toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Etats Unis : Après l’Illinois et la Caroline du Sud, l’Etat de New York va établir des listes des boycotteurs d’Israël afin de cesser toute relation commerciale avec eux


Etats Unis : Après l’Illinois et la Caroline du Sud, l’Etat de New York va établir des listes des boycotteurs d’Israël afin de cesser toute relation commerciale avec eux

Un projet de loi, défendu par les Républicains comme les Démocrates, suit actuellement son processus législatif dans l’Etat de New York. Il vise à faire cesser toute relation commerciale avec les individus ou organisations proches du mouvement antisémite BDS.

Le sénateur Michael Gianaris a initié «une loi visant à amender la loi de finance de l’État, afin de restreindre les achats auprès des personnes boycottant Israël ; et d’amender la loi sur la retraite et la sécurité sociale concernant l’investissement de certains fonds publics dans des entreprises boycottant Israël». Cette loi vise à «interdire à l’État de New York de conclure des contrats ou d’investir l’argent des contribuables dans des organisations qui ont comme politique le boycott d’Israël».

Les arguments avancés pour justifier ce projet de loi ne diffèrent pas de ceux avancés dans les autres lois établies contre les partisans du boycott, comme en France où celui-ci est amalgamé à de la provocation à la discrimination. «Le mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) est une doctrine nuisible et discriminatoire suivie par un nombre croissant d’entreprises. Le mouvement BDS n’est rien de plus qu’un antisémitisme à peine voilé. La loi permettre d’assurer que l’Etat de New York continuera sa longue histoire de lutte contre les discriminations en condamnant ce mouvement et n’ayant aucune relation avec ces entreprises», peut-on lire sur le projet de loi 6086 du Sénat.

Loading...

«‘Le boycott d’Israël’ ou ‘les activités de boycott’ signifie engager des actions qui sont motivées politiquement et visent à pénaliser, de nuire à l’économie, ou encore de limiter les relations avec l’État d’Israël, ou les entreprises basées dans l’État d’Israël, ou dans les territoires contrôlés par l’État d’Israël» établit la proposition de loi, y compris la Judée Samarie, ou encore le Golan, sous contrôle israélien depuis 1967.

Le projet de loi qualifie de «personne» les individus, les sociétés, les entreprises, les partenariats, les fondations, ONG, ou tout groupe ou entité qui seraient liées. «Une personne qui est identifiée sur une liste comme une personne boycottant Israël ne doit pas être jugée comme un soumissionnaire ou un offrant adapté», et est donc exclue des relations commerciales avec les services publics.

Le texte stipule qu’«au plus tard 120 jours après la date de prise d’effet de cette section, le commissaire doit établir ou faire faire, en utilisant des informations crédibles disponibles publiquement, une liste de personnes qu’il détermine comme boycottant Israël selon la définition susmentionnée. Cette liste, une fois complétée, doit être postée sur le site du bureau des services généraux».

Avant d’inclure une personne sur la liste, la commissaire devra donner une «notification écrite de l’intention de placer la personne sur la liste» donnant 90 jours à l’individu ou l’organisation visée pour «cesser ses activités de boycott». En effet, si la personne fournit un «commentaire écrit pour attester qu’elle n’est plus engagée dans le boycott d’Israël» et qu’elle «démontre au commissaire qu’elle n’est plus engagée dans des activités de boycott», alors elle pourra être retirée de la liste.

Concernant les investissements publics, le texte stipule qu’«à partir de la date de prise d’effet de cette section, ni argent ou actifs du fonds commun de retraite doivent être investit dans des actions, titres, ou autres obligations de toute institution ou entreprise boycottant Israël. Nonobstant toute disposition de loi contraire, aucun titre ou fond de pension ou de rente placés sous la juridiction du contrôleur, ne doit être investit dans des banques, institutions financières ou entreprises qui, directement ou via une filiale, boycottent Israël».

Le sénateur Michael Gianaris a indiqué que le vote de cette loi anti-BDS «devrait être facile». En effet, l’Illinois et la Caroline du Sud ont adopté des mesures similiaires l’année dernière .

Loading...

© Sandra Wildenstein pour Europe Israël News





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Etats Unis : Après l’Illinois et la Caroline du Sud, l’Etat de New York va établir des listes des boycotteurs d’Israël afin de cesser toute relation commerciale avec eux

    1. michel boissonneault

      Bravo mille fois Bravo et merci de lutter contre les terroristes …. UE est a plat ventre face au lobby musulman mais il y a de la résistance

    2. Yan

      Les petasses d’Eurabia dans leur bordel bruxellois vont devoir se contenir dans l’exercice effreine et compulsif de leurs fellations aux emirs mafieux et terroristes, s’ils veulent que les pays membres de l’UE continuent de traiter avec la « malgre tout » grande puissance economique mondiale que sont les USA…Auquel cas, Alsthom, Orange et d’autres groupes succombant aux sirenes malefiques du boycott islamo-fasciste pourront mettre une croix sur des marches de plusieurs milliards de dollars…

      Il faudrait a present qu’en Israel toutes les ONG traitresses soient declarees terroristes et affectant la securite VITALE du pays, afin que leurs membres soient dechus de leur nationalite et expulses manu militari du pays, et si la Cour Supreme confisque le droit a la securite des israeliens, que le Mossad les eliminent proprement et progressivement…

    3. Yan

      Et les crapules à suivre devrait être les paparazzis de terroristes écrivant à longueur de journées les scénarios pallywoodiens délirants du hamas et de l’AP, en faisant l’objet d’un boycott officiel des autorités israéliennes, réclamant la fermeture de leurs représentations, le retrait de leurs cartes de presse, et leur interdiction de territoire advetam eternam…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *