toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Suisse : Nouvelle initiative populaire pour expulser les étrangers criminels


Suisse : Nouvelle initiative populaire pour expulser les étrangers criminels

Ce dimanche, les Suisses sont appelés aux urnes pour s’exprimer sur plusieurs initiatives populaires (ou referendum). Dont celle, très polémique, « pour le renvoi effectif des étrangers criminels » portée par le parti d’extrême droite l’Union démocratique du centre (UDC). Une proposition dans la droite lignée de celles régulièrement votées depuis 40 ans.

Se faire expulser d’un pays pour avoir grillé deux feux, ce sera peut-être bientôt possible en Suisse pour les étrangers. Il s’agit en tout cas de la volonté de l’Union démocratique du centre (UDC), parti d’extrême droite, qui soumet ce dimanche au vote des électeurs suisse une proposition « pour le renvoi effectif des étrangers criminels« . Pour des crimes donc, mais aussi pour des petites infractions comme une bagarre ou un non-respect du Code de la route. Et ce, même s’ils ont été condamnés durant les dix dernières années pour ces faits. Une proposition rétroactive donc, car « les étrangers ayant commis des délits graves et les étrangers récidivistes ne méritent plus de rester sur le territoire« , estime le parti.

Cette proposition révèle une certaine tradition helvète de soumettre par votation (ou initiative populaire) des propositions visant à « réduire le nombre d’étrangers« , quand ce n’est pas pour les expulser purement et simplement. Depuis les années 70, pléthore de propositions contre les étrangers ont été soumises aux électeurs, dans la majorité des cas à l’initiative de l’extrême droite. Toutes été rejetées, sauf deux récemment : en 2010 et en 2014. Et derrière celles-ci, on retrouve l’UDC.

Des expulsions sans recours judiciaire

La proposition de 2010, justement, s’appelait déjà « Pour le renvoi des étrangers criminels« , et avait été approuvée à hauteur de 53%. Elle préconisait de « priver les étrangers ayant été jugés coupables d’infractions graves ou d’avoir perçu abusivement des prestations des assurances sociales, de leur titre de séjour et de les interdire d’entrée sur le territoire (…) pour une période allant de 5 à 15 ans« . Le Parlement helvétique, en mars 2015, a amendé le texte sur la notion de renvoi, pour laisser la main à la justice dans les décisions d’expulsion. D’après l’Office fédéral de la statistique, l’adoption de l’initiative dans sa forme originelle aurait entraîné l’expulsion de 10.200 personnes. Dans sa version 2016, si elle est adoptée, les étrangers pourront être expulsés sans recours judiciaire.

L’initiative de 2014 se nommait « Contre l’immigration de masse« . Il était écrit dans le texte que « la Suisse gère de manière autonome l’immigration des étrangers« . Comment ? En instaurant des quotas annuels pour le droit de séjour des étrangers, et en respectant « la préférence nationale » pour ceux qui exercent une « activité lucrative« .

L’inquiétude est importante dans les grandes villes, plutôt contre cette mesure, du fait de l’importance prise par l’UDC dans l’échiquier politique suisse depuis 1999. Le gouvernement et le Parlement dénoncent une initiative qui va à l’encontre des « règles fondamentales« . Une position suivie par tous les autres partis nationaux, les syndicats et les milieux économiques. D’après un sondage publié le 17 février, l’issue du scrutin est indécise : 49% pour les opposants contre 46%. Résultat ce dimanche.

« Votation », « initiative » et « référendum »

Une votation représente en Suisse l’action de voter. On distingue parmi les votations, l’initiative (populaire fédérale) du référendum.

La votation « pour le renvoi des étrangers criminels » est une initiative populaire fédérale, à savoir une demande écrite par 100000 citoyens suisses ayant le droit de vote, formulée dans un délai de 18 mois.

L’initiative, si elle est votée, entraîne une révision de la Constitution fédérale. Les autorités peuvent proposer lors du scrutin un contre-projet, souvent plus modéré. La loi fondamentale ne peut être modifiée que par le texte qui reçoit le plus de voix.

Il faut différencier l’initiative du référendum, proposé par les pouvoirs publics, qui est donc une autre forme de votation.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Suisse : Nouvelle initiative populaire pour expulser les étrangers criminels

    1. constantine

      Voilà un pays qui consulte sa population, c’est démocratique, c’est comme cela, que l’on devrait faire en europe. Renvoyer les étrangers criminels, pourquoi les entretenir dans le pays, les prisons sont pleines et ça coûte cher un prisonnier, l’argent du contribuable suisse doit être mieux dépensé. Le pays des droits de l’homme et du citoyen, n’a plus les moyens d’entretenir des personnes de cette trempe là, malheureusement, nos politiques manquent de bon sens.

    2. blum

      Cela relève du bon sens, et du sens de la survie, que de renvoyer dans leur cher pays d’origine, des criminels.
      Ce qui me paraît criminel et injustifiable, c’est de faire comme en France: dorloter les multi-récidivistes, donc encourager les criminels: tous les auteurs d’attentats de masse de l’an dernier, étaient sensés être en prison, fichés, laissés en liberté, AVEC LE PERMIS DE TUER. Ils ne s’en sont pas privés.
      Je suis pour le referendum, sur des sujets qui touchent d’aussi près, notre population, comme le font les Suisses.
      Je ne sais si l’UDC est d' »extrême-droite », ainsi que vous l’écrivez. Vouloir être défendu contre les criminels étrangers vous fait-il classer  » FN » ?
      Il restera toujours suffisamment de criminels français, dont les policiers ( et les magistrats) devront s’occuper.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap