toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Fresnes : Lutter contre la radicalisation, un enjeu majeur pour les prisons françaises


Fresnes : Lutter contre la radicalisation, un enjeu majeur pour les prisons françaises

Comment lutter contre le phénomène de radicalisation en prison ? Le centre pénitencier de Fresnes est un établissement pilote, où 27 personnes vivent à l’écart des autres, pour éviter les pressions.

Un an après les attentats de janvier, deux mois après ceux de novembre, la LICRA a passé les murs de la prison pour discuter avec les détenus.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Fresnes : Lutter contre la radicalisation, un enjeu majeur pour les prisons françaises

    1. michelm.m

      Quel temps perdu…. En prison, pas de télé, pas d’ordinateur, pas de téléphone. Aucun accès aux livres religieux. Des récompenses à résultats. Les résultats seraient par exemple de réussir un diplôme. Le moindre problème, direction un cul de basse-fosse à l’eau et au pain sec, façon jean valjean. Un mec va en prison, il ne faut pas qu’il se croit en vacance dans un 4 étoiles. Parce que c’est exactement la situation des nouvelles prisons qui sont construites avec nos impôts.

    2. Armand Maruani

      Maintenant les  » cerveaux  » muzz sortent diplômés de Fresnes , de la Santé , de Fleury etc….

      Certains à leur sortie bénéficient du paquetage pour se rendre en Syrie et passer l’examen pratique pour revenir enfin opérationnels sur le territoire .

      Et tout çà avec notre fric .

      Une fois qu’ils sont passés à l’acte on apprend qu’ils étaient fichés « S  » .

    3. Jacques

      On est vraiment dans un pays de bisounours…

      En arriver à faire des risettes à des DÉTENUS sans doute pas si innocents que cela, ou alors il faudra m’expliquer, et les écouter raconter les âneries habituelles sur « lislamcépaça » ou « fopastigmatiser » blabla… je le crois pas.

      Qu’on les confie donc au général Sissi, je pense qu’il saura y faire pour éviter leur radicalisation.
      Non mais franchement…

    4. Pinhas

      Déjà , leur retirer leurs tenues sectaires et les encapuchonnés .

      A la place un uniforme de prisonnier .

      On est pas au club med de djerba ou de marrakech .

      Pas d’ordi , ni de tv , ni de radio .

      La TV en salle commune mais pas de chaines , seulement des films DVD .

      Aucune information .

      Quand je pense qu’à l’armée on était moins choyé qu’en prison , ça me rend dingue .

    5. michelm.m

      @ Armand,

      tu sais un muzz diplômé reste un muzz au même titre qu’un âne, même si tu lui met des fers d’un cheval de course, il restera un âne.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap