toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Hakim, arabe musulman :  » je suis citoyen Israélien, je fais mon devoir, c’est mon pays « 


Hakim, arabe musulman :  » je suis citoyen Israélien, je fais mon devoir, c’est mon pays « 

RECIT

Hakim le guerrier de Sion

Je vis en Israel depuis 10 ans jour pour jour. J’y suis flic après y avoir été soldat, cela m’a permis de voir deux ou trois choses. Je constate que j’ai encore beaucoup à apprendre.

Cette semaine j’ai été prié de donner un coup de main à une brigade de Magav, la police des frontières, déployée à Jerusalem-Est. Magav est une unité à mi-chemin entre l’armée et la police. Plus qu’ailleurs, ces combattants ont la réputation, pas toujours usurpée, d’être d’un raffinement assez modéré et d’avoir une philosophie politique dont la nuance n’est pas le premier attribut.

Un soir, je débute une garde de nuit. Une de nos missions est de protéger les quelques juifs qui, uniquement par idéologie sioniste, persistent à vouloir habiter et faire acte de présence dans ces quartiers devenus musulmans suite aux expulsions de la guerre de 1948. Les attentats visant les soldats de Magav, principalement au couteau et à la voiture-bélier sont fréquents. Les jets de pierres et de cocktails molotov y sont littéralement quotidiens. Tout en m’équipant de mon gilet censé me protéger des lames de couteaux et d’un casque je passe au volant d’une voiture blindée. Nous sommes une équipe de trois, le commandant siège à ma droite et un autre combattant prend place derrière moi.

Tandis que nous patrouillons j’écoute la conversation entre mes deux nouveaux collègues. Impossible de ne pas remarquer l’énorme accent du commandant. Même mon légendaire accent français est plus subtil que son accent arabe et pourtant ce n’est pas faute d’avoir croisé des soldats non juifs. Je leur demande leurs prénoms : Elad et Hakim. Les deux sont des colosses très sympathiques d’environ 25 ans qui après avoir effectués leur service dans Magav y sont maintenant en tant que militaires de carrière.

J’ai toujours été ému quand ma route à croisé des soldats ou des policiers Druzes. Les Druzes d’Israël pourraient donner des leçons d’amour du pays à beaucoup de juifs. Ces derniers pratiquent une religion dérivée de l’Islam et ne se considèrent pas comme Arabes. Gare à celui qui leur ferait remarquer que selon le dictionnaire est Arabe le peuple qui communique en arabe. Concernant Hakim, de par les traits de son visage et son accent il m’a paru tout de suite évident que je n’avais pas pour commandant un Druze. J’avais l’impression de recevoir des instructions d’un Palestinien.

 » Tu es bédouin Hakim ?« . La question est posée, la nuit va être longue, j’ai envie d’engager la discussion sur ce qui était pour moi un peu singulier. J’avais déjà servi avec un ou deux bédouins, ces derniers rejoignent parfois les rangs des combattants israéliens. Tout en communiquant notre position dans la radio militaire Hakim me répond en se définissant par une expression que je ne connais pas, constate ma perplexité et me facilite la tâche en disant «  Je suis Arabe, Arabe musulman« . La discussion reprend entre lui et Elad le juif.

Arrivés devant les quelques maisons juives nous nous déployons armes aux poing. Sur l’une d’elles flotte le plus grand drapeau frappé de l’étoile de David qu’il m’ait été donné de voir. Il est environ minuit, Hakim et moi sommes équipés d’un M-16 et Elad d’un fusil à balles de caoutchouc pour nous permettre de répliquer à des attaques sans risquer d’ôter la vie. Des voitures aux voyageurs Arabes passent devant nous, des regards peu amicaux sont échangés sans cesse. Je ne fais pas spécialement le fier et moi qui suis accroc à mon portable je comprends assez rapidement que ce dernier va rester dans ma poche au profit d’une assez grande concentration sur ce qui m’entoure.Benjamin et Hakim

La conversation reprend avec Hakim. Après avoir échangé sur tout et rien je lui demande en souriant si je peux m’intéresser à son cas sans être impoli.
Hakim me répond « bien entendu mon frère » dans un éclat de rire.

J’apprends qu’il vit dans le nord d’Israel, dans un village musulman. À ma question sur ses motivations à être combattant dans l’armée d’Israël il me répond presque étonné  » mais je suis citoyen Israélien, je fais mon devoir, c’est mon pays « .

Hakim n’aime pas parler de lui mais accepte cette bienveillante interview. Il m’explique que chez lui on sert dans Tsahal, évoque même en une phrase un oncle anciennement membre des renseignements. Je lui demande si je pourrais écrire sur lui et me répond  » si tu veux mais floute mon visage et change mon prénom, j’ai déjà fait l’objet de menaces. »

Nous commençons à contrôler des voitures dans le but de trouver des armes et je ne peux m’empêcher de regarder du coin de l’oeil Hakim travailler face à ses  » frères Arabes ». Respectueusement mais fermement, nous interrogeons certains passants. Ces derniers ne sont pas dupes une seconde sur les origines d’Hakim et s’adressent à lui en arabe. J’observe mon collègue d’un soir leur répondre avec son accent à couper au couteau  » Ata mouzman lédaber élaï béivrit » ( tu es prié de t’adresser à moi en hébreu).

Plus tard je le verrai faire preuve de beaucoup de gentillesse avec un employé arabe d’une station essence du quartier. Notre nuit se terminera sans incidents et je quitterai les membres de mon équipe d’une très amicale poignée de mains.

Qu’on excuse mon ignorance, mais l’émotion passée et les renseignements pris, mon Hakim est loin d’être un cas isolé. Les Arabes musulmans d’Israël sont de plus en plus nombreux à vouloir servir ce qu’ils considèrent aussi comme leur pays.

Une pensée pour les idiots.
Pour ceux d’entre eux qui osent parler d’une armée raciste.
Pour ceux d’entre eux qui aiment ou haïssent les gens pour ce qu’ils sont plutôt que pour ce qu’ils font.
Une pensée pour ces guerriers d’Israël un peu particuliers.

Benjamin Goldnadel pour Europe Israël News






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Hakim, arabe musulman :  » je suis citoyen Israélien, je fais mon devoir, c’est mon pays « 

    1. Manuel

      Les soldats arabes israéliens sont beaucoup mieux traités par Israël et son armée que par le Hamas en Palestine. Israël appelle au respect et à la protection de ses individus alors que les groupuscules en Palestine appelle à la haine et au meurtre.

    2. Yehuda

      Il va obtenir sa promotion et de ce fait entrer plus facilement dans les maison Juives pour leur donner des ordres comme le font les arabes travaillant dans les services de securites..c’est quoi cet article vous pensee qu’il va dire quoi qu’il est dans la securite pour donner des ordres au juifs pour que son copain le denonce a la hierarchie…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap