toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Claude Goasguen : « La seule chose qui compte aujourd’hui, c’est de démolir l’Etat islamique »


Claude Goasguen : « La seule chose qui compte aujourd’hui, c’est de démolir l’Etat islamique »

Entretien. Le Député-maire Les Républicains du XVIè arrondissement de Paris Claude Goasguen organise ce jeudi 17 septembre un colloque pour tenter de recréer des liens entre la France et la Russie.

Claude Goasguen, le clame : « le temps du rapprochement entre la Russie et la France est venu ». Afin d’accélérer ces « retrouvailles » qu’il appelle de ses vœux, l’ancien ministre a convié à une table ronde des patrons Français, Russes mais aussi des responsables politiques proches de Vladimir Poutine. Interviendront notamment Alexei Mechkov, le vice-ministre des affaires étrangères de Russie ainsi qu’Alexandre Orlov, l’ambassadeur de Russie en France. La veille de ce rendez-vous, l’élu parisien a répondu aux questions deValeurs actuelles.

VA. Dans le contexte actuel, le colloque que vous organisez, servira-t-il à quelque chose ?

Claude Goasguen. Cette réunion intervient le même jour que le débat qui portera sur la question des Mistral et des pénalités que la France va devoir verser à la Russie. Cet exemple est l’illustration des erreurs commises par la France dans ses relations avec la Russie, où tout le monde est perdant. La Russie n’est pas livrée et les citoyens Français vont devoir, une fois de plus, régler l’ardoise du gouvernement de François Hollande. Cela va coûter plus d’un milliard d’euros ! Face à ces errances, nous organisons un colloque pour promouvoir le rapprochement des relations entre la France et la Russie, qui est un pays ami. François Hollande a d’ailleurs reconnu à demi-mot lors de sa conférence de presse que les accords de Minsk étaient aujourd’hui plutôt respectés et qu’ils produisaient des fruits. C’est la preuve que la question ukrainienne n’est plus l’objet d’un contentieux vigoureux ; et que nos deux pays ont le devoir désormais d’œuvrer ensemble. C’est l’objet de ce colloque.

VA. Pourtant le gouvernement Français n’a pas manifesté son souhait de se rapprocher de Vladimir Poutine… Pire, il met en garde la Russie contre une éventuelle intervention militaire au sol en Syrie pour soutenir Bachar el-Assad…

Claude Goasguen. Vous soulevez un vrai problème : la France est aujourd’hui sous tutelle américaine, notamment sur la question syrienne. Il est temps que nous nous émancipions des Américains qui se croient partout chez eux. Le conflit touche l’Europe et la Méditerranée, pas les Etats-Unis ! Par ailleurs, les Américains n’ont pas le droit d’empêcher les russes d’être maîtres de leur politique internationale ! Ce serait un comble. Vladimir Poutine affirme son indépendance. Nous devrions faire la même chose !

VA. Vous dîtes que la France est en train de payer « ses bêtises » dans ses relations diplomatiques avec la Russie…

Claude Goasguen. Oui, comme évoqué plus haut, la non-vente des Mistral va coûter au moins un milliard d’euros à la France. Sur le plan agricole, par ailleurs, en l’espace d’un an à cause de l’embargo, nos agriculteurs ont perdu 500 millions d’euros. On comprend mieux une des raisons de la colère des éleveurs et des agriculteurs aujourd’hui. Par ailleurs, la baisse du tourisme russe a créé un manque à gagner de 180 millions d’euros pour la seule ville de Paris. Enfin, l’embargo Français a créé une vraie déstabilisation pour nos entreprises, pour l’avenir. La plupart des chefs d’entreprise Russes et Français sont inquiets et n’osent plus investir. Il est nécessaire de relancer les accords économiques. Tout cela concourt d’ailleurs à améliorer nos relations.

VA. Les blocages sont aussi liés au soutien de la Russie au régime de Bachar el-Assad, un point majeur de discorde entre la France et la Russie…

Claude Goasguen. Effectivement et c’est dommage. Mais les lignes bougent. François Hollande a annoncé que des bombardements vont être effectués dans les prochains jours. C’est une bonne nouvelle. Cependant, cette annonce est encore très floue : nous allons faire des bombardements, mais on ne sait pas encore contre qui…C’est absurde ! Il faut d’ailleurs que nous cessions de fournir des armes aux rebelles syriens, souvent récupérées par les combattants d’Al Nosra, qui sont en réalité les cousins germains des combattants de Dae’ch. Il me paraîtrait logique qu’on arrête de vendre et de donner des armes à des gens que nous allons combattre ! Sur la question du maintien de Bachar el-Assad, il est temps de revenir à la raison. Notre seul ennemi, c’est l’Etat islamique, qui prospère, s’enrichit, commet des massacres chaque jour et est responsable des millions de migrants qui arrivent en Europe. S’il est souhaitable qu’une évolution intervienne, il faut au moins ne pas gêner le gouvernement syrien, ni l’empêcher de s’opposer aux barbares de l’Etat islamique. Il y a une priorité d’objectifs.

VA. Faut-il donc faire comme les Russes, et apporter officiellement notre soutien à Bachar el-Assad ?

Claude Goasguen. Une chose est sûre, il faut lui apporter notre soutien. Nous ne pouvons pas le laisser tomber. Les Russes comme les Iraniens le défendent contre Dae’ch. Nous devons songer aussi à clarifier notre position, en fonction de nos capacités. Je déplore néanmoins un problème : avec les atermoiements du gouvernement Français des derniers mois, nous ne sommes plus un pays qu’on prend au sérieux.  Que de temps perdu…La seule chose qui compte aujourd’hui, c’est de démolir l’Etat islamique, et vite. On discutera après. Trouver un accord diplomatique avant d’avoir éradiqué ces terroristes ne sert à rien.

VA. Récemment, les Turcs, alliés des Américains, ont frappé l’Etat islamique, tout en soutenant les rebelles syriens qui appellent à la chute de Bachar el-Assad…Ne risquons-nous pas de nous retrouver un jour à combattre des alliés de la Turquie ?

Claude Goasguen. Les Turcs tiennent une position incroyable. Ils se sont engagés contre l’Etat islamique et bombardent les kurdes qui sont nos alliés ! Pire, nombre de passeurs de migrants transitent librement par la Turquie. Conséquence : il y a un million de réfugiés syriens en Turquie, qui attendent de pouvoir rejoindre l’Europe. Ne l’oublions pas. Cette complicité n’est pas acceptable. Par ailleurs, je souligne qu’il est inadmissible de voir que l’Etat islamique continue de vendre du pétrole par la Turquie et donc sans doute à l’Europe. Comment cela est-il possible ? J’ajoute, pourquoi n’y a-t-il pas de gel des avoirs terroristes dans les banques ? Des banques européennes sont-elles complices ?

C’est malheureux, car ce sont les chrétiens qui sont massacrés avec cet argent et ces armes.

VA. L’arrivée de millions de migrants risque-t-elle de provoquer l’éclatement de l’Europe ?

Claude Goasguen. Il est évident que l’Europe est fragilisée depuis plusieurs mois. Malheureusement, les pays s’organisent comme ils peuvent parce que le fonctionnement de l’Union européenne est totalement inefficace. C’est ce qui a poussé Viktor Orban, le premier ministre hongrois à conduire une politique de fermeté sans l’Europe. C’est efficace, mais il est dommage d’en arriver là.  Je note qu’après avoir condamné la politique conduite par Monsieur Orban, tous les pays européens se mettent à faire la même chose que lui, à savoir, le rétablissement du contrôle aux frontières et le contrôle des migrants qui arrivent aux frontières.

Il faut profiter de cette crise pour changer les structures européennes et surtout, ne pas abandonner le projet européen. Il faut que chacun puisse se retrouver. Face à la réalité difficile que nous vivons, nous avons un boulevard pour créer l’Europe de demain, qui respecte la souveraineté des peuples et qui protège. Je suis convaincu que la question européenne sera au cœur de la présidentielle de 2017. Cette crise peut être bénéfique pour l’avenir de l’Europe.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Claude Goasguen : « La seule chose qui compte aujourd’hui, c’est de démolir l’Etat islamique »

    1. Alice

      Purée c’est con que ce ne soit pas un Fn qui ait fait ce genre de déclaration nous aurions eu droit à des louanges prèsque messianiques …

    2. Pinelli

      oh oui Monsieur Goasguen ! mais quel état islamique ? ils ont semé leurs graines partout dans le monde et particulièrement en Europe ces dernières semaines ,cette handicapée mentale et aveugle , Dieu que c’est triste !, les chasser avant qu’il ne soit trop tard ? j’ai bien peur que nous ayons dépassé la date limite ! Espérons ! Tout mon respect et ma fraternité aux handicapés mentaux et aux aveugles, mais les handicapés mentaux ne peuvent pas diriger, estimer les dangers et gouverner un pays, par contre un vrai Aveugle le pourrait ..

    3. Yéochoua

      Désolé, mais cet enthousiasme le fait oublier le danger du Hezbollah mis en difficulté par cet Etat islamique, ainsi que de ce vieil axe du mal : Iran-Assad-Hezbollah. Est-ce parce que cet EI a fait preuve de son manque d’humanité effroyable qu’il faille considérer une organisation terroriste qui a fait déjà subir une guerre à Israël, et qui le menace aujourd’hui d’une manière gravissime, comme inoffensive ?
      L’implication de la Russie pour Assad (combien a-t-il fait de morts dans les populations civiles syriennes?) ne fera que faciliter la tâche de l’Iran et de la guerre d’usure et d’agression qu’il mène par procuration par l’intermédiaire de ses exécuteurs limitrophes à Israël.

    4. Alice

      Yéochoua je suis d’accord avec toi , si seulement ils pouvaient s’entre tuer entre eux et nous ficher la paix ! Assad a fait plus de victimes que tous les groupes dissidents réunis !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap