toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’écrivain algérien Kamel Daoud: « Daech noir, Daech blanc. Le premier égorge, tue, lapide, coupe les mains. Le second est mieux habillé et plus propre »


L’écrivain algérien Kamel Daoud: « Daech noir, Daech blanc. Le premier égorge, tue, lapide, coupe les mains. Le second est mieux habillé et plus propre »

Après les attentats meurtriers du 13 novembre, revendiqués par l’organisation Etat islamique (EI), la France et, plus largement, les Occidentaux doivent-ils repenser les liens qu’ils entretiennent avec l’Arabie saoudite et le Qatar ? Une tribune de l’écrivain algérien Kamel Daoud, publiée (en anglais et en français) par le quotidien américain The New York Times et largement partagée sur les réseaux sociaux, vient alimenter le débat.

Dans cette tribune, Kamel Daoud, lauréat du Goncourt du premier roman pour Meursault, contre-enquête et chroniqueur au Quotidien d’Oran, affirme que l’Arabie saoudite n’est qu’un « Daech [acronyme arabe de l’Etat islamique] qui a réussi ».

« Daech noir, Daech blanc. Le premier égorge, tue, lapide, coupe les mains, détruit le patrimoine de l’humanité, et déteste l’archéologie, la femme et l’étranger non musulman. Le second est mieux habillé et plus propre, mais il fait la même chose. L’Etat islamique et l’Arabie saoudite. Dans sa lutte contre le terrorisme, l’Occident mène la guerre contre l’un tout en serrant la main de l’autre. (…) On veut sauver la fameuse alliance stratégique avec l’Arabie saoudite tout en oubliant que ce royaume repose sur une autre alliance, avec un clergé religieux qui produit, rend légitime, répand, prêche et défend le wahhabisme, islamisme ultrapuritain dont se nourrit Daech. »

Pour Kamel Daoud, visé par une fatwa et qualifié d’« ennemi de l’islam » en Algérie, l’Arabie saoudite est le principal « mécène idéologique de la culture islamiste ». Il dénonce notamment « l’immense pouvoir de transformation de télévisions religieuses »et de certains journaux islamistes sur la société. Certes, Riyad est aussi une cible potentielle de l’Etat islamique. Le groupe a déjà revendiqué plusieurs attentats perpétrés dans le royaume. Mais, pour Kamel Daoud, cette réalité paradoxale tient à l’alliance ancestrale entre la famille régnante et le clergé : « Le clergé saoudien produit l’islamisme qui menace le pays mais qui assure aussi la légitimité du régime », écrit-il.

Source

Loading...






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “L’écrivain algérien Kamel Daoud: « Daech noir, Daech blanc. Le premier égorge, tue, lapide, coupe les mains. Le second est mieux habillé et plus propre »

    1. deborah

      Je suis peu écologiste. Mais si l’Occident avait développé les énergies renouvelables (le solaire, l’éolien, la géothermie), il y a longtemps qu’il ne resterait plus aux monarques et potentats de l’Arabie et du Qatar à s’abreuver de leur breuvage pétrolier jusqu’à ce que mort s’ensuive et sans un sou de l(‘Occident.
      Sans la manne pétrolière, les pays arabes retourneraient au Moyen-Age économique parce que, en ce qui concerne le Moyen-Age religieux, ils y sont encore et pour longtemps.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *