A Téhéran, le ministre britannique a notamment rencontré le gouverneur de la Banque centrale d’Iran Valiollah Seif afin de trouver des moyens de faciliter l’action des entreprises et des banques britanniques en Iran dès que les sanctions seront levées.

L’enthousiasme de Philip Hammond envers cet Etat qui soutient le terrorisme tranche quelque peu avec les propos acerbes et inamicaux qu’il avait tenus envers Israël à la veille de sa venue à Jérusalem au lendemain de la signature de l’Accord de Vienne.

 LPH Info