toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

France : Le coût des mineurs isolés étrangers explose, un demi-milliard d’euros par an


France : Le coût des mineurs isolés étrangers explose, un demi-milliard d’euros par an

Entre 8 000 et 10 000 jeunes étrangers en détresse sont actuellement recensés en France.

Plus d’un demi-milliard d’euros par an! C’est le coût effarant que disent supporter les collectivités locales dans la prise en compte des mineurs étrangers isolés.

L’équation est simple. Ces jeunes en détresse, privés ou séparés de leurs parents par les conflits et les crises, sont aujourd’hui plus de 8 000 en France – et même 10.000, selon certaines estimations.

Source

Loading...




Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “France : Le coût des mineurs isolés étrangers explose, un demi-milliard d’euros par an

    1. alauda

      J’en ai vu un débarquer qui prétendait avoir au moins deux ans de moins que son âge. Deux mois à peine plus tard, il cherchait un appartement sur Internet, s’imaginant sans doute que la société française allait le loger ailleurs qu’en foyer. Et puis, il intéressait aussi beaucoup au prix des camions… pour en ramener un dans son pays. En voilà un qui vient envoyé par sa famille pour on ne sait trop quoi.
      Un jour, assis dans le bus, il avait pris ses aises en occupant deux sièges et en parlant haut au téléphone dans une langue étrangère.
      « En détresse » celui-là ?
      Je n’en crois pas un mot.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *