toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Rencontre Netanyahu Poutine sur la liberté d’action de l’aviation israélienne en Syrie


Rencontre Netanyahu Poutine sur la liberté d’action de l’aviation israélienne en Syrie

Netanyahu et Poutine vont discuter du maintien de la liberté d’actions des Forces aériennes israéliennes au-dessus de la Syrie.

Le porte-parole du Kremlin Dmitry Peskov a confirmé mercredi 16 septembre que le Premier Ministre Binyamin Netanyahu effectuera bien une « courte visite de travail et aura des échanges avec le Président vladimir Poutine à Moscou le lundi 21 septembre 2015. L’annonce faite par le Bureau du Premier Ministre à Jérusalem est en quelque sorte plus informative  : « Le Premier Ministre exprimera sa vision des menaces contre Israël comme conséquences des livraisons d’armes modernes en Syrie, du fait de l’éventualité qu’elles puissent finir entre les mains du Hezbollah ou d’autres organisations terroristes ».

Si cela doit être le sujet unique de leurs discussions, les sources des renseignements militaires de Debkafile doutent que le Premier Ministre sera en mesure de réaliser bien plus qu’un échange poli de points de vue.

Loading...

Poutine ne retirera pas ses troupes russes et son armement de pointe que les avions Antonov-24 Condors ont déposé en Syrie  depuis le dernier week-en d’août. Ces livraisons ont été planifiées jusque dans leurs menus détails en coordination avec Téhéran – qui est la réplique de Moscou à l’accord nucléaire avec l’Iran, tant choyé par le Président américain Barack Obama. Téhéran, non seulement s’est abstenu d’approuver cet accord, mais a rejoint Moscou dans le but de déjouer les manoeuvres de Washington au Moyen-Orient, en mettant sur pied des renforts militaires importants en Syrie.

Poutine, sans aucun doute, paraphrasera les assurances d’Obama, à propos de l’engagement constant de la Russie envers la sécurité d’Israël. Mais il n’hésitera d’aucune façon dans les mesures qu’il a prises pour renforcer l’implantation de l’Iran en Syrie, pas plus qu’Obama ne l’a déjà fait.

L’amélioration des capacités militaires du Président Bachar al Assad par une injection d’armes lourdes et sophistiquées fait partie intégrante du projet de Poutine, et une partie de ces armes sera, sans aucun doute possible, allouée à l’allié d’Assad, le Hezbollah.

Ce qui manque par-dessus tout, c’est un consensus minimal autour du fait de déterminer quelle organisation terroriste pose la menace fondamentale. Pour Obama, c’est Daesh ou Etat Islamique en Syrie et Irak ; pour Netanyahu : Daesh et le Hezbollah sont aussi dangereux l’un que l’autre ; Alors que Poutine range Daesh et tous les autres groupes islamistes rebelles syriens dans la même catégorie, en particulier le Front Al Nusra, qui dispose d’unités tchétchènes russes et, par conséquent, pose une menace directe contre Moscou.

Alors que Washington et Moscou sont à couteaux tirés dans cette détermination des organisations terroristes qui doivent être combattues en premier lieu, il est donc peu probable que Netanyahu bénéficie de la moindre oreille attentive et sérieuse, de la part de ses hôtes moscovites.

Depuis des mois, à présent, la Russie et l’Iran ont préparé le terrain à l’intensification de leur coopération militaire terrestre en Syrie. En avril dernier, le Chef des Brigades Al Qods, le Général Qassem Souleimani s’est rendu en visite à Moscou afin d’en promouvoir le schéma directeur. Quatre mois plus tôt, en décembre 2014, l’expert du Moyen-Orient au Kremlin,Mikhaïl Bogdanov a mené des pourparlers à Beyrouth avec le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah.

Learn Hebrew online

Tout cela ne laisse qu’un couloir fort étroit pour que Netanyahu puisse faire une réelle percée à Moscou.

Selon nos sources, il fera la demande pressante que les Forces aériennes israéliennes puissent continuer à avoir les mains libres dans l’espace aérien syrien pour gérer ces menaces à leur façon. Une coordination entre la force aérienne israélienne et le commandement de l’armée de l’air russe, située à Jablah près du port de Lattakieh à l’ouest de la Syrie, serait nécessaire à instaurer afin d’empêcher des collisions par inadvertance entre les avions de la Russie et ceux d’Israël.

Ce genre de coordination a été tacitement approuvée entre Washington et Moscou pour permettre à Washington de poursuivre ses frappes aériennes contre Daesh en Syrie.

Loading...

Mais le dossier israélien est bien plus complexe à défendre, au regard de la multiplicité de ses ennemis : Israël a besoin de garder les mains libres pour frapper les cibles en Syrie de ses ennemis déclarés, l’Iran et le Hezbollah, lorsqu’il devient nécessaire de les éloigner de ses frontières. Sur ce point, Poutine risque bien de se braquer.

Un autre problème qui risque bien de survenir au cours de leur conversation d’ici six jours concerne les champs de gaz d’Israël en Méditerranée, au sujet desquels le dirigeant russe a exprimé son intérêt. Puisque le projet de pipeline israélo-turc visant à l’exportation de gaz vers l’Europe se situe à la limite des eaux territoriales du Liban et de la Syrie, la Russie est la seule puissance qui, si on veut êtreréaliste, est capable de lui fournir une protection militaire.

DEBKAfile Reportage Spécial  16 Septembre 2015, 5:31 PM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski. Jforum







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *