toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Pharaonique Obama ! par Shmuel Trigano


Pharaonique Obama ! par Shmuel Trigano

Le pacte nucléaire avec l’Iran caractérisera la fin de l’ère Obama. Elle est digne d’une saga shakespearienne. Monté au pouvoir à l’instar d’un dieu inaugurant une ère de paix mirifique – rappelons-nous le Prix Nobel reçu avant même d’avoir accompli quoi que ce soit! -, il termine sa deuxième cadence comme un Caligula jetant son pays et le monde entier dans une adversité violente et sans précédent dans l’histoire.

Etrange histoire, en effet, d’une puissance impériale apaisant son ennemi irrédutcible -pourtant un nain militaire face à elle – et abandonnant ses alliés les plus fidèles! Obama l’empereur fou, le Caligula de notre temps! Le pharaon hiératique et erratique! Il faut voir de plus près le personnage théatral. Son discours a toujours été évanescent et narcissique, centré sur son nombril; « Regardez-moi. Je suis un métis, Barack Hussein Obama, et mon père était kényan » Ce fut le seul argument de sa montée au pouvoir. Relisez bien ses discours de présentation, bien en phase avec la post-démocratie des postmodernistes où la valeur se fonde  dans la race ou le genre, voire la religion (« de paix »). Il exorcisait adroitement la conscience coupable de l’Amérique envers son passé ségrégationniste. C’est parce qu’il était noir, avant même tout argument rationnel, qu’il souleva l’enthousiasme quasi messianique de ses supporters dans le monde, et notamment en Europe.

C’était un choix commandé par la magie, la foi, mais pas la raison politique. Ce qui nous apparaît comme folie politique aujourd’hui s’avère en fait avoir été depuis le début une politique au service du déclin programmé de la puissance occidentale, de l’ouverture des portes de l’Occident aux Frères Musulmans, dans son propre pays, au Moyen Orient et dans une Europe devenue vassale, arrière cour de cette nouvelle Amérique du déclin.

Un tel personnage devait inéluctablement se heurter à Israël sur la voie de sa mégalomanie défaitiste. C’est un cas de figure connu dans l’histoire juive, c’est pourquoi j’ai évoqué Caligula[1] ou la figure pharaonique. Il s’était vu en « messager de la paix », l’acte essentiel de sa législature devant « régler » le problème palestinien, élevé au rang du problème planétaire le plus urgent, et calmer l’animosité anti-américaine du monde musulman. Mais ce projet s’est brisé sur le roc de la réalité. Comme celà ne marchait pas il s’est alors voulu l’héroïque porteur de la paix avec l’Iran théocratique et fauteur de guerre, pour finir par détruire l’ordre international dns un renversement des alliances vertigineux.

Mais son œuvre de destruction ne s’arréte pas là. Elle s’attaque maintenant au judaïsme américain qui, par deux fois, vota pour lui avec enthousiasme et… stupidité politique. Sommé de choisir entre lui et Israël, menacé très explicitement dans ses positions, il est en train de se briser en mille morceaux[2], entamant un déclin annoncé depuis pas mal de temps.

Je ne sais quel Armageddon apocalyptique, cette chute à l’abîme nous réserve mais aujourd’hui comme hier la confiance forte et résolue en soi même est pour le peuple d’Israël éternel la ressource la plus fiable, ce peuple qui défia autrefois l’ukaze pharaonique alors que se levait le « Dieu des Armées »! « YHVH, homme de guerre » (Ex. 15, 3)! Il y a en Israël des ressources spirituelles qui pourraient se relever de l’oubli!

Shmuel Trigano pour Europe Israël News

*À partir d’une chronique sur Radio J, le vendredi 21 août 2015

[1] L’empereur Caligula, dont la folie et la cruauté devinrent légendaires, exigeait des citoyens romains un culte à sa personne déïfiée, comme condition de la citoyenneté. Les Juifs refusant de rendre un culte à un homme, les seuls dans l’empire, ils se virent en proie à des progroms, notamment à Alexandrie, et exposés à la vindicte de l’empereur. L’histoire est racontée (« Légation à Caïus ») par le premier philosophe juif de l’histoire, Philon d’Alexandrie qui partit à Rome demander la grâce de l’empereur à la tête d’une délégation.
Cf.https://fr.wikipedia.org/wiki/Émeutes_antijuives_d%27Alexandrie

[2] Organisations (comme J Street soutenue par le milliardaire gauchiste Soros) et pétitions, se succèdent. 25 anciens dirigeants juifs, 340 rabbins (mais seulement 6% des rabbins américains), proches de J street, viennent d’accorder leur soutien au pacte avec l’Iran, etc…





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “Pharaonique Obama ! par Shmuel Trigano

    1. haBIBI

      Eh oui ! La « dieu »vénéré se révèle être un Diable !
      Les adeptes des trois religions auto-proclamées monothéistes, devraient se poser enfin les vraies questions quant à leurs croyances et à leur(s) dieu(x).

    2. yoniiii

      hi

      hussein obama ne fait que en accord avec ce qu il est en realité

      les veritable debile ce son les non juifs democrate
      debile profond oeuvrant contre eux meme et l occident

      et surtout les juifs democrate ouevrant contre l occident
      et contre eux , leur judaisme

      hussein a bien raison de detriure ses debiles

      ils ne meritent que la mort
      piusque ils on tout fait pour s auto detriure eux

      by

    3. Akerman Michel Israël

      Avec Hussein Barak Obama on est pas dans la tragédie shakespeirienne mais plutôt dans la fange munichoise qui a précédé le nazisme.
      Ce musulman proche des fous d’Iran et des Frères Musulmans est en train de faire un tort incroyable aux Etats-Unis incapables de réagir.
      Les Juifs américains, grands donateurs des Démocrates, n’auront pas assez d’argent pour amadouer ceux qui, au pouvoir aujourd’hui, vont les faire passer pour de mauvais citoyens !
      Israël sera là pour les accueillir s’ils se réveillent à temps !
      Shabbat Shalom.

    4. Cosak

      @ Yoni :
      NON tu ne peux pas , tu ne dois pas dire  » hussein a bien raison de détruire… » c’est indigne !

    5. madeleine

      Malgré des preuves réelles, des photos survolant les camps d’extermination, les témoignages, Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, etc. ne sont jamais intervenus pour sauver les Juifs enfermés dans ces camps. Pire, les Etats-Unis ont sauvé des responsables nazis, les ont logés, employés et naturalisés américains.
      Aussi, lorsqu’Obama dit officiellement, à propos de la bombe nucléaire iranienne, qu’il ne permettra pas qu’Israël soit attaqué, il ne faut pas en croire un mot. Nous sommes vaccinés 6 millions de fois contre ce genre de mensonge et de promesse.
      Je remarque aussi, que sans honte, sans honneur, la France a osé de présenter et faire la queue en Iran, au lendemain de l' »Accord » signé avec l’Iran. D’autres pays ont suivi la France qui a toujours été experte en prostitution, en dhimmitude et en cirage de pompes. Les valets français n’ont pas retenu les leçons du passé quand l’Etat avait vendu 80.000 vies juives (dont 11.000 enfants) aux nazis. Actuellement, par l’attitude des USA et de l’Europe, la France en première ligne, il faut en déduire que ces pays ont déjà choisi de sacrifier l’Etat d’Israël au profit de contrats juteux avec l’Iran. Triste constatation mais il fallait être bien naïf pour espérer plus d’honneur et de dignité des pays cités.

    6. ARIELLE

      Ai-je été la SEULE à jouer les pythies ? Du premier jour ou cet homme est devenu le représentant de la plus grande puissance du monde, j’ai dit à tous mes amis, que c’était un jour de deuil… Et que OBAMA était une catastrophe
      pour le monde civilisé.. Comme j’aurais aimé me tromper !

    7. ARIELLE

      Ai-je été la seule à jouer aux pythies ? Le jour ou cet homme est devenu le
      représentant de la plus grande puissance mondiale , j’ai dit à tous mes amis
      que c’était un jour de deuil , et qu’ OBAMA serait une catastrophe pour le monde civilisé…. Comme j’aurais aimé me tromper .

    8. GUED Gaqton

      UN AVEUGLEMENT QUI TROP DURE
      Shumel Trigano nous fait un constat sans appel de la néfaste politique supposée de paix d’Obama. La comparaison avec Caligula est amplement justifiée car si Caligula a scellé la décadence de Rome Obama a sonné le glas de la puissance américaine
      Le problème comment a-on pu croire un si long temps en un Obama homme de paix ?
      Les nations étaient en paix et à ma connaissance le seul conflit qui menaçait la planète était la menace de guerre était l’internationale de la terreur islamique.
      Justement les Etats-Unis étaient en guerre contre cette menace en Irak et en Afghanistan.
      Son premier acte de paix fut de mettre en accusation son prédécesseur qui avait engagé une guerre sans raison et inutile.
      Il 0fuit le combat et déclare avoir gagné la guerre et être en paix avec l’internationale de la terreur islamique..
      Résultat l’internationale de la terreur islamique prend le pouvoir et s’étend jusqu’en occident.
      L’Afrique et le moyen Orient était en paix.
      Dans son combat pour la paix voici qu’il décrète subitement que certains gouvernements musulmans étaient des tyrans et qu’il fallait les éliminer pour avoir la paix.
      Certes la Tunisie l’Egypte la Libye et la Syrie comme tous les Etats islamiques sont en guerre contre Israël et nous juifs. Par un aveuglement politique nous avons applaudit.
      Résultat à la place d’Etats et de gouvernements responsables de leurs actes de guerre Obama a tranquillement installé cette terreur islamique dégagée de toute responsabilité internationale laissant libre cours au crime se propagé à l’ombre de la paix.
      Toute la politique étrangère d’Obama a été de légitimer le meurtre de l’islam et ce qu’il entendait par la paix c’était d’imposer une paix islamique au peuple juif.

    9. mimile

      A/ son angélisme devant ces joueurs d’échecs que sont les perses n’a d’égal que sa fourberie.
      __ s’appelant Hussein, ils ont du lui vendre l’idée qu’il pourrait être l’imam caché qui doit ressusciter, celui-ci étant le petit-fils du sois disant prophète et fils d’Ali. quelle gloire pour lui, patron d’un milliard deux cents millions de dégénérés.
      j’ai écrit ‘sois disant prophète’ parce que Dieu ne choisit pas n’importe qui comme prophète, il suffit de d’étudier la vie de nos pères biblique, aucun d’eux n’a été un pillard, manquant à sa parole, ni un assassin, ni un violeur….
      B/ le comparer à Caligula, ouais… mais alors, à la vue de sa figure, il faudrait lui changer le nom en … Kelgueulila.

    10. BENTATA DAVID

      Le Professeur Trigano nous décrit la situation très triste crée par Obama.
      Fous sont les Américains qui ont voté même deux fois pour ce partisan de l’Islamisme.
      Obama ne sait pas ce que vaut le Coran qu’il respecte c-à-d le Coran de Médine
      qui est l’oeuvre d’un païen. Très triste de savoir combien le paganisme envahit le monde!

    11. Yéochoua

      Certes, mais on oublie que d’autres présidents américains avaient été frappés notamment par le syndrome de Jérusalem. Pour ne se limiter qu’à deux des prédécesseurs d’Obama, Bush et Clinton, je publiai sur un blog qui n’est plus en ligne les propos suivants :

      Le syndrome de Jérusalem et le culot occidental Par Yéochoua Sultan
      Source : http://vusouscetangle.blogs.nouvelobs.com
      Ce syndrome affecte des pèlerins chrétiens qui débarquent en Israël, et qui sont considérés au départ comme normaux. Dans le jargon des spécialistes, on dit qu’ils ne souffrent pas de troubles psychotiques préalables. Le docteur Katz du Centre de Santé Mentale de Guivat Chaoul en décrit les caractéristiques principales: sont sujettes à ce trouble des personnes très croyantes, d’âge moyen, qui ressentent le besoin inextinguible de visiter la ville seules. Ensuite, elles se vêtissent d’une toge et vont prêcher sur un lieu saint. En général, ce choc se produit lors de leur premier voyage. Ce problème dure tout au plus quelques jours et celui qui le subit ne se rappelle plus de rien quand il revient à lui. Le docteur raconte que l’intéressé se prend au passage pour une figure biblique.
      Un autre psychiatre de Jérusalem soutient que ce n’est pas Jérusalem qui les rend fous d’un seul coup. Pour lui, les troubles existent au préalable dans un état latent qui ne s’exalte et ne devient saillant qu’avec leur arrivée à Jérusalem.
      Ce que les médecins ne disent pas, c’est que plus le sujet est important dans son milieu et ses fonctions, plus son délire est grand. Ainsi, chez certains présidents américains, le personnage biblique qui sert de modèle n’est autre que le Rédempteur en personne, le Machiah décrit dans les prophéties. Bien sûr, le sujet ne l’avoue pas ouvertement, on risquerait à juste titre de ne pas le croire. Il pense pouvoir juger sans voir et sans entendre, mais à vue de nez.
      Quand ces sommités sont chez elles, le trouble se présente sous sa phase léthargique et reste modéré. Elles se prononcent sur tous les sujets, et donnent des conseils tous azimuts à tous les chefs d’Etats. Mais, qu’elles arrivent à Jérusalem, elles s’illuminent. Ces personnages s’allument. Ils se mettent à divaguer et à prophétiser, c’est du moins ce dont ils sont persuadés. Je vous avais parlé d’un pseudo-nouveau-prophète répondant au nom de Bush (prononcer bouche), et qui, un an avant la fin de son mandat, disait que des accords de son cru allaient être signés dans l’année ; il tenait un discours incohérent où il était question de la paix des temps messianiques. Le nouveau, qui vient juste de prendre son service, se met à donner des ordres apocalyptiques interdisant aux Juifs, à D. ne plaise, de s’étendre, de croître et de se multiplier. Celui-là, avec les commandements qu’il donne, il vaut mieux ne pas dire pour qui il se prend.
      Là où personne ne s’aperçoit de rien, c’est quand on oblige le pays tout entier à se prêter au jeu. Il y a une dizaine d’années, un certain Clinton, (prononcer Kleene-tonne) a ressenti cette incontournable pulsion de vouloir visiter la ville seul. Le hic, c’est que son pèlerinage dans la ville est parti de Tel-Aviv. Pour répondre à ses désirs inspirés par le syndrome, le pays a donc été immobilisé pendant plus d’une demi-journée. Les papes, comme les numéros 2 ou 16, plus modestes, n’éveillent pas non plus les soupçons quand le Kotel leur est exclusivement réservé, le temps de leur passage dans la ville, où ils doivent être seuls.
      Mais le dernier aspect du syndrome de Jérusalem, qui consiste à vouloir s’en prendre aux Juifs, interpelle une autre problématique qui atteint elle aussi le cerveau de certains chrétiens. Elle concerne le nombre des religions admises pour eux dans la capitale éternelle du peuple d’Israël. Selon les circonstances, il varie de un à trois. Si les chrétiens sont au pouvoir, c’est une: les croisés ont passé au fil de l’épée tous les Juifs vivant entre ses murailles quand ils ont investi la ville. On remarquera en passant que pour les musulmans, c’est une aussi, deux à la rigueur: pendant la période d’occupation jordanienne, aucun Juif n’a pu s’approcher du Mur Occidental du Temple.
      Le maximum, c’est trois, et c’est uniquement quand les Juifs sont au pouvoir, car il faut impérativement leur rappeler qu’il y a d’autres religions, que la ville est trois fois sainte, et qu’il faut être tolérant. Ces principes de fortune ne s’appliquent que lorsque les Juifs rentrent dans leur ville.
      Mais il y a quand même des limites: elle ne sera pas reconnue comme capitale d’Israël, quand bien même le pays souverain décidait de la rétablir comme telle. Les nations s’agitent et tempêtent contre l’ouverture d’un aéroport international inauguré à Ataroth, menaçant d’empêcher tout atterrissage d’un avion qui en décollerait pour une destination étrangère, quitte à le laisser s’écraser. Des dictionnaires considérés comme sérieux, encyclopédiques, mentionnent que Jérusalem n’est la capitale d’Israël que « d’après la Knesset. », comme si Paris était celle de la France « d’après le parlement ». Est-ce qu’un dictionnaire sérieux s’indignerait en proclamant que la capitale de la France est Lyon, ou que la capitale d’Angleterre est Manchester ? Les capitales seraient donc fixées par une commission internationale qui réfléchirait en fonction de critères arbitraires et bien définis. A moins que cette règle ne s’applique que pour Israël.
      Quand le malade s’enlise encore plus profondément dans son syndrome, il en revient à refaire diminuer le nombre de religions d’après la vision déformée que son trouble lui présente. Il cherche alors à interdire aux Juifs de s’établir dans leurs frontières. Le réveil risque d’être brutal. Mais, comme l’a expliqué le docteur Katz, à son réveil, il ne se souviendra plus de rien, comme l’autre, d’ailleurs.
      Ce qui fait vraiment peur, ce sont ces Juifs contaminés par la personne sujette aux crises aigües de ce fléau, et qui mettent sur pied des unités spéciales pour taper sur leurs frères. Quatre ans après, force est de reconnaître que ce ne sont pas des chrétiens frappés par le syndrome de Jérusalem qui ont anéanti la communauté juive de Goush Katif, mais des Juifs contaminés par des malades qui ne se souviennent plus de rien. Mais lui, le Juif, il se souvient, doublement, même. Ses textes sacrés, multimillénaires, le lui enjoignent: « Souviens-toi et n’oublie pas. » Le Juif n’oublie pas, ni cette tragédie qui s’est produite il y a quatre ans, ni celle qui à ouvert la route au dernier exil, il y a 1941 ans. Et c’est, avec l’aide de D., cette force du souvenir qui lui permettra de voir se reconstruire ses villes et son Temple en ruines, tout comme son Indépendance a surgi du souvenir des ruines de son glorieux passé.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap