toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Nouvelles révélations sur les relations entre la Turquie et l’Etat islamique «Tout le monde est au courant des liens entre Erdogan et Daesh»


Nouvelles révélations sur les relations entre la Turquie et l’Etat islamique «Tout le monde est au courant des liens entre Erdogan et Daesh»

La coopération entre la Turquie et les terroristes du groupe Daech est beaucoup plus large que la perception qu’en a la communauté mondiale, écrit le journal autrichien Die Presse.

D’après le quotidien, les djihadistes ont mis la main sur une vaste zone longue d’au moins 100 kilomètres, située à la frontière entre la Syrie et la Turquie. C’est une véritable tête de pont, relève le journal, favorisant la contrebande, le trafic de pétrole, l’afflux d’argent liquide ainsi que le trafic d’armes létales, d’antiquités et d’aliments. Dépourvue de tout contrôle étatique, la zone en question facilite considérablement les allées et venues des djihadistes entre les deux pays, ajoute Die Presse.

Les frappes aériennes effectuées par la Turquie, membre frais émoulu de la coalition anti-Daech, visent presqu’exclusivement les positions du Parti des travailleurs du Kurdistan en Irak et en Syrie, faisant ainsi voler en éclats la seule force capable de faire face aux djihadistes au sol, souligne le quotidien.

Le président russe Vladimir Poutine, poursuit le journal, est parvenu à dévoiler à la communauté internationale le trafic de pétrole clandestin entre la Turquie et l’Etat islamique.

Ainsi une quantité non négligeable de brut s’achemine-t-elle vers la ville de Zakho, dans le Kurdistan irakien, pour être vendue lors d’enchères tout à fait officielles. Les entreprises turques, principales acquéreuses du pétrole en question, le transportent par la suite vers les ports nationaux.

En dépit du fait que les djihadistes vendent du pétrole bon marché, bien en-dessous de ses coûts de revient, le Département du Trésor des Etats-Unis estime que le montant total des ventes s’élève à 500 millions de dollars par jour, fait remarquer le journal.

Source

Alors que le président turc réfute toutes les allégations l’accusant d’avoir commercé avec le groupe terroriste Daesh, le correspondant de RT Harry Fear est sur place pour examiner la réaction des médias, d’Erdogan et celle des simples citoyens.

Lavrov : la Russie présentera ses preuves d’un trafic de pétrole de Daesh en Turquie devant l’ONU

Lors de la conférence de presse qui a clôturé sa rencontre avec son homologue serbe, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé que Moscou allait présenter les preuves du trafic de pétrole de Daesh en Turquie devant l’ONU.

Le Conseil de sécurité de l’ONU, ainsi que tous les pays «intéressés», recevront les preuves présentées par Moscou et selon lesquelles le pétrole produit par Daesh en Syrie et en Irak transite par la Turquie. Dans le même temps, Moscou est prête à envisager une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères russe et turc pour discuter des relations entre les deux pays, comme du bombardier russe abattu par les forces aériennes turques, dans le cadre de la prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Mais Sergueï Lavrov estime toutefois qu’il est prioritaire de travailler à la fermeture de la frontière turco-syrienne afin de mettre un terme à ce trafic de pétrole, un sujet qu’ont abordé Barack Obama et Vladimir Poutine lors de leur rencontre à Paris dans le cadre du sommet de la COP21. Il s’avère que les deux présidents sont arrivés à la conclusion qu’il y avait des «trous» dans la frontière et qu’il fallait les boucher. Moscou s’est dit prête à «aider la Turquie à les fermer».

D’après les propos de Sergueï Lavrov, pour fermer ces frontières, il faudrait profiter des possibilités disponibles sur place. «On peut utiliser les rebelles kurdes depuis l’Irak et depuis la Syrie, qui sont les alliés de la coalition encadrée par les Etats-Unis», a-t-il indiqué.

Concernant les déclarations d’Ankara qui affirme avoir proposé de créer une coalition unie contre Daesh, «c’est même pas un double mensonge, c’est un triple mensonge», s’est emporté le ministre russe des Affaires étrangères. La Turquie n’a même pas utilisé le canal de communication spécial dont elle dispose avec la Russie pour que les deux pays puissent coordonner leurs actions.

 Source

Erdogan a réussi à cacher jusque maintenant ses liens avec Daesh en faisant pression sur les médias

Après avoir persuadé ses partisans turcs qu’il n’avait rien à voir avec Daesh, le président Recep Tayyip Erdogan doit maintenant le prouver à la communauté internationale, estime Ibrahim Varlik, correspondant d’opposition de l’agence Cihan.

RT : Désormais, le président Recep Tayyip Erdogan accuse la Russie d’avoir fait du commerce de pétrole avec Daesh. A-t-il des motifs sérieux pour prouver ce qu’il avance ?

Ibrahim Varlik : En fait, c’est vraiment nouveau pour la Turquie. Après la dégradation des relations entre Moscou et Ankara, c’est la première fois qu’on entend le président turc dire qu’il y a des liens entre la Russie et le trafic de pétrole de Daesh. Monsieur Erdogan n’a toutefois encore fournie aucune preuve. Il a fait cette annonce en donnant seulement deux noms pour étayer ces allégations. Et c’est la seule preuve qu’il prétend posséder. Il s’agit d’un homme d’affaires syrien, titulaire d’un passeport russe impliqué dans le trafic de pétrole. Mais on ne sait pas encore quelle sorte de preuve ils ont en leur possession.

RT : Quelle est votre opinion sur l’existence présumée de liens entre la Turquie et Daesh ?

Ibrahim Varlik : Les allégations portant sur le soutien accordé par Erdogan et le gouvernement turc à Daesh, n’est pas une nouvelle pour une partie de la population du pays. Le parti turc d’opposition a exprimé ces accusations depuis plus d’un an. Cependant, le président a réussi à y répondre non seulement par le déni mais en exerçant son pouvoir sur les médias et autres juridictions.

Toute personne qui a prétendu détenir des preuves sur des connexions entre la Turquie et Daesh, a été réduite d’une façon ou d’une autre. Comme il est connu, Can Dündar, un des plus célèbres journalistes turcs, se trouve en ce moment en prison pour avoir publié un reportage sur les drogues en Turquie.

RT : Qu’en est-il de la preuve détaillée qu’a présentée la Russie à ce propos ?

Ibrahim Varlik : Ce qui est nouveau dans les allégations russes, c’est la dimension internationale. Le président Erdogan a persuadé ses partisans en Turquie qu’il n’y a aucun lien entre lui ou le gouvernement et le groupe terroriste. Mais aujourd’hui, les accusations ont pris un aspect différent et le président turc doit désormais convaincre la communauté internationale que ces allégations ne sont pas véridiques alors que les preuves du ministère russe de la Défense semblent être assez solides.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Nouvelles révélations sur les relations entre la Turquie et l’Etat islamique «Tout le monde est au courant des liens entre Erdogan et Daesh»

    1. MisterClairvoyant

      Et le syrien qui a le passeport russe, évacue le pétrole vers la Russie par la Turquie? et la Russie manque de pétrole à ce point? On est en droit de se poser des questions. Et Erdogan fume quoi?

    2. Pilou

      Et dans son hypocrésie, Recep Tayyip Ergodan avec son, pétro-business Turquie-Daesh, fanfaronne sur le bras de l’OTAN.

      La Turquie a toujours eu la réputation de jouer sur deux fronts.

    3. maujo

      Erdogan est un spécialiste dans l’art de la takya,il a tous les moyens pour réduire au silence tous ses contradicteurs, un vrai musulman qui applique le Coran à la lettre. c’est à espérer que ce pays ne sera jamais admis dans l’union Européenne .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap