toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

En Norvège, les migrants ont un cours spécial sur les femmes pour apprendre que « forcer quelqu’un à avoir un rapport sexuel n’est pas autorisé »


En Norvège, les migrants ont un cours spécial sur les femmes pour apprendre que « forcer quelqu’un à avoir un rapport sexuel n’est pas autorisé »

La Norvège a mis en place un programme à destination des migrants de sexe masculin. L’objectif : leur apprendre les codes socio-culturels européens.

Un homme voit une femme en tenue légère boire de l’alcool et embrasser une autre personne dans un bar. En Norvège comme en France, cette scène est banale. Mais pour le migrant Abdu Osman Kelifa, seule les prostituées se comportent ainsi dans son pays, raconte-il à un journaliste du New York Times.

Cet homme a quitté l’Érythrée pour migrer au nord de l’Europe, en Norvège. Il a alors choisi de suivre un programme – controversé dans le pays – qui apprend aux hommes issus de cultures différentes et non occidentales les codes d’une société où les femmes ont le droit de s’habiller comme elles le souhaitent et de montrer des signes d’affection, le tout dans un lieu public.

Loading...

Connaître la différence entre « le bien et le mal »

La plupart des pays européens ont renoncé à ces questions d’adaptation, souligne le New York Times. Par peur de stigmatiser les migrants comme violeurs potentiels et d’encourager les discours des politiques anti-immigration. Des activistes se sont alors emparés du sujet pour offrir des cours hebdomadaires, où les incriptions sont libres et basées sur le volontariat. Une initiative soutenue financièrement par le gouvernement norvégien et organisée par la fondation Alternative to Violence.

L’objectif est simple : faire en sorte que les participants « sachent au moins la différence entre ce qui est bien et ce qui est mal », explique l’une des organisatrices du programme suivi par Abdu Osman Kelifa.

Les élèves de ce projet reçoivent même un manuel dans lequel on peut lire que « forcer quelqu’un à avoir un rapport sexuel n’est pas autorisé en Norvège, même si vous êtes marié à cette personne ».

« Les hommes sont faibles »

En évoquant la loi du pays, l’organisation peut ainsi contourner les questions liées à la religion. « Le plus grand danger pour tout le monde, c’est le silence », explique le psychologue Per Isdal.

« Beaucoup de réfugiés viennent de cultures où il n’y a pas d’égalité hommes – femmes, et où les femmes sont les propriétés des hommes », ajoute-t-il. L’adaptation et la compréhension des comportements des Norvégiennes peuvent alors être compliquées pour ces nouveaux arrivants.

Abdu Osman Kelifa confirme au New York Times : « Les hommes sont faibles et quand ils voient quelqu’un leur sourire, c’est difficile de se contrôler. »

Learn Hebrew online

En Norvège, les choses sont différentes et Abu Osman Kelifa l’a bien compris : « Les Norvégiennes peuvent exercer n’importe quel métier, de Premier ministre à conductrice de camion, et peuvent aussi s’amuser dans les bars ou dans la rue sans être ennuyées », ajoute-t-il.

Cette initiative est inédite en Europe. La Bavière, région du sud-est de l’Allemagne, expérimente ce type d’enseignement mais dans un seul refuge dédié aux migrants adolescents. Au Danemark, les choses sont peut-être sur le point de bouger. Les hommes de loi du pays demandent en effet l’instauration de cours obligatoires d’éducation sexuelle et de langue à tous les réfugiés.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “En Norvège, les migrants ont un cours spécial sur les femmes pour apprendre que « forcer quelqu’un à avoir un rapport sexuel n’est pas autorisé »

    1. michelm.m

      Donner un cours…. Bande de gros nases. vous méritez ce qu’il vous arrive.
      Le seul cours a donner c’est; comment ne pas accepter des animaux chez soit.

    2. Alex

      En attendant combien de femmes européennes se font violées… :'( Par ce que soit disant toutes les cultures se valent et sont égales…

    3. Pinhas

      Non mais pour qui veux t-on faire passer les muzz pour des enfants de 2 ans ou quoi !!

      Ils savent très bien que forcer une femme c’est un viol .

      Alors leur donner des cours la dessus , ils doivent bien rire dans leur barbe à poux ces salauds .

      Pour ma part j’ajoute que pour eux forcer une chèvre c’est un accouplement naturel .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *