toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

«Désormais, le lien entre terrorisme et immigration est présent dans les esprits»


«Désormais, le lien entre terrorisme et immigration est présent dans les esprits»

Deux des trois kamikazes du Stade de France avaient été contrôlés en octobre en Grèce, avant de rejoindre la France. Une donnée qui complique considérablement la gestion de la crise migratoire en Europe, estime Pierre Vimont, diplomate et «senior associate» à la fondation Carnegie Europe.

Les attaques de Paris ont concrétisé une crainte relayée depuis plusieurs mois par de nombreux responsables politiques européens, pour la plupart populistes: celle d’infiltrations terroristes parmi les migrants qui affluent depuis cet été par la route des Balkans.

Deux des trois kamikazes du Stade de France ont en effet été contrôlés à la frontière grecque début octobre. Depuis, le débat sur l’accueil des réfugiés et l’opportunité de garder les accords Schengen revient en force. Le premier ministre hongrois, Victor Orbán, va jusqu’à estimer, dans une interview à Politico, que «tous les terroristes sont fondamentalement des migrants».

Le lien entre terrorisme et immigration, qui s’installe dans les esprits, complique la gestion de la crise migratoire en Europe, regrette Pierre Vimont, ancien diplomate et «senior associate» à la fondation Carnegie Europe.

LE FIGARO – L’Europe a-t-elle sous-estimé le risque d’infiltration terroriste parmi les migrants?

PIERRE VIMONT .- Je ne pense pas qu’il ait été pris à la légère. La responsable des Affaires étrangères de l’Union européenne, Federica Mogherini, a alerté sur ce risque dès 2014 alors qu’elle était encore ministre du gouvernement de Matteo Renzi. Seulement, les mesures nécessaires n’ont pas été prises à temps.

Le risque d’infiltration terroriste est une réalité à prendre en compte dans le contrôles des migrants à nos frontières. Mais le discours selon lequel tous les réfugiés sont des terroristes potentiels n’est pas acceptable. Aujourd’hui, les gouvernements d’Europe sont sous la pression des partis populistes et de l’opinion publique.

C’est le résultat d’un changement de perception de ces migrants: au début de l’été, ils étaient considérés comme des personnes en détresse à aider. Puis, les dirigeants européens ont modéré ce discours. Ils ont estimé qu’on ne pouvait pas tous les accueillir, et qu’ils devaient accepter la répartition qu’on leur proposait au lieu de vouloir systématiquement rejoindre l’Allemagne et la Suède.

La lutte contre le terroriste passe-t-elle par la suspension de la libre circulation dans l’espace européen?

Non, revenir sur l’accord Schengen n’est pas la solution. Le rétablissement des contrôles aux frontières et prévu par le traité, c’est d’ailleurs ce qui s’est passé entre la Belgique et la France au lendemain des attentats de Paris. Pourtant, un homme qui a présenté des papiers au nom de Salah Abdeslam est quand même passé. Par ailleurs, les terroristes en puissance ne reviennent pas tous de Syrie. Certains se sont radicalisés à l’intérieur même de nos frontières. Le problème est plus vaste que la question de l’accord Schengen.

Quelle est l’alternative?

Il faut un meilleur échange d’informations entre les services de police et antiterroristes européens. Actuellement, les «hotspots» grecs et italiens ne font que relever les empreintes des migrants, sans pouvoir faire de contrôle sécuritaire. Ces fichiers d’empreintes et d’identifications doivent être reliés aux fichiers antiterroristes, actuellement beaucoup plus secrets et décentralisés.

La réunion des ministres européens de l’Intérieur et de la Justice, vendredi à Bruxelles, va dans ce sens. Ils se sont engagés à adopter avant la fin de l’année un registre des noms des passagers des vols (PNR)au niveau européen. Mais plusieurs points restent à trancher, notamment le temps de conservation de ces données (de deux mois à un an), et la nature des vols retenus, internes ou internationaux. Les Etats membres vont également travailler avec les pays de transit comme la Serbie et la Macédoine pour mieux contrôler les arrivées. Enfin, ils vont tenter de convaincre la Turquie d’accepter plus de réfugiés sur son territoire et de renforcer ses frontières extérieures pour limiter l’afflux.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “«Désormais, le lien entre terrorisme et immigration est présent dans les esprits»

    1. Roland

      Il faut quand même constater que tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais que tous les terroristes sont musulmans.

    2. Pinhas

      Les dirigeants Européens ont tous souhaité recevoir ce beau  » Cheval de Troie  »

      Mais nous citoyens nous ne voulions pas de ce cadeau empoisonné et bourré de soldats ennemis qui viennent jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes .

      ALORS …..La suite va arriver , préparons nous sans tarder .

    3. MOLIERE

      Nos penseurs ont fait les grandes écoles , voyez le résultat . Ce qu’on leur a appris c’est choisir un électorat . Force est de constater que si tous les musulmans ne sont pas terroristes , tous les terroristes sont musulmans …

    4. Jean-François Duhamel

      De toutes façons, il faut lire la logique des terroristes musulmans: Très difficile d’entrer par la voie « classique », donc il ne leur restait qu’à infiltrer les flux des réfugiés.
      D’autre part, tous les terroristes actuellement identifiés viendraient de familles dites « modérées ». Donc peu d’espoirs jouent en faveur des dits « modérés ».
      Céline Dion a totalement raison de dire que c’est à ceux qui entrent dans un pays de s’adapter, et non aux gens de ce pays de s’adapter à ceux qui migrent. La réaction des musulmans qui se disent « modérés » prouve que nous devons nous méfier d’eux. Malheureusement, la justice Française et les politiciens classiques ont pris fait et cause à faveur des immigrés contre les Français de souche. Il nous va donc falloir sortir des politiques classiques (en France) et la… advienne que pourra.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap