Ces fouilles effectuées par l’Université d’Ariel ont permis de mettre au jour des vestiges de l’époque du 2e Temple. L’Etat avait accepté de louer le site à une association proche des habitants du yishouv, et c’est alors que la ville de Hevron, conseillée et aidée par les ONG Shovrim Shetika (Breaking the Silence) et Emek Shaveh ont saisi la justice, arguant que ce site archéologique doit être géré par les Arabes palestiniens! Dans un premier temps, l’Etat s’était mis du côté des habitants juifs, expliquant que la nature des vestiges découverts nécessitaient une gestion juive. Mais l’Etat – donc le gouvernement Netanyahou – a cédé et a fini par annuler le contrat.

La réponse de l’ONG gauchiste Emek Shaveh indique a elle seule la déconnexion de ce genre d’organisations de toute identité juive et leur mobilisation aux côtés des ennemis d’Israël. En se félicitant de la décision de l’Etat, Emek Shaveh déclare: « Ce parc archéologique qui était prévu à Tel Romeida, tout comme celui du Parc national de la Ville de David (où a été découverte la forteresse du roi Antiochus IV) ou du Parc national de Shilo sont autant de tentatives des colons d’utiliser le prétexte de l’archéologie pour appâter le consensus israélien ».