toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La politicienne féministe algérienne Aouicha Bekhti : « L’Algérie est un pays amazigh, non arabe »


La politicienne féministe algérienne Aouicha Bekhti : « L’Algérie est un pays amazigh, non arabe »

Lors d’un débat télévisé sur des propositions d’amendements à la constitution algérienne, l’activiste politique Aouicha Bekhti dénonce la proposition de faire de l’amazigh une langue officielle de l’Etat algérien comme une « tromperie ».

Elle déplore que cette langue ne soit pas mise sur un pied d’égalité avec l’arabe. « Pourquoi créer cette hiérarchie entre les langues arabe et amazighe ? », demande-t-elle. « L’une est la langue officielle, et l’autre est… eh bien, un peu moins. »

Elle ajoute que l’énoncé du préambule du projet de constitution, selon lequel l’Algérie est « un pays arabe » est une « provocation ». « Si nous tenons à ajouter l’ethnicité, l’ethnie d’origine de l’Algérie est amazighe », dit-elle.

Le débat a été diffusé le 14 janvier 2016 sur Beur TV, regardée essentiellement par les communautés d’Afrique du Nord. 

Extraits :

Aouicha Bekhti : La constitution est le document fondamental d’une république. Il est stipulé dans le préambule de ce projet de constitution que « le peuple est la source de l’autorité ». Pourtant, il y a un petit problème avec cette « source de l’autorité ». Si le peuple est vraiment la source de l’autorité, pourquoi lui imposons-nous une constitution sur laquelle il n’a pas son mot à dire ?

Il aurait dû y avoir un vaste débat public, avec pour point culminant un référendum.

Journaliste : Les gens disent que les concertations sur ce projet durent depuis 2011. Cela fait presque cinq ans.

Aouicha Bekhti : Des concertations avec qui ? Avec [l’ancien président du FIS] Madani Mezrag ? Madani Mezrag me représente-t-il ? Madani Mezrag est un criminel, comme il l’a lui-même reconnu à la télévision, et pourtant il a été reçu par le bureau des consultations du président.

Learn Hebrew online

[…]

Le préambule parle aussi d’inclure la réconciliation nationale à la constitution. Qui leur en donne le droit ?

[…]

Cette réconciliation nationale a été imposée [à la population]. Cela signifie l’impunité pour les criminels. Comment se fait-il que des représentants de ces criminels aient été reçus par… Des gens qui partagent mon idéologie moderniste ne peuvent [être consultés] en même temps que Madani Mezrag qui, jusque récemment, se rendait sur les plateaux télévisés pour décrire comment il avait massacré un soldat algérien. La place de cet individu est en prison. Nous ne l’avons pas vu puni par la loi. Il est reçu dans le bureau du président, et vous attendez de moi… Moi, personnellement, je n’appartiens à aucun parti politique… Mais comment attendez-vous de membres de factions modernes, ayant un tant soi peu d’estime de soi, qui ont combattu ces criminels ces dernières décennies, qu’ils acceptent l’invitation à être consultés et mis sur un pied d’égalité avec ces criminels ?

Politicien Mohamed Belcor : Selon les articles juridiques de la réconciliation nationale, quiconque portait une arme et l’avouait était puni par la loi. Ces personnes étaient punies et envoyées en prison. Vous parlez de Madani Mezrag. Cette personne était un chef…

Aouicha Bekhti : C’était un tueur, pas un chef. C’était le chef des criminels…

Mohamed Belcor : Vous voulez nous ramener à 1997-98 ?

Journaliste : L’une des questions les plus importantes de ce projet de constitution est le statut constitutionnel de la langue amazighe. Certains considèrent que c’est une affaire de troc : en échange de quelques articles dérangeants, ils ont lâché cet article, pour faire taire l’opposition. Comme pour dire : nous vous faisons un cadeau sous la forme d’un statut constitutionnel de la langue amazighe. C’est ce que certains disent. Allez-y, Monsieur.

Mohamed Belcor : D’abord, tout le peuple algérien apprécie ce succès, qui répond à la demande exprimée d’une certaine région d’Algérie… L’identité et l’origine de l’Algérie… L’ensemble de la population algérienne était amazighe. Nous avons été arabisés par les conquêtes musulmanes, mais nous sommes tous d’origine amazighe. C’était un accomplissement qui visait à protéger la souveraineté et l’unité nationale, suite aux demandes sécessionnistes d’une certaine région de notre chère patrie.

Aouicha Bekhti : Les Algériens sont amazighs, et c’était une demande légitime. […] Mais je l’ai perçue comme une tromperie. L’article 3 stipule que « l’arabe est la langue nationale et officielle », et que « l’article 3 bis »… Pourquoi « bis » ?

S’il y avait une vraie volonté politique (en français), pourquoi écrire « bis » ? Nous devrions placer les deux langues au même niveau : « Les langues arabe et amazighe sont les langues nationales et officielles ». Ensuite ils écrivent que « l’arabe est la langue nationale et officielle de l’Etat algérien ». C’est comme s’ils disaient : l’Etat est islamique avec la langue arabe, et le reste, faites-en ce que vous voulez. Ils créent un fossé entre l’Etat et la société. Lorsque vous écrivez « bis », cela a une signification juridique. Un article « bis » peut être retiré et abrogé. Pourquoi créer cette classification, cette hiérarchie entre les langues arabe et amazighe ? L’une est la langue officielle, et l’autre est… eh bien, un peu moins.

[…]

Dans le préambule, ils disent que l’Algérie est « une terre arabe », et également africaine. L’Algérie est un pays méditerranéen-africain, mais n’est pas arabe. Elle est amazighe. Cela ne signifie pas que nous renions la composante arabe, qui est apparue avec l’islam, et – c’est bien cela – s’est implantée pour devenir une partie de l’identité algérienne. S’ils n’avaient pas dit « terre arabe », je n’aurais rien dit. Ils auraient pu simplement dire « africain et méditerranéen ». Mais lorsque vous dites « terre arabe », c’est une provocation. C’est une provocation. Pourquoi ne pas ajouter « amazighe » alors ? « Arabe » est un terme ethnique, non géographique. Nous pouvons nous contenter de dire qu’elle est méditerranéenne et nord-africaine. Si nous tenons à ajouter l’ethnie, l’ethnie d’origine de l’Algérie est amazighe. L’identité arabe est venue avec l’islam. Elle existe depuis 15 siècles, et nul ne conteste l’élément arabe dans l’identité algérienne. Mais ne réécrivons pas l’histoire. Au 21e siècle, nous ne pouvons faire cela.

[…]

Je suis fière de mon origine amazighe nord-africaine, et aussi de la composante arabe de cette identité. Mais en aucun cas nous n’appartenons au panarabisme, à ces baasistes.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 14 thoughts on “La politicienne féministe algérienne Aouicha Bekhti : « L’Algérie est un pays amazigh, non arabe »

    1. zanaroff

      Jésus vient pour les ararbes, les arracher à l’enfer. Il se déplace en personne dans les songes, car les portes sont fermées. Mais peux t’on empêcher le Seigneur de sauver des âmes ? NON. Les pays musulmans vont s’ouvrir au verbe de Dieu incarné. Dans toutes les mosquées, la parole de Jésus doit être enseignée. Chers arabes de tout horizon, Dieu vous aime. Dieu vous envoie son Fils bien aimé, le verbe de Dieu pour vous éclairer et vous ouvrir les portes du Royaume. Vous n’avez qu’à ouvrir vos coeurs à Jésus, il revient bientôt. Dieu jugera le coeur de chaque homme, selon sa bonté et son amour pour son prochain. Aimez vous les uns les autres, portez vous secours, soyez solidaires, aimez vos femmes, chérissez vos enfants. Aimez vos voisins. Dieu vous attend, son coeur s’impatiente de votre retour à Dieu. Vous êtes zélés, soyez désormais zélés pour le Seigneur dans l’amour. Soyez prêt lors de son retour proche. Repentez vous de vos péchés et ouvrez vos ames et vos coeurs au Messie YESHOUA est son nom. DIEU SAUVE.

    2. Patriote Amazigh

      Bravo madame pour ce que vous dites, mais sachez qu’il existe bien une minorité arabe en Algérie. C’est connu et ça été prouvé par des tests adn !

    3. Armand Maruani

      Je me souviens à l’école en Tunisie on nous apprenait que les Zirides ( berbères ) ont été vaincus par les fatimides aidés des hilalliens venus d’Arabie .

      Les berbères occupaient toute l’Ifrikya , je crois me souvenir même de Carthage la magnifique de ma jeunesse .

      Quoiqu’il en soit chers amis berbères on vous soutient et on vous comprend quand on voit la prétention des palestiniens à notre égard .

    4. Patriote Amazigh

      Shalom Armand,

      J’espère que vous allez bien. Toda raba mes chers amis Juifs pour votre soutien.

    5. geo

      Le Berbère est le vrai Algérien. Ils connurent la conquête romaine, l’invasion vandale, la conquête arabe et la conversion à l’islam. C’est pour cela que le gouvernement Algérien leur fait la chasse, les jugeant comme des étrangers.

    6. Patriote Amazigh

      Shalom Geo,

      Je pense que vous devez aussi être au courant qu’il existe aussi des Berbères de confession Juive.

      Il y a aussi des Berbères Chrétiens.

      Shalom,

    7. belle

      Les berberes sont 1 peuple intelligent tolerant courageux et beau…

      L Algerie est votre terre, pr son bien et la verite il est plus que temps qu on vs honore, sinon elle restera 1 pays sous-developpe en depit de ttes ses richesses naturelles comme le gaz.

    8. Jacques

      Cette dame a vraiment le type européen. Elle doit avoir des ascendants européens, sans doute des femmes razziées avant la colonisation française ?

      Arabe, berbère, j’avoue que ça me paraît un peu secondaire, vu d’ici.

      Le plus grave à mes yeux est que les Arabes, quand ils ont conquis ce qui est devenu l’Algérie, ont imposé l’islam et éradiqué (ou quasiment éradiqué) le christianisme et le judaïsme.

      Je comprends les Algériens attachés à leurs racines berbères, amazighs etc., notamment pour la langue – la langue étant le vecteur le plus puissant d’une culture – mais il me semble qu’il faudrait aussi et peut-être surtout en profiter pour remettre en cause l’islamisation de ce pays, laquelle a quand même été faite par la force, et se maintient également par une sorte de terreur (délit d’apostasie, etc.).
      Après tout, les Iraniens par exemple ne sont pas arabes, ils détestent même cordialement les Arabes, mais ils n’en sont pas moins musulmans fanatiques, et fanatiquement opposés à Israël et à l’Occident.

    9. Tizi Aviv Tel Ouzou

      @ Jacques,

      Vous rendez-vous compte Jacques de ce que vous écrivez !!! Vous pratiquez le même dénie de la réalité historique que les arabes !!! Que dis-je vous êtes plus négationniste que les arabes !!

      Vous écrivez : « Arabe, berbère, j’avoue que ça me paraît un peu secondaire, vu d’ici.

      Le plus grave à mes yeux est que les Arabes, quand ils ont conquis ce qui est devenu l’Algérie, ont imposé l’islam et éradiqué (ou quasiment éradiqué) le christianisme et le judaïsme.

      Arabe, berbère ça vous parait une peu SECONDAIRE et vous ramenez le problème qu’aux seuls chrétiens et juifs éradiqués par l’islam et les arabes.

      De quels chrétiens parlez-vous ??? de ceux arrivés en et après 1830 ou de ceux qui peuplaient Tamazgha et dont St Augustin et de nombreux autres et non des moindres étaient ???!!!! Je vous signale en passant que ces chrétiens étaient bel et bien berbères (romanisés également mais berbère).

      Concernant les juifs, de quels juifs parlez-vous de ceux arrivés avec le colon français ou ceux ayant fuit l’Espagne et le Portugal ??!! Ou parlez-vous de ces juifs berbères ou berbères judaïsés qui peuplaient Tamazgha et que nul ne peut dissocier des berbères car ils ne formaient qu’un seul peuple n’en déplaise à beaucoup.

      Comment pouvez-vous parler de la sorte ! C’est poignarder une nouvelle fois les berbères. C’est se joindre aux arabes pour renier l’existence même d’un peuple sur sa terre ancestrale ! Sachez que nous existons bel et bien et que nous ne sommes pas à classer dans un quelconque « SECONDAIRE ». Que ça vous plaise ou non Monsieur. Et que l’Algérie aussi française ou papoue qu’elle pouvait être durant 130 ans n’en demeurait pas moins ancestralement berbère et qu’elle ne comptait pas exclusivement des chrétiens et des juifs.

      Cordialement

    10. Patriote Amazigh

      Jacques,

      Il ne faut même pas comparer les arabes aux Berbères !!

      Il y une très grande différence entre Berbères et arabes et c’est tant mieux.

      Salutations,

    11. Jacques

      Tizi Aviv Tel Ouzou

      N’exagérez pas : certes ma formulation de départ est maladroite, voire, je l’avoue, un peu provocante, mais c’est pour introduire ce que j’écris après, et que, à vous lire, je ne suis pas sûr que vous ayez compris.

      Pour que les choses soient claires, je n’ai personnellement aucune complaisance pour les Arabo-musulmans et leur expansionnisme agressif.
      Chrétiens et Juifs éradiqués par les Arabo-musulmans, au nom de l’islam (je parlais d’abord de ceux vivant sur place avant l’arrivée des Arabo-musulmans, au 7ème siècle, mais aussi des autres), ce sont de confessions religieuses dont je parle là, pas d’ethnies, puisque de religion on peut changer, tandis que d’ethnie on ne peut pas changer.

      Mon terme « secondaire » est encore une fois exagéré, mais je voulais par là mettre en avant le caractère religieux de l’oppression arabo-musulmane, qui me semble le critère principal pour caractériser cette oppression arabo-musulmane, dans la mesure en tout cas où c’est le prétexte pris par les intéressés pour opprimer, voire éliminer les gens des pays qu’ils conquièrent, partout dans le monde.

      Je suis moi-même breton, d’une région de France qui fut jusqu’à il y a quelques siècles une province indépendante du Royaume de France, et qui a eu à souffrir de l’oppression française, jusqu’à se trouver annexée par le puissant voisin ; le souvenir en est encore vivace chez certains anciens ici, interdits de parler le breton dans les cours d’école ou autre, comme il était interdit de cracher par terre ! Et je suis fier de mes racines bretonnes. Cela dit, je ne milite pas pour l’indépendance de la Bretagne – comme certains, certes rares -, cause à mes yeux largement dépassée aujourd’hui.
      Bien plus importante selon moi est la préservation des racines judéo-chrétiennes de la France, pays dont je me sens au moins autant citoyen, menacée par la progression de l’islam – et dont le lit a été fait par la sécularisation à marche forcée de ce pays. Clairement, je fais un net distinguo entre aspects culturels et aspects religieux de la question.

      Que pensez-vous du caractère totalitaire de l’islam dans votre pays ? Il me semble que ce devrait au moins être au moins aussi prioritaire que le combat pour une Algérie berbère… Non ?
      Cela dit, je concède que j’ignore le détail de l’histoire de ce que l’on appelle le Maghreb, dont je connais les grandes lignes ; et que je serais intéressé d’en savoir davantage. Si vous aviez des sources, des liens, merci de m’en faire part.

      Cordialement.

    12. Jacques

      Je dois ajouter que si j’ai utilisé ce terme « secondaire », c’est aussi parce que je connais quelques Berbères (la Kabylie fait partie des pays berbères, si je ne m’abuse) en France, musulmans, et qui ne me sont pas plus sympathiques que les Arabes musulmans. Certes, il ne s’agit que de quelques uns, pas forcément représentatifs de l’ensemble – c’est pourquoi en apprendre davantage sur votre histoire me permettrait de préciser ma pensée.
      De plus, il y a aussi pas mal de gens « mélangés », non ? (issus de mariages mixtes) – je veux dire, dans quelle mesure est-ce si facile de distinguer un Berbère d’un Arabe, aujourd’hui ? Pour certains c’est sans doute facile, mais pour d’autres beaucoup moins, non ? (de la même façon que beaucoup de Bretons ont aussi du sang français aujourd’hui, et inversement…)
      – j’espère que vous comprenez ce que je veux dire –

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *