toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

«Tel-Aviv sur Seine» : Le propalestinien communiste Ian Brossat ne veut pas que l’on s’attaque à son grand père espion


«Tel-Aviv sur Seine» : Le propalestinien communiste Ian Brossat ne veut pas que l’on s’attaque à son grand père espion

Le groupe communiste – Parti de gauche appelle dans un communiqué à l’annulation de cet événement, prévu pour jeudi à Paris Plages. [Leur Communique ICI ]

Dans un échange de tweets ce communiste s’énerve quand on évoque son grand père. On peut le comprendre aisément
Patron du groupe communiste au Conseil de Paris, l’ambitieux Ian Brossat a « épousé » durant l’été, à la mairie du XVIIème arrondissement de Paris, son compagnon, Brice, un professeur de mathématiques dans un lycée de la capitale.
Brossat est le petit-fils du physicien israélien Marcus Klingberg, condamné à 20 ans de prison par la justice israélienne pour espionnage au profit de l’Union soviétique.
Il est dans la « logique familiale » que le petit fils poursuive l’œuvre de destruction du peuple juif d’Israel initiée par son grand père

Voici les échanges de tweets

ViveIsraël ‏@francais4israel 21 hil y a 21 heures
@davidperrotin Content @IanBrossat ? Votre grand-père sera fier de vous, vous luttez contre l’ennemi sioniste #lachetéenfamile

Ian Brossat ‏@IanBrossat 20 hil y a 20 heures
[email protected]_mergui Je ne sais pas si votre famille à subi la Shoah. La mienne oui. Je vous demande juste de les laisser tranquilles.
1. Afficher la conversation3 Retweets4 favoris
[email protected]_mergui Je ne sais pas si votre famille à subi la Shoah. La mienne oui. Je vous demande juste de les laisser tranquilles.
2. Ian Brossat ‏@IanBrossat 20 hil y a 20 heures
[email protected]_mergui Qui est resté fidèle au pays qui lui a sauvé la vie, surtout. Bref, mêlez vous de ce qui vous regarde.
3. Ian Brossat ‏@IanBrossat 20 hil y a 20 heures
[email protected]_mergui Si vous voulez vous attaquer à moi, faites le directement, sans vous attaquer à ma famille, c’est mieux.

 

Retour sur l’article du JDD du 15 octobre 2014  – SOURCE

A la fin de la guerre, Marcus Klingberg retourne en Pologne. Il se marie. Puis s’installe brièvement en Suède avant de faire son alyah (sa « montée » vers Israël) en pleine guerre israélo-arabe de 1948-1949. Le jeune médecin finit alors la guerre d’Indépendance avec le grade de colonel. « Il a toujours ce grade d’ailleurs, ainsi que sa retraite d’officier », sourit Ian Brossat, qui s’amuse du paradoxe.
Le nouvel immigrant continue à travailler pour l’armée israélienne. En 1950, il devient chef de médecine préventive au commandement des services de santé de l’armée. En 1953, il prend la direction de l’Institut de médecine militaire. Puis il est nommé directeur scientifique adjoint de l’Institut de recherche biologique Nes Ziona. Le poste est clé. Cet institut ultra-secret, situé près de Tel Aviv, est soupçonné d’avoir été utilisé par Israël pour fabriquer des armes chimiques et bactériologiques. L’Etat hébreu a signé en janvier 1993 le traité qui interdit les armes chimiques mais ne l’a jamais ratifié. Selon Le Nouvel Obs, daté du 6 janvier 1994, « au moins 43 types d’armements non conventionnels, des virus aux toxines de champignons en passant par les bactéries et les poisons de synthèse » y seraient confectionnés. Interrogé sur son travail à l’institut, Marcus Klingberg, 96 ans, refuse toujours de répondre : « Je n’ai pas le droit de parler de la nature de mon travail à l’institut Ness Ziona. C’était la condition pour qu’on m’autorise à quitter le sol israélien en 2003 après la fin de ma détention. »
Jusqu’à son arrestation, l’espion soviétique vit la vie du bon samaritain à Tel Aviv. Membre du parti travailliste, « pour faire carrière », selon Brossat, il vote pourtant pour les communistes lors des élections. Scientifique reconnu, il est invité à s’exprimer dans plusieurs grandes universités. Pendant 30 ans, Marcus Klingberg transmet de nombreux documents classés secret-défense à l’Union soviétique. L’espion utilise les congrès scientifiques auxquels il participe à l’étranger pour communiquer ses dossiers à son agent traitant.


Photos de Marcus Klingberg et de sa femme sur le bureau de Ian Brossat à la mairie de Paris (Crédit : Michaël Bloch/JDD.fr)

Marcus Klingberg parvient à deux reprises, en 1965 et dans les années 1970, à échapper aux suspicions et au détecteur de mensonges du Shin Beth, le service de sécurité intérieur. En 1983, un nouvel interrogatoire fait pourtant tout basculer. Questionné pendant plusieurs semaines, il finit par avouer.
Un procès a lieu à huis-clos dès 1983. Pour éviter toute publicité quant à l’existence de Ness Ziona, le nom de Marcus Klingberg n’est même pas mentionné dans l’ordre d’accusation. L’affaire est nommée « Etat d’Israël contre X » par le tribunal de district de Tel-Aviv qui a jugé l’affaire. Sa condamnation à près de vingt ans de prison ne lui fait pas davantage retrouver son identité. Pour tous les gardiens et tous les autres prisonniers, il est « Greenberg ».


Quand Ian, sa mère et sa grand-mère viennent le voir, ils doivent donner ce nom au surveillant. « Il était à l’isolement. Un gardien était là en permanence quand on lui parlait ». Au fil des années, les restrictions commencent un peu à se desserrer. « Greenberg » peut rencontrer d’autres prisonniers. « C’était assez curieux de le voir lui, le notable, devenir pote avec des prisonniers de droit commun. Il a une certaine capacité d’adaptation à tous les milieux », témoigne l’élu parisien. En prison, il a aussi fréquenté l’Israélien Mordechai Vanunu, converti au protestantisme, qui révéla en 1986 au Sunday Times de nombreux détails sur le programme nucléaire israélien. Ce qui le condamna à 18 ans de prison

.

En 1998, Marcus Klingberg sort finalement de prison pour raisons de santé et est assigné à résidence. Cinq ans plus tard, il est autorisé à quitter le territoire israélien et se rend en France, où vivent sa fille et son petit-fils. Toujours en pleine santé mentale, il passe ses journées dans son appartement du cinquième arrondissement parisien à lire des livres d’histoire en anglais, polonais, ou russe, trois des six langues qu’il a appris au cours de sa vie, avec l’hébreu, le yiddish, et l’allemand.
« Tous les jours, je lis les trois principaux journaux israéliens sur Internet, le Guardian, le New York Times, et des journaux polonais » raconte d’une voix enjouée Marcus Klingberg. Mais dès que sont évoquées plus précisément ses activités d’espionnage, il se montre moins loquace. Sans doute dépositaire d’encore bien des secrets, l’un des espions soviétiques les plus importants de l’histoire d’Israël n’est pas encore prêt à les livrer.

Learn Hebrew online


Ian BROSSAT s’est marié durant l’été 2013 à la mairie du 18e arrondissement de Paris, avec son compagnon, Brice, professeur de mathématiques dans un lycée de la capitale

En Avril 2015, L’adjoint à la maire de Paris a annoncé son intention de porter plainte contre les auteurs des insultes homophobes dont il est la cible.

By  | 11 août 2015







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 14 thoughts on “«Tel-Aviv sur Seine» : Le propalestinien communiste Ian Brossat ne veut pas que l’on s’attaque à son grand père espion

    1. Laurence

      Ils sont en train de transformé une journée agréable en une poudrière !!!!!

      Mais c’est pas possible tout de meme !!!

    2. PAUL

      Brossat c’est celui qui souhaite remplacer le Sacré-Coeur par un « espace de solidarité » , tu auras les descendants chouans sur ton chemin Brossat , si tu touche à la basilique
      st Michel Archange , veillez sur nous

    3. Alauda

      @Paul,
      Le mur de Berlin n’est toujours pas tombé dans la tête de nos cocos, c’est pourquoi ils se sont repliés derrière le seul mur qui leur semble inacceptable. Peut leur chaut de passer pour des dinosaures du grand soir, pourvu qu’ils puissent s’indigner haut, fort et à contre temps.

    4. sarah

      Il faut comprendre une fois pour toutes que, pour les communistes,, leur idéologie est leur vie même et que tout ce qui faisait leur vie avant n’existe plus une fois qu’il épouse cette idéologie. Ils effacent alors toute leur identité et leur culture le jour où ils deviennent communistes.
      Ils ne sont donc ni juifs, ni arabes, ni chrétiens, ni noirs, ni blancs, ni polonais, ni roumains, ni bulgares, ni chinois, ni sud-américains,,etc, etc, etc….

      Dans le film « Indochine », l’acteur joué par Noiret résume parfaitement la situation en une phrase à propos des camps d’embrigadement communistes.
      Il dit à l’actrice jouée par Deneuve qui veut y retrouver sa fille adoptive : :
      « Tu y rentres parricide, violeur, tueur en série, trafiquant en tout genre, mafieux, et tu y ressors COMMUNISTE »
      ;La machine à laver le cerveau fonctionne à merveille et le produiti de lessive ne lave pas plus blanc que blanc comme disait Coluche mais c’est bien pire que cela, c’est un détergent puissant..

    5. PAUL

      hélas , comme le sinistre G Boudarel, , qui rejoignit le Việt Minh et se rendit après une longue marche au Tonkin où, en 1953, il fut nommé commissaire politique dans un camp de rééducation de prisonniers, le camp 113. Il n’eu aucune pitié pour ses compatriotes français ,
      le communisme est intrasèquement pervers , cela ne m’étonne pas que les cocos fassent alliance avec les islamistes pour détruire l’âme de la France ;
      on dirai que ces gens n’aiment pas la vie
      @ demain à Tel Aviv sur Seine

    6. PAUL

      @3.Alauda ; je connais un parfait coco qui aimait bien le mur de Berlin , côté Est surtout ; il fut dépité quand le mûr est tombé ; par contre quand Israel a construit le sien pour se défendre des attaques terroristes , il a trouvé cela scandaleux ; dans le 1er cas , on empêchait les gens de sortir , dans le second , on les empêchent de rentrer ; il n’a toujours pas compris la différence le boulet ; ou feint de ne pas comprendre

    7. arié

      Je précise avant d’aller dans le vif du sujet que j’ai ditt plusieurs fois sur cesite que j’avais des tendances homosexuelles et la dernière fois, c’était lors du meurtre de la jeune fille dans la Gay Pride à Jérusalem (allez vérifier Monsieur Brossat). L’assassin de cette jeune fille est un ultra-orthodoxe « juif » antisioniste et anti-israëlien (en cela, ce meurtrier ressemble à Ian Brossat et au FG) et il ne représente en rien l’Etat d’Israël qu’il déteste d’ailleurs, car cet Etat est très favorable aux homosexuels jusqu’à leur accorder la GPA..

      Par contre, qu’il aille vivre à Gaza ou dans une autre contrée musulmane puisque leurs dirigeants et leurs citoyens y sont tellement humanistes pour le FG. Dans ces pays, à cause de son homosexualité, au mieux, on lui mettra en prison avec son compagnon, au pire, on leur coupera la tête ou on les pendra avec quelques tortures avant.
      Je le mettrai bien avec son mari dans un avion pour Ryad, Doha ou Dubaï pour quinze jours de vacances d’où ils ne reviendront jamais et cela fera deux antisémites-antisionistes de moins en France.

    8. Alauda

      @PAUL,

      Merci pour votre exemple qui valide ma blague : trop géniale, la conclusion sur le Dalton !
      Bonne journée ensoleillée jeudi. Trop compliqué pour moi d’y aller. Les socialos privent désormais les provinciaux du seul moment de l’année où les parkings étaient gratuits… jusqu’à cet été. Plus mon chien qui n’a plus de gardienne, émigrée dans le sud. Tant pis !

    9. arié

      Est-ce qu’on l’a entendu se plaindre des condamnations à mort d’homosexuels dans les pays arabo-musulmans ? Non.
      Lisez le commentaire 4 de Sarah. .

    10. Laurence

      Publié le 10 août 2015

      Incendie criminel de Douma : Israël relâche tous les individus juifs arrêtés dimanche

      ISRAEL-COLLINES

      Les services de sécurité israéliens ont relâché lundi tous les individus arrêtés hier dans l’enquête sur la mort d’un bébé palestinien et de son père dans un incendie attribué sans la moindre preuve à des extrémistes juifs.

      « Tous ceux qui ont été arrêtés hier pour interrogatoire ont été relâchés », a déclaré une porte-parole du Shin Beth sans préciser le nombre d’individus concernés.

      Le Shin Bet et la police israélienne ont arrêté dimanche en Judée-Samarie dix membres de localités juives non reconnues officiellement par l’État d’Israël.

      Les autorités israéliennes, sans la moindre preuve irréfutable, ont immédiatement cautionné la version palestinienne d’une attaque juive contre deux maisons palestiniennes. Une enquête est toujours en cours.

      En 2000, lors de la controverse Al-Dura, l’armée israélienne avait hâtivement reconnu sa responsabilité dans la mort supposée d’un enfant arabe palestinien de 12 ans, Mohammed al-Durah. Après plus de 13 années de polémiques, le 19 mai 2013, le gouvernement israélien est officiellement revenu sur sa position, imputant la mort de l’enfant à des tirs palestiniens.

      Yaakov Tanenbaum – © Le Monde Juif .info |

    11. Laurence

      Publié le 11 août 2015

      « Tel-Aviv sur Seine » : Hidalgo justifie l’événement avec une argumentation anti-Netanyahu

      HIDALGO

      La maire de Paris, Anne Hidalgo, a justifié mardi l’événement Tel-Aviv sur Seine en axant son argumentation uniquement en opposition au gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et aux « extrémistes » juifs.

      « Même dans le contexte enlisé et violent du conflit israélo-palestinien, Tel-Aviv reste une ville ouverte à toutes les minorités, y compris sexuelles, créative, inclusive, en un mot une ville progressiste, détestée à ce titre en Israël par tous les intolérants. », explique Anne Hidalgo dans une lettre ouverte publiée dans Le Monde.

      « C’est à Tel-Aviv qu’ont eu lieu les manifestations de solidarité les plus impressionnantes avec la famille de l’enfant palestinien brûlé vif par des fanatiques. Et c’est de là-bas que, le 1er août, son oncle a pris la parole pour s’adresser à la foule venue partager sa douleur. », poursuit l’élue alors qu’en l’état de l’enquête aucune preuve irréfutable n’implique dans l’incendie criminel les extrémistes juifs décriés ces derniers jours par les dirigeants israéliens.

      « Au-delà, comme maire et comme femme politique engagée en faveur de la paix et du vivre ensemble, je ne saurais rendre une ville ou une population comptable de la politique de son gouvernement. Ce serait mépriser la démocratie locale et donc la démocratie tout court. », justifie-t-elle.

      « S’agissant ici de la première ville d’opposition en Israël, ce serait au mieux grotesque, au pire contre-productif. On peut condamner la politique du gouvernement Nétanyahu sans punir la population israélienne et nous punir nous-mêmes en refusant tout échange permettant d’apprendre à nous connaître. », estime la maire de Paris.

      Pour rappel, les Israéliens ont réélu à trois reprises dont deux successives M. Netanyahu en tant que Premier ministre de l’Etat d’Israël, devenant ainsi le Premier ministre israélien ayant occupé ses fonctions le plus longtemps après David Ben Gourion, l’un des plus illustres pères fondateurs de l’Etat juif.

      Éric Hazan – © Le Monde Juif .info |

    12. Alauda

      @Arié,

      Je reviens d’une promenade sur le compte Twitvit de monsieur Brossat. Fruit de ma cueillette :

      1. Le 30 juillet, il évoque les victimes de la gay pride en ajoutant cette thèse englobante : « Combattre l’homophobie partout, sans relâche. » Mais je n’ai pas trouvé d’autres messages sur un autre pays dans le monde (hormis la France) depuis le début de son compte. Et il n’a pas dit sur celui-ci que l’assassin appartient au Neturei Karta, farouchement anti-sioniste.

      2. Aujourd’hui, il se moque d’une réflexion d’Estrosi : « Parmi les migrants, Daech s’inflitre ». Voici par quelle pirouette, il évite la réalité de cette menace :
      « La dernière fois qu'[Estrosi] a parlé à un migrant, c’était un milliardaire russe sur un yacht ? »

      Vu que Daech a menacé la France à plusieurs reprises ces derniers temps, vu que monsieur Brossat tourne cette menace (pour la population de France) à la rigolade, vu qu’il a l’air d’ignorer comment sont traités les homosexuels sous la houlette d’El Baghdadi, on va lui montrer en direct !
      « Irak : L’Etat islamique exécute publiquement un homosexuel en le jetant du haut d’un silo » dans la ville de Tal Afar. Info Europe-Israël, 07 août 2015

      Une exécution de plus. Il existe des photos, qui tournent sur son réseau social, que j’ai entrevues en passant. Images totalement répugnantes !

      S’il ose dénoncer les crimes des daechiens d’Irak, on saura qu’il est effectivement capable de « Combattre l’homophobie partout » ! Dans le cas contraire, on pourrait le taxer familièrement de « chiffe molle » ou dans un lexique mieux châtié « de petit monsieur sans grand caractère »

    13. MK

      il ne reste plus qu’à espère que Ian et son Mari n’adopteront pas d’enfants. Ainsi s’éteindra d’elle même la lignée de ces cocos antisionistes ! ouf !

    14. michel boissonneault

      c’est dans son ADN d’être un traître avec un grand-père comme exemple +
      il ne réalise pas la chance d’être homosexuel et de vivre en paix dans un pays démocratique mais aucun pays arabo-musulman accepterait SON marriage donc lorsqu’il manifeste contre Israel ou la communauté juive alors il prouve qu’il est juste un idiot utile au anarchiste-gauchiste-islamo-fachiste

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *