toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Bataclan: il est 23h48, « j’ai l’impression que les terroristes reviennent à la réalité »


Bataclan: il est 23h48, « j’ai l’impression que les terroristes reviennent à la réalité »

Le chef négociateur de la BRI a raconté à l’Obs les cinq appels échangés avec Omar Ismaïl Mostefai et Samy Amimour retranchés dans un couloir du Bataclan, vendredi 13 novembre entre 21h40 et 00h18. Il décrit ses interlocuteurs comme « très énervés, très speed et confus » mais aussi la tension de l’intervention menée par ses collègues.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Bataclan: il est 23h48, « j’ai l’impression que les terroristes reviennent à la réalité »

    1. moka

      Et les 200 000 morts en Syrie sont l oeuvre des croisés. Débiles et incohérents. Et si on parlait du flux d immigrés qui déferlent sur l Europe , fuient ils l havre de de paix islamique de deach, EI, ISIS?

    2. Debout

      C’est un trou de verdure où chante une rivière,
      Accrochant follement aux herbes des haillons
      D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
      Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

      Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
      Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
      Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
      Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

      Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
      Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
      Nature, berce-le chaudement : il a froid.

      Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
      Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
      Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

      (Rimbaud – le Dormeur du Val)

      Je dédie le rappel de ce poème aux victimes et à leurs famille.

      Et à la France, je dis : » méfies-toi , Petite France, ma belle France, tu risques aussi d’être bientôt, toi aussi, « le dormeur du val » !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *