toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La guerre ethnique de religion a commencé. Fantasmes et mensonges sur l’ ”islamophobie”


La guerre ethnique de religion a commencé. Fantasmes et mensonges sur l’ ”islamophobie”

OPINION

Dans le TGV Thalys Amsterdam-Paris, un carnage a été évité de justesse et par hasard. Il ne s’agissait plus d’une ”vengeance” comme pour le massacre de Charlie Hebdo, (qui était l’ application d’une fatwa contre des blasphémateurs) mais de la froide programmation d’un massacre contre des Européens mécréants, contre des non musulmans, indifférenciés, inconnus, innocents. Quatre jours plus tard, la mosquée d’Auch brulait, dans le département du Gers… Représailles ? Les intersignes du début d’une guerre ethnique de religion sur notre sol sont bien visibles.

Une Saint Barthélémy ferroviaire évitée de justesse

Avant de monter, à Bruxelles, dans le Thalys 9364 Amsterdam-Paris, le 21 août 2015, le tueur islamique marocain Ayoub El Khazzani avait visionné sur son portable une vidéo de chants militaro-religieux djihadistes appelant au meurtre des infidèles. Si des passagers courageux (quatre Américains, un Britannique et un Français)  ne l’avaient pas – au prix de blessures graves – neutralisé, El-Khazzani n’aurait pas fait trois blessés, mais nous aurions eu le plus sanglant carnage terroriste jamais vu en France. En effet, le moudjahid avait sur lui : un fusil-mitrailleur d’assaut AKM (de provenance est-allemande) avec neuf chargeurs totalisant 270 cartouches de calibre 7,2mm. ; un pistolet automatique M80 Luger Parabellum de calibre 9mm. ; et une bouteille d’essence. Son but était de rafaler ou d’abattre un à un les passagers en remontant le couloir central des voitures et d’enflammer à l’essence les autres, une fois ses munitions épuisées. On aurait dénombré des dizaines de morts et de blessés, peut-être une centaine.

Depuis les attentats de janvier 2015, (et même avant) il ne se passe plus un mois sans qu’un acte terroriste soit perpétré ou déjoué (impliquant à chaque fois des musulmans d’origine maghrébine ou africaine), avec un rythme en accélération. Le plus inquiétant, c’est qu’il s’agit d’attaques avec des moyens faciles (armes de poing, fusils d’assaut ou engins incendiaires bricolés) et non plus seulement difficiles, comme les bombes ou les véhicules piégés. Les djihadistes, comme Khazzani, bénéficient néanmoins de ressources financières pour voyager et se procurer les armes. Donc, il y a derrière eux des organisations djihadistes musulmanes internationales, évidemment mafieuses, plus ou moins liées à  l’État islamique, Dae’ch, dont le but est à la fois de nous envahir (1) et de mener une guerre de partisans sur notre sol. La classe politique dans son ensemble, idéologiquement anesthésiée, ne comprend pas ou refuse cette évidence aveuglante de la lancée du djihad musulman contre l’Europe ; dont le terrorisme n’est qu’un aspect partiel. (2)

Les candidats à ces agressions terroristes, issus à 100% de l’immigration musulmane, sont de plus en plus nombreux en France et chez nos voisins européens. Inutile de faire un dessin : compte tenu de la faiblesse de la police et des services de renseignements débordés, il faut s’attendre à de prochains carnages. Car ces crimes de masse commis ”au nom de l’islam” (en réalité, par l ‘islam) vont logiquement se multiplier. La société française, baissant les bras, pourra s’y habituer. Mais ce n’est pas sûr.

Une mosquée incendiée

 Quatre jours après l’affaire de l’attaque djihadiste dans le Thalys, une mosquée a été incendiée à Auch, chef-lieu du Gers. On aurait prédit à De Gaulle qu’il y aurait une mosquée, un jour, dans cette ville gastronomique et enracinée du Sud-Ouest, il n’y aurait jamais cru. Les auteurs de cet incendie d’une mosquée (le premier en France), à l’heure où j’écris, n’ont pas été interceptés. S’il s’agit d’Européens, cela prouve deux choses : ce sont des imbéciles car ils victimisent l’islam agresseur dans un contexte très tendu et donc lui rendent service ; mais cela démontre aussi (représailles) que la guerre civile ethnique de religion a bien commencé en France. Mais il peut aussi s’agir d’une provocation et d’une manipulation, commanditées par des djihadistes qui veulent se poser en victimes.

L’incendie de cette mosquée n’a tué personne alors que les attentats ”au nom de l’islam” sont barbares et sanglants. Elle a provoqué l’indignation et la condamnations très médiatisée du Crif  (Conseil représentatif des institutions juives de France) et de la Conférence des évêques de France qui a apporté « son entier soutien à la communauté musulmane, encore une fois blessée au titre de sa religion ». Encore une fois ? Un tel mensonge des prélats est renversant de lâcheté : alors que l’islam bénéficie de privilèges grandissants, alors que l’”islamophobie” est poursuivie – et non pas la christianophobie, bien au contraire –, alors que maintes églises et autres cimetières chrétiens ont été dégradés et profanés par des musulmans dans le quasi silence des médias et de l’Église (ne pas ”stigmatiser”), alors que les chrétiens du Moyen-Orient sont persécutés, massacrés, chassés, voient leurs églises pillées et détruites (logique de génocide), alors que deux attentats islamiques à l’arme à feu ont été déjoués de justesse contre des sorties de messe en Ile-de-France et qu’un autre à l’explosif a été évité contre la cathédrale de Strasbourg et le marché de Noël, alors que des familles françaises harcelées et agressées sont obligées de déménager sans aucune protection de l’État dans les quartiers islamisés, eh bien, malgré cela, l’Eglise de France insinue que c’est la communauté musulmane qui est opprimée en France ! Une fois de plus, la hiérarchie ecclésiale, qui a perdu et la raison et le courage, se fait complice de l’islamisation.

Fantasmes et mensonges sur l’ ”islamophobie”

Anouar Kbibech, le nouveau président du Conseil français du culte musulman (CFCM) exprime la « consternation »de la communauté musulmane en prétendant, avec ce culot propre à l’esprit faux, que cette dernière « a le sentiment qu’une certaine impunité règne ». Tout le monde sait qu’en France les musulmans sont quotidiennement agressés et les auteurs impunis…

Poussant plus loin l’inversion de la réalité et le mensonge d’intimidation, Abdallah Zekri, secrétaire général du CFCM et président de l’Observatoire national contre l’islamophobie (ONCI), une structure infiltrée par les Frères musulmans, distille ses fantasmes : il s’inquiète de « la montée du climat d’islamophobie en France, dans la rue où les femmes qui portent le voile sont désormais fusillées du regard (mieux vaut être fusillé du regard qu’à la kalashnikov), sur Internet où des propos inqualifiables contre les musulmans français circulent, dans la classe politique qui ne réagit pas, favorisant un climat d’islamophobie ». Sans donner aucun exemple concret. La tactique est rusée : se plaindre de la montée d’une islamophobie imaginaire pour obtenir de nouveaux privilèges et droits pour l’islam dans l’espace social.

L’ONCI prétend que « les  actes et menaces islamophobes sont en augmentation de 281% pour le premier trimestre 2015 ». Évidemment suite aux attentats islamiques du 7 janvier… Il aurait espéré qu’il y en eût moins ? Les chiffres sont les suivants : au premier trimestre 2015, le ministère de l’Intérieur a recensé 274 actes islamophobes contre 508 actes antisémites (on ne recense jamais les actes racistes contre des Blancs non juifs…). Précision N° 1 : les juifs sont estimés à 500.000, les musulmans à au moins dix fois plus, donc, mathématiquement, l’islamophobie est infime par rapport à l’antisémitisme ; précision N°2 : les actes antisémites sont commis à 90% par des immigrés musulmans ; précision N°3 : les actes antisémites sont majoritairement des agressions physiques, des saccages de commerces juifs ou des meurtres alors que sont comptabilisés comme ”actes islamophobes” tout et n’importe quoi, de l’altercation avec un musulman qui n’a rien à voir avec de l’ ”islamophobie” jusqu’aux ”regards hostiles” dont se plaint une femme voilée, en mentant dans nombre de cas ; sans oublier les (très rares) tags anti-musulmans sur les murs des mosquées ou dans les rues. Mais jamais de violences directes contre les musulmans !

En réalité l’islamophobie réelle, tout comme le racisme anti-Arabes ou anti Noirs, sont quasi inexistants en France dans l’espace civil et social. Ils sont inventés dans un but idéologique et politique. En revanche, l’antisémitisme et le racisme anti Blancs sont en progression constante, comme l’a dénoncé, entre autres, Alain Finkielkraut – qui est de moins en moins apprécié dans l’intelligentsia parisienne. (3)

L’affaire du ”contrôle des bagages au faciès”

Après l’attaque du Thalys par le tueur moudjahid El Khazzani, le secrétaire d’État chargé des Transports, M. Alain Vidalies a fait une remarque de bon sens, mais une terrible gaffe pour l’idéologie dominante, qui compromet sa carrière. Comme il est impossible dans les gares françaises de procéder, comme dans les aéroports, au contrôle des bagages au scanner, il a suggéré le ”contrôle aléatoire” par les forces de police à l’entrée des trains. Il a précisé, à mots couverts, sans employer le terme tabou, évidemment, qu’il pourrait s’agir de contrôle des bagages aufaciès, c’est-à-dire à l’origine ethnique physiquement visible des passagers. Puisque les terroristes, jusqu’à présent, ont tous la même provenance…

  1. Vidalies a fait remarquer que la sécurité des voyageurs passait de toute évidence avant des considérations idéologiques. Hurlements, condamnations unanimes dans toute la gauche, au nom de l’ ”antiracisme” catéchétique, et en rappelant la promesse électorale de François Hollande en 2012 : « je lutterai contre le ”délit de faciès” dans les contrôles d’identité par une procédure respectueuse des citoyens ». (4) Fort bien. Donc les ”contrôles aléatoires des bagages”, concrètement, ne porteront pas sur les voyageurs d’origine maghrébine ou africaine : car les policiers, craignant l’imputation de ”racisme”, contrôleront les valises des petites vieilles, des mères de familles et des cadres cravatés, au cas où ils contiendraient des fusils d’assaut… Et n’oseront pas contrôler les vrais suspects. Antiracisme !

Ce genre de délire interdit toute dissuasion sérieuse du terrorisme. Pourtant, on sait parfaitement que 100% des actes terroristes en France depuis 1985 –mais aussi chez nos voisins britanniques, espagnols, belges, néerlandais –sont commis ou programmés par des musulmans d’origine maghrébine, proche orientale ou (minoritairement) africaine, parfaitement reconnaissables à leur faciès, à leur nom, que l’idéologie antiraciste le veuille ou non. Et que ces tueurs, au delà de leur ”religion”,  sont fondamentalement racistes.

Tout cela se terminera mal. Car l’État, la classe politique et la vulgate intellectuelle et médiatique dominante, totalement dépourvues de bon sens et champignonnées par leur catéchisme bien-pensant,  refusent de regarder la réalité en face et l’orage qui s’annonce. Le peuple, lui, comprend puisqu’il ressent les choses. Comme je l’ai souvent dit depuis longtemps et ce que les faits n’ont jamais démenti : nous allons vers la guerre. Nous ne sommes plus au point de chercher à l’éviter mais à essayer de la gagner. Qui sait ?

(1) L’État islamique (Dae’ch) organise en ce moment, par la Méditerranée et les Balkans, la migration invasive en Europe de millions de personnes en provenance du Maghreb, du Moyen Orient et d’Afrique. Stratégie très pensée de submersion. En face : impuissance des dirigeants européens et humanitarisme bas de gamme. On pense à la chute de l’Empire romain.

(2) Cf. mon nouveau livre à paraître bientôt Comprendre l’islam aux éditions Tatamis.

(3) On se garde bien de comptabiliser (ou de poursuivre) les actes anti Blancs  et anti-Français qui sont en forte augmentation et qui dominent de loin tous les faits ”racistes”. Silence ! Voir : Sale Blanc ! Chronique d’une haine qui n’existe pas, enquête de Gérald Pichon, éditions IDées, 2013

(4) Cette mesure a limité les contrôles policiers et favorisé l’impunité délinquante comme l’immigration clandestine. La sécurité des Français passe après l’idéologie ”antiraciste” à sens unique, la base du nouveau catéchisme.

Guillaume Faye





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “La guerre ethnique de religion a commencé. Fantasmes et mensonges sur l’ ”islamophobie”

    1. Mathieu

      Remarquable article à tous point du vue de la part de Monsieur La Blatiniere.

      Au delà de ces innombrables analyses, pertinentes et justes, l’on reste néanmoins quelque peu interloqué, un peu à l’instar d’un malade à qui l’on expliciterait en détail la nature du danger mortel qu’il encourt sans pour autant lui administrer aucun remède bien que ce dernier soit parfaitement connu.

      Car au nom du Ciel, une intelligence saurait-elle expliquer au commun des mortels pourquoi, alors que l’islam est inextricablement indissociable du coran, que ce dernier contient une foultitude de versets faisant outre l’apologie de la polygamie, de la pédophilie, de l’esclavage, de châtiments corporels barbares confinant à la torture, de l’apologie du meurtre de tout non-musulman – les premiers ciblés étant évidement la communauté juive et chrétienne -,
      pourquoi, et alors même que les élites politiques occidentales juives et chrétiennes, les dirigeants d’associations anti-xénophobes, les écrivains, penseurs, philosophes, artistes, journalistes et j’en passe, qui sont pour l’écrasante majorité d’origine chrétienne ou juive, à tout le moins athées ou agnostiques – c’est à dire en tous cas considérés « mécréants »-,
      pourquoi donc et enfin, personne ne s’attelle à faire interdire juridiquement, législativement, socialement, une idéologie dont la substance et la finalité affichée s’avère être indiscutablement fasciste, totalitaire et mortifère ?!

    2. Alauda

      @Mathieu,
      L’article est de Guillaume Faye.
      L’auteur figure toujours en bas de l’article et au-dessus de la possibilité de sauvegarder en PDF.

    3. Alauda

      Concernant les « Fantasmes et mensonges » sur l’ ”islamophobie”, j’ai été surprise, en faisant une recherche sur la laïcité, de voir apparaître en haut de page de Google une annonce émanant du Ccif intitulée « Laïcité pour les nuls ».

      Dans un encadré tout en haut de page le Ccif prétend que « l’islamophobie, n’est pas une opinion », mais « un délit ».
      La loi française, jusqu’à présent condamne les actes contre les musulmans, mais n’interdit pas encore de critiquer l’islam en tant que totalitarisme qui s’est imposé par le glaive partout où il est historiquement passé.

    4. Jacques

      Alauda 3.

      Les mêmes qui poussent des cris d’orfraie contre les prétendus « amalgames » faits entre terrorisme et islam, sont les premiers à pratiquer l’amalgame entre la critique d’une religion, d’un système politique (l’islam) et la stigmatisation, l’appel à la haine, voire à l’élimination d’un groupe de personnes, les musulmans.
      refuser de faire le distinguo est symptomatique de l’esprit de mensonge et de manipulation de ces gens qui prétendent interdire toute critique, pourtant non seulement légitime mais essentielle en démocratie, du système politico-religieux appelé islam.

    5. Mathieu

      @ Alauda,

      Oups, article de Guillaume Faye en effet.

      Votre post tombe à pic. Si le Ccif prétend que « l’islamophobie, n’est pas une opinion », mais « un délit »,
      alors, par extension la simple critique des exactions commises par l’état islamique au nom d’allah et de son assassin de prophète pédophile – génocides, crucifixions, esclavage sexuel, enfants yazidis enterrés vivants* deviendrait ainsi un délit ! !

      *http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/10/97001-20140810FILWWW00068-l-etat-islamique-a-enterre-vivants-500-yazidis.php

      Alors quoi ? Qui sait pourquoi -entre autre – manuel valls pourtant « éternellement lié à Israël » réagit d’une façon totalement suicidaire :

      Manuel Valls, 16 06 2015 : « L’islam est en France pour y rester !
      (…)
      « L’islam suscite encore des incompréhensions, des a priori, du rejet chez une partie de nos concitoyens, des amalgames dont vous êtes victimes », a-t-il dit en ouverture de la première réunion de l’instance de dialogue avec l’islam de France, place Beauvau

    6. Laurence

      L’islam est NOCIF POUR LA SANTE !!!

      DEHORS !!!

      L’ISLAMOPHOBIE N’EST PAS UN DELIT CAR C’EST LA PEUR DE L’ISLAM ET CELUI QUI N’A PAS PEUR DE CE CANCER N’EST PAS NORMAL !
      ETRE ISLAMOPHOBE CE N’EST PAS TUER
      PAR CONTRE LES ISLAMISTES NE PENSENT, EUX, QU’A TUER ET LE FONT !!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap