toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël : Le gouvernement a voté la création d’un espace de prière mixte en contrebas du Kotel


Israël : Le gouvernement a voté la création d’un espace de prière mixte en contrebas du Kotel

Après des années d’atermoiements, le gouvernement israélien a voté la création d’un espace de prière mixte en contrebas du Kotel.

C’est un « compromis historique », « un pas de géant vers l’égalité de tous les courants juifs », ont clamé, enthousiastes, les dirigeants du judaïsme libéral.  Le rabbin Richard Jacobs, à la tête du mouvement réformé américain, s’est même pris à rêver : « Prenons une famille juive de Nahariya – une ville du nord du pays –, qui a décidé de se rendre en pèlerinage à Jérusalem. Leur premier arrêt, c’est tout naturellement le Kotel (appelé improprement « mur des Lamentations » en France). Aujourd’hui, les hommes et les femmes y sont séparés. Dans un avenir pas trop lointain, cette famille aura une alternative, celle de prier ensemble… ou non. Maintenant, le choix existe… »

Même enthousiasme de la part des Femmes du mur. Chaque début de mois hébreu, depuis vingt-sept ans, ces femmes religieuses se rendaient au lever du jour au mur afin de célébrer l’événement en priant à haute voix, recouvertes du talit, le châle de prière, et avec des rouleaux de la Torah en main. Une provocation pour les fidèles orthodoxes des deux sexes. Insultes, jets de bouteilles ou autres et parfois arrestations musclées par la police accompagnaient leur action. D’où ce communiqué triomphal à l’annonce de la décision gouvernementale : « En approuvant ce plan, l’État reconnaît la pleine égalité des femmes au Kotel (le mur) et l’impératif de la liberté de choix dans le judaïsme en Israël… »

Pas d’unanimité

Une tonalité victorieuse qui ne fait pas l’unanimité, même dans les courants juifs libéraux. Vice-présidente de l’Assemblée rabbinique du judaïsme traditionaliste, Julie Schonfeld est encore plus prudente. Elle parle d’une étape importante, mais pas d’un aboutissement. « D’abord, dit-elle, il faut veiller à ce que ce nouvel espace soit construit. Pour l’instant, rien n’a commencé et je ne comprends pas pourquoi. »

Des doutes sur la concrétisation du projet qu’elle n’est pas la seule à émettre tant il y a d’obstacles à surmonter, à commencer par le financement. Un premier budget de 35 millions de shekels (environ 8 millions d’euros) a été décidé, les bureaux du Premier ministre, le Trésor, le ministère de l’Intégration et l’Agence juive s’étant engagés à des versements de plusieurs millions chacun. Mais, pour l’instant, rien n’est bouclé.

Membre fondatrice des Femmes du mur, Kamouna Chemouny en est partie il y a quelques mois. A ses yeux, l’organisation avait pris un tournant plus politique que spirituel : «   Pour moi, dit-elle, il y a deux grands vainqueurs dans cette histoire : les deux mouvements réformé et conservateur, qui pour la première fois obtiennent un espace public de prière bien organisé et, paradoxalement, les ultra-orthodoxes qui ont désormais la mainmise sur l’ensemble de l’esplanade du mur des Lamentations, non plus de facto comme auparavant, mais de jure…. Sans compter que je ne croirai à l’existence du nouveau lieu de prière que quand je le verrai, ce qui, à mon sens, risque de prendre beaucoup plus de temps qu’on ne le croit. »

En effet, Kamouna le sait, et bien d’autres avec elle, l’orthodoxie juive – y compris non sioniste – continue d’être totalement hostile aux courants libéraux dans le judaïsme.  Parmi les cinq ministres qui ont voté contre, trois appartiennent aux partis ultra-orthodoxes ashkénaze et sépharade, le quatrième étant l’un des responsables du sionisme religieux, à la tête du Foyer juif, le mouvement pro-colons dirigé par Naftali Bennett. Tous ont appuyé leur « non » par des propos particulièrement virulents à l’encontre du judaïsme libéral.

bannière DON 561

« Groupe de clowns »

Des députés ont ajouté leur grain de sel. Comme le très puissant président de la commission parlementaire des Finances du parti ultra-orthodoxe ashkénaze, Judaïsme de la Torah. Tout en qualifiant les juifs réformés de « groupe de clowns qui porte atteinte à la sainteté de la Torah », il a d’ores et déjà annoncé qu’il ne reconnaissait pas la décision du gouvernement.

À cela s’ajoutent les protestations des principaux archéologues israéliens. Ils estiment que le nouveau site, par son emplacement et son architecture, va empêcher de voir le parc archéologique situé sur ce lieu : « Nous avons travaillé, disent-ils, pendant des années pour dégager les énormes pierres tombées lors de la destruction du temple en l’an 70. Tout cela sera caché par la nouvelle construction. » 

Learn Hebrew online

De fait, d’une revendication religieuse visant à permettre aux femmes de prier comme les hommes au Kotel, l’affaire est aujourd’hui uniquement politique :  juifs orthodoxes vent debout pour préserver leur mainmise sur le judaïsme israélien ; relations exécrables entre le grand rabbinat israélien et la diaspora américaine formée à plus de 90 % de réformés et de conservateurs. Sans oublier les intérêts politiques de Benjamin Netanyahou : en faisant adopter cette décision, il espère renverser la vapeur et s’attirer les bonnes grâces d’une partie du judaïsme américain non orthodoxe, jusqu’ici très critique de sa gouvernance.

Alors une victoire à la Pyrrhus pour le judaïsme libéral américain ? Sans aller jusque-là, force est de souligner qu’en Israël les rabbins réformés et conservateurs n’ont pas encore droit de cité : les mariages et les conversions qu’ils célèbrent ne sont toujours pas reconnus par le grand rabbinat, qui continue à ne rien vouloir céder.

Source





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 13 thoughts on “Israël : Le gouvernement a voté la création d’un espace de prière mixte en contrebas du Kotel

    1. michel boissonneault

      la femme est l’égal de l’homme a tout les niveaux de droit car elles sont nos mères , nos grand-mères , nos soeurs , nos épouses , nos filles donc elles sont nos amours donc si elles veulent prier l’éternel alors c’est bien

    2. MisterClairevoyant

      Je salue ce droit à la mixité des sexes devant Dieu et devant le Kotel. La place peut être faite en déplaçant quelques vénérables pierres, pour construire avec, une petite synagogue sur le Mont du Temple.
      Il faut aussi que le judaïsme évolue, vers plus de tolérance en vers les autres juifs, qui sont différents, de par les us et coutumes des pays où ils vivent ou ils ont vécu..

    3. Christian

      Salomon n’a t’il pas dit: « 1 Rois 8: 27 Oui, en vérité, Elohîms habite-t-il sur terre ? Voici, les ciels et les ciels des ciels ne te contiennent pas; moins encore cette maison que j’ai bâtie ! »
      « Matthieu 6: 6 Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. »
      Shalom

    4. Elia

      Très bien, tous les êtres ont le droit de prier , je n’ai jamais accepté que les femmes soient à part, c’est une sorte de discrimination primitive qui a cour jusqu’à nos jours. Il faudrait se moderniser un peu quand même. Ce genre de séparation existe chez les haredim, à tout les ressemblement et les fêtes que je trouve ridicule et très très arrièré. Moi qui adore les femmes, je deteste une ambiance comme ça. Je ne conçois pas une réunion sans femmes. C’est horrible et ça me rappelle l’homosexualité.
      Me retrouver parmi que des hommes me fait fuir, et c’est pour beaucoup pour ça que je n’a jamais voulu m’approcher de la religion. Je reste définitivement libre.

    5. EPHRAIM

      la torah ecrite a stipuler qu’on suivera nos grands de la generation et c’est une folie je ne comprend pas. Bientot une partie speciale pour la gay pride, le kotel est l’endroit le plus saint et je ne vois pas le probleme de se separer de sa femme fille etc 2 min pour prier, une honte.

    6. h

      Et, bêtement sans doute, l’orthographe du français..?
      Relisez vos commentaires avant envoi.
      Si l’envoi a lieu après le kiddouch du Samedi midi, oj vous êtes pardonnés ! 😉

    7. Pinhas

      Si la femme n’existait pas il n’y aurait pas d’homme sur terre .

      La femme doit compter autant qu’un homme dans tous les instants de cette vie .

      Que ce soit dans la vie de tous les jours qu’à la synagogue .

      S’il manque un homme sur les 10 pour certaines prières, toute femme devrait compter pour l’homme manquant .

      Nous sommes tous humains et égaux , non ?

    8. Armand Maruani

      Elles se sont battues avant et aprés 48 pour l’indépendance de notre patrie .
      Elles se battent comme des tigresses dans tous les domaines sur terre , dans les airs , sur mer .

      Et elles n’auraient pas le droit de prier comme tout Juif qui le désire ?

      Oui qu’elles prient et nous ne les remercierons jamais assez car elles sont et seront toujours notre fierté .

      Sans elles nous ne serons rien .

    9. Fred

      CERTAINS COMMENTAIRES SON AFFLIGEANTS .IL Y A DEJA UN COTE RESERVE AUX FEMMES .JE NE VOIS PAS OU EST LE PROBLEME.

    10. HUBELE-AMAR

      Bravo, M.Maruani !!!!! Je suis bien contente de cette mesure !!! Etant moi-même juive libérale, je ne peux qu’approuver !!! Sinon, on devient comme les Islamistes !!! Attention !!!!!! Arrêtez avec votre esprit étriqué Michelm.m SVP !!!! Une erreur !!!! n’importe quoi réveillez-vous !!!!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *