Le projet d’une zone-tampon séparant la Syrie et la Turquie s’inscrit dans la même logique. Jusqu’à présent refusée par Washington, l’idée pourrait voir le jour. Depuis le feu vert donné par la Turquie à l’armée américaine pour l’utilisation de ses bases aériennes, les États-Unis seraient finalement prêts à faire cette concession au président Erdogan.