mois après avoir participé aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris, Salah Abdeslam a été arrêté vendredi en Belgique. Une cavale anormalement longue qui s’explique par les gros ratés de l’équipe d’enquêteurs franco-belge et le soutien dont a bénéficié le terroriste lors de son retour à Molenbeek.

Au lendemain des attentats, il disparait. Le seul survivant du groupe de terroristes qui a semé la terreur à Paris et Saint Denis le 13 novembre dernier s’est volatilisé. Le 14 novembre, Salah Abdeslam rejoint la Belgique en voiture. Contrôlé trois fois par la police lors de ce trajet, il n’est pas arrêté. Le premier raté d’une enquête qui mettra plus de quatre mois à retrouver le terroriste, malgré la coopération des services de renseignement belge et français.

Le dispositif mis en place pour traquer le Français est impressionnant. Selon une source policière, plus de 800 enquêteurs et policiers Français et Belges travaillent sans relâche pour tenter de localiser le fuyard. Acculé, hystérique et en larmes au moment de quitter Paris, il se réfugie dans le seul endroit où il se sent en sécurité. Molenbeek, son quartier familial. Le ministre belge de la justice affirme alors avoir su où se trouvait le terroriste. Mais impossible d’intervenir : la loi belge n’autorise pas les perquisitions entre 21h et 5h du matin. Le lendemain, il est déjà trop tard. La rue des Quatre-Vents, dans laquelle il sera finalement intercepté, est à 700 mètres du domicile familial. L’appartement de Forest, où il sera repéré quelques jours avant son arrestation, se trouve à moins de dix kilomètres de là. Un mouchoir de poche, dans lequel les enquêteurs ne parviennent pourtant pas à le débusquer.

Complicité

La commune abrite l’une des communautés musulmanes les plus denses de Belgique, ce qui en fait une cible privilégiée pour les recruteurs islamistes. Mais Molenbeek sert également de base à un réseau familial et amical : « Il a probablement bénéficié de complicités dans son quartier et dans d’autres. Je ne l’ai jamais nié : il y a à Molenbeek un réseau de délinquants qui s’est radicalisé et auquel Abdeslam appartient. Il avait gardé des contacts à Molenbeek », explique à 20 minutes la bourgmestre Françoise Schepmans. Impression partagée par une serveuse qui travaille dans un café du quartier : « Il y a beaucoup de Marocains à Molenbeek, explique-t-elle à l’Express, ils ne trahiraient pas l’un des leurs« .

Pendant 126 jours, Salah Abdeslam vit donc tranquillement au milieu de ses amis. Il séjourne dans un logement social appartenant à la commune de Molenbeek. Il est l’homme le plus recherché d’Europe, mais personne ne le dénonce. Il faut une succession de coups de chance aux enquêteurs pour flairer à nouveau la piste du terroriste. Mardi dernier, six policiers perquisitionnent un logement qu’ils pensent vide. Ils essuient des tirs d’armes automatiques. Deux personnes s’enfuient par les toits. Abdeslam vient de leur filer entre les doigts, mais les traces ADN retrouvées dans l’appartement confirment qu’il se cache bien là, à Bruxelles.

Coups de chance

Les événements s’enchainement alors rapidement. Pris au dépourvu, Salah Abdeslam appelle une connaissance qui ne fait pas partie de son réseau de complices. Cet ami le dénonce et le djihadiste est localisé grâce à son téléphone portable. La veille de l’assaut, l’un de ses amis se rend aux funérailles du frère Abdeslam, Brahim, kamikaze du 13 novembre. Il est suivi par les forces de l’ordre jusqu’au repère du fugitif. Les enquêteurs se rendent compte qu’un grand nombre de personnes se trouvent au  79, rue des Quatre-Vents, « après qu’une femme qui semblait y vivre a commandé plusieurs pizzas« , expliquent des sources citées parPolitico. Preuve du soutien massif de la population à la cause d’Abdeslam, les policiers subissent des jets de pierres et de bouteilles au cours de son interpellation.La presse belge décrit un Salah Abdeslam tranquillement assis en train de prendre le thé avec la famille qui l’accueillait. Arrêté, il est conduit à la prison de Bruges où il est gardé sous haute surveillance. La fin d’une traque interminable au cours de laquelle un délinquant a mis en déroute la puissance policière et les enquêteurs Belges et Français, sans même quitter son quartier.

Salah Abdeslam arrêté : un habitant de…par france24

Pendant 126 jours, Salah Abdeslam vit donc tranquillement au milieu de ses amis. Il séjourne dans un logement social appartenant à la commune de Molenbeek. Il est l’homme le plus recherché d’Europe, mais personne ne le dénonce. Il faut une succession de coups de chance aux enquêteurs pour flairer à nouveau la piste du terroriste. Mardi dernier, six policiers perquisitionnent un logement qu’ils pensent vide. Ils essuient des tirs d’armes automatiques. Deux personnes s’enfuient par les toits. Abdeslam vient de leur filer entre les doigts, mais les traces ADN retrouvées dans l’appartement confirment qu’il se cache bien là, à Bruxelles.

Par Bastien Lejeune





Chroniqueur Europe Israël News



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “« Il y a beaucoup de Marocains à Molenbeek,ils ne trahiraient pas l’un des leurs. »

    1. SergeB

      Force est de reconnaitre que nous faisons face a une guerre de civilisation, il faut être vraiment sourd et aveugle pour ne pas le reconnaitre. Quand on pense que quelques individus peuvent tenir en échec pendant des mois des forces de renseignements et de l’ordre y compris l’armée ce n’est pas rien.
      Les migrants c’est bien mais pas n’importe les quels, il y a des éléments qui sont incompatibles avec notre civilisation occidentale mais cela les politiques semble croire que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil et que tous vont s’intégrer à l’occidentale, tout cela est bien faux, c’est une utopie. Ce qui se produit en Europe est tout simplement une invasion soft, non armée mais une population de remplacement avec une culture tout a fait opposée à la nôtre. Cela prendra le temps qu’il faut car ils ont tout leur temps et lorsqu’ils atteindront le pourcentage voulu, alors là ils seront majoritaire et éliront leur gouvernement et imposeront leur culture a eux.
      En attendant, dormez bien bonnes gens et priez.

    2. Claire

      La solidarité de l’oumma (communauté des croyants) n’est pas un vain mot. Mais chut, pasdamalgam….

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap