toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

AFP : Flagrant délit de propagande anti-israélienne en qualifiant le nouveau ministre de l’Intérieur, Arye Deri, de « repris de justice »


AFP : Flagrant délit de propagande anti-israélienne en qualifiant le nouveau ministre de l’Intérieur, Arye Deri, de « repris de justice »

L’AFP ne cache plus son parti-pris anti-israélien, voire antisémite ! Cette fois l’agence va plus loin en qualifiant le nouveau ministre de l’intérieur israélien, Arye Deri de « repris de justice ».

Selon le Larousse, un « repris de justice » qualifie une personne condamnée au pénal. En ce sens, tout condamné peut être qualifié de ces mots. Mais réduire la qualité d’une personne à ce titre est une démarche foncièrement hostile.

On ne se souvient pas d’un tel rappel concernant les politiques arabes, dont la corruption est connue de tous, dans les dépêches de l’AFP.

Loading...

Pour rappel, le précédent premier ministre français, Jean-Marc Ayrault avait lui aussi été condamné au pénal. S’en était suivie en France un débat sur le rappel de ce fait dans les articles décrivant M. Ayrault.

Il est instructif de rappeler l’avis du médiateur du magazine Le Point à ce sujet:

« Ainsi, si l’on s’en tient aux dispositions du Code pénal alors applicable, comme le maire de Nantes [Jean Marc Ayrault ndlr.] a exécuté sa peine, qu’il n’a pas subi de nouvelle condamnation et que, depuis, le délai d’épreuve de cinq ans est dépassé, Jean-Marc Ayrault bénéficie des dispositions de l’article 133-13 qui stipule que « la réhabilitation est acquise de plein droit », « après un délai de cinq ans à compter soit de l’exécution de la peine, soit de la prescription accomplie ». En clair, le casier judiciaire de Jean-Marc Ayrault est vierge, il est un citoyen comme un autre, il ne doit plus rien à la Cité, qui, d’une certaine façon, l’a absous. Dans l’équipe de modération, les partisans du « non à l’expression repris de justice » en concluent qu’à ce titre, réitérer le rappel de l’expression dans les commentaires n’a pas de portée argumentative, et relève finalement de l’invective gratuite qui dessert la tenue du débat, soit par aigreur, soit par esprit partisan. Ce serait d’ailleurs, selon eux, permettre qu’on salisse gratuitement l’honneur d’un homme que la société et sa justice ont entendu laver de l’infamie, et donc se placer inopportunément au-dessus d’elles. »

Et encore, cette analyse ne concerne pas l’utilisation du terme « repris de justice » dans le titre d’une dépêche mais le rappel d’une condamnation. L’AFP confirme donc selon les mots mêmes des médias français relever de l’invective gratuite quand il s’agit d’Israël, soit par aigreur soit par esprit partisan. Peut-être les deux ?

COOLAMNEWS





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “AFP : Flagrant délit de propagande anti-israélienne en qualifiant le nouveau ministre de l’Intérieur, Arye Deri, de « repris de justice »

    1. משה

      La différence entre la France et Israël, c’est qu’en Israël les politique qui mouillent dans des affaires vont en prison, en France, ils vont au pouvoir !

    2. Yéochoua

      C’est un peu comme si en parlant de Fabius, on ajoutait toujours : le criminel irresponsable et non coupable du décès de milliers de citoyens par voie de sang empoisonné ; ou Taubira de : celle qui a permis les massacres de janvier 15 à Paris.

      En Israël, qu’on soit ou non d’accord, la peine de prison non accompagnée d’une faute déshonorante (che yech ba kalon), ne rend pas la personne inéligible.

    3. Yéochoua

      Le Mouvement pour la qualité du pouvoir, quoi qu’il en soit, a déposé un recours auprès de la Cour suprême hier. Il considère comme improbable que le même ministère où le ministre avait failli se retrouve de nouveau sous son égide. A suivre donc.
      http://www.mqg.org.il/french.aspx

    4. Yehuda

      Il y a un traitement qui differen selon tu es Juif ou pas la legal fraternity gouvernant Israel ne laisse passer la moindre faute a un Juif fabrique de preuve fuite dans les media complice du regime l exemple de l incendie de la maison a vue des centaines de Juifs incarceres plusieur jours sans une explication soit donne a la famille

    5. marie

      La liste des politiques en France depasse to us les pays:
      Cambadelis 1er secretaire du PS condamné pour vols et enrichissement
      Harlem Désir ministre condamné pour détournement d’argent et malversations
      Arifi ancien ministre des AC du PS renvoyé pour vols d’argent
      Tapie ancien ministre condamné
      Cahuzac ministre des financés condamné
      Juppé condamné 1er ministre
      et on peut remplir tout un cahier de députés de toute tendance ou de syndicalistes surtout ceux de la CGT condamné en octobre 2015 pour malversations!!!!

    6. Armand Maruani

      A l’AFP comme beaucoup d’autres , ils devraient se rendre à l’institut Pasteur pour se faire vacciner contre la rage .

      Rage , haine , antisémitisme , bêtise sont des mots de la même famille .

    7. Daniel

      Pour une fois, l’AFP dit la vérité.
      Arye Déri a-t-il été condamné pour corruption? OUI
      Arte Déri a-t-il fait de la prison? OUI
      Comment appelle-t-on cela en bon français? Un Repris de Justice.

      Ceci dit, en israel, on n’a pas peur de condamner des politiques, contrairement à la France ou à d’autres pays.
      Que des ex-taulards ou condamnés puissent venir ou revenir en politique, c’est fortement discutable. Qui peut avoir confiance en ce genre de type?

    8. Jean-François Duhamel

      De toutes façons, dans une démocratie qui se respecte, les condamnations pour malversations, abus de biens sociaux, corruption et autre délits liés devraient provoquer l’inégibilité de l’auteur à vie et surtout toute investigation pour l’un de ces faits devrait provoquer la mise hors circuit de l’intéressé et sa perte d’immunité parlementaire, presidentielle ou diplomatique le temps de l’enquête. S’ils sont élus du peuple et coupable, la sanction doit être doublée par rapport à un simple citoyen, de la même manière que le réglement militaire l’indique,à faute égale, la dureté de la sanction est proportionnelle au niveau hiérarchique. 1 citoyen simple 1 an de prison, 1 député 2 ans de prison, un ministre ou un sénateur 3 ans de prison et le président 4 ans de prison + inégibilité à vie. C’est ça que doit amener la responsabilité, les gens doivent impliquer que les élus ont des responsabilités, des droits, avantages et prérogatives, MAIS AUSSI ET SURTOUT DES DEVOIRS FACE AU PEUPLE QUI LES A ELUS.

    9. MARINEL

      Agence Française pour la Palestine : AFP
      Tout est dit il n’y a pas a désespéré, ils meurent aussi dans cette officine et un jour d’autres les remplaceront et cela seront peut être équitable.

    10. Sebag

      Désolé je suis un bon juif je viens d émigré en Israel mais n empêche que M EDERY a fait de la prison pour détournement et moralement ça place n est pas dans le gouvernement on vois ça que dans les pays Bananier c est triste mais c est le défaut de la promotionnelle il vas recommencer ça démange

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *