toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Syrie: Poutine joue aux échecs. Les autres feignent l’idiotie


Syrie: Poutine joue aux échecs. Les autres feignent l’idiotie

Dans le Figaro Vox, André Bercoff écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : C’est ce vide quasiment abyssal qui semble régner sur la politique étrangère de la France, et ce, depuis quelques années. Sarkozy voulut se débarrasser de Kadhafi au nom de la liberté et des droits de l’homme, mais ce faisant, il a complètement ignoré le fait qu’une dictature peut en cacher une autre, pire encore. Résultat des courses : la voie des grandes migrations fut ouverte avec fracas. Le choix, dramatique mais incontournable, oppose les dictatures militaires à l’enrégimentation de l’islamisme radical, dont l’ambition est précisément et irréversiblement la mainmise implacable, policière et punitive sur la totalité de la vie quotidienne.

André Bercoff : Voilà pourquoi Poutine est aujourd’hui au centre du jeu: il joue aux échecs en calculant à six coups d’avance, alors que nous jouons à la belote en brandissant bruyamment nos sains principes. Un examen à peu près lucide du paysage moyen-oriental aurait montré à nos gouvernants que le rapport de force modèle plus que jamais les situations et qu’entre deux maux, il faut continuer de choisir le moindre (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Sur Boulevard Voltaire, Dominique Jamet écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : « Les mois puis les années passant, une première évidence a fini par pénétrer des dirigeants politiques qui semblaient postuler pour le titre des plus bêtes du monde : Bachar n’était ni aussi seul à l’intérieur de son propre pays, ni aussi isolé par rapport au reste du monde qu’ils l’avaient cru et proclamé. Une deuxième, encore plus importante, s’est imposée depuis plus d’un an. Ce n’est pas Bachar mais bien Daech qui met en danger la paix de la région, du Moyen-Orient et du monde, et c’est encore Daech dont les crimes surpassent encore en horreur ceux du régime syrien » (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

De son côté, le site Aleteia publie un entretien avec Maria Saadeh, chrétienne, députée au Parlement syrien (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) :

Aleteia : Pourquoi avoir choisi soudain de devenir députée du parlement Syrien alors que rien ne vous y destinait ?

Maria Saadeh, architecte, chrétienne, députée au Parlement syrien : En tant que citoyenne et femme syrienne j’estime que vos gouvernements n’ont pas le droit de sélectionner qui peut représenter ou non la Syrie. Pour cette raison j’ai estimé qu’il fallait que je rentre au parlement pour avoir une tribune légale afin de parler au nom du peuple syrien et refléter au mieux la réalité et pour transmettre un message à l’occident : « vous avez commis une grande erreur, en détruisant notre état, notre histoire et notre patrimoine ».

Que répondez-vous à ceux qui vous accusent d’être élue au service d’un régime dictatorial ?

Ce sont les occidentaux qui se permettent de juger que notre société est sous une dictature. Les Syriens quant à eux, les premiers concernés, sont loin de penser cela. Ce n’est pas du droit des occidentaux de proclamer que c’est un régime dictatorial. Seuls nous, Syriens, vivons au quotidien dans la société syrienne, il n’y a que nous qui sommes en mesure de juger le gouvernement syrien. Il n’y a que nous qui avons connu la situation avant la guerre et maintenant et qui pouvons donner notre avis sur la situation politique du pays. La Syrie est le berceau des civilisations, de l’Histoire et des religions, c’est une terre qui appartient à l’humanité toute entière et aujourd’hui nous devons faire face à la monstruosité. Sous le prétexte de s’attaquer au régime, vos gouvernements détruisent le patrimoine de l’humanité.

Learn Hebrew online

Au début de la crise Syrienne, qui manifestait pour réclamer une société plus « démocratique » ?

Laissez-moi vous donner un exemple, et vous jugerez. Comme architecte j’avais un chantier et des ouvriers sous ma responsabilité. Au début de la crise et des manifestations, mes ouvriers avaient abandonnés leur poste. J’ai finalement compris que les islamistes déjà présents, les payaient pour manifester : pour une heure ils touchaient 500 livres syriennes tandis que les organisateurs eux, recevaient 1000 ou 2000 livres syriennes. Cela représente plus d’une journée de travail ! Vous imaginez donc quel succès cela a rencontré.

Quelle est votre position face à l’engagement de la Russie dans votre pays ?

Nous avons une grande relation historique avec l’occident, mais aujourd’hui le peuple syrien ne se fait plus d’illusion quant à l’attitude extrêmement agressive de l’occident. Dans le même temps, la Syrie ne peut pas affronter seule cet ennemi redoutable qu’est l’Etat islamique, elle doit trouver de nouveaux partenaires, la Russie en est un. Tous les états qui sont volontaires pour participer à l’effort de guerre sont les bienvenus.

Un gouvernement de transition peut-il aider à la réconciliation ou bien faut-il que Bashar Al-Assad reste coûte que coûte à la tête de l’Etat syrien ?

Bashar Al-Assad ne doit quitter ses responsabilités qu’après une décision populaire du peuple syrien et de lui seul. Son départ, si départ il y a, ne doit en aucun cas être le résultat de pressions issues de l’extérieur de la Syrie (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Michel Garroté, 29 septembre 2015

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/09/28/31001-20150928ARTFIG00118-poutine-bachar-el-assad-ces-diables-qu-on-ne-peut-plus-ignorer.php

http://www.bvoltaire.fr/dominiquejamet/syrie-francois-hollande-a-deux-doigts-de-tuer-mauvais-cochon,208991

http://fr.aleteia.org/2015/09/28/une-semaine-a-damas-rencontre-avec-la-deputee-syrienne-maria-saadeh/





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Syrie: Poutine joue aux échecs. Les autres feignent l’idiotie

    1. myriam

      Si Poutine débarrasse la Syrie de l’EI en quatre mois en faisant des frappes intensives ( le fameux vieux remède de cheval), tout l’Occident perdra de sa crédibilité ainsi que de sa puissance (il a déjà beaucoup perdu) et toutes les cartes seront rebattues dans cette région du monde
      Ce sera la faute aux USA et à l’Europe car depuis un an, ils frappent comme on époussette une très épaisse couche de poussière avec un tout petit plumeau..

    2. Marcel

      Damas, Damas…J’ai lu quelque part quelque chose à son sujet.
      C’est dans le Livre d’ Isaïe au Chapitre 17 verset 1, je crois…
      Oracle sur Damas:
       » Voici, Damas ne sera plus une ville! Elle ne sera qu’un… monceau de ruines !  »
      Cela s’est-il déjà réalisé dans le passé concernant cette Ville?
      Si ce n’est pas le cas, alors soyez certain que cette Parole, un Jour se réalisera !
      L’Éternel veille sur Sa Parole pour l’accomplir… en Son Temps!

    3. Armand Maruani

      @ “Syrie: Poutine joue aux échecs. Les autres feignent l’idiotie”

      Je ne pense pas qu’ils  » feignent  » . Ils le sont vraiment .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *