toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Paris : 200 migrants clandestins squattent un lycée désaffecté dans le XIXe


Paris : 200 migrants clandestins squattent un lycée désaffecté dans le XIXe

Depuis vendredi soir, 200 clandestins, majoritairement des Soudanais et des Afghans, squattent un lycée désaffecté dans le XIXe arrondissement. Pour « apaiser les tensions avec les riverains », les membres du collectif «La Chapelle en lutte», font du porte-à-porte. Et organisent ce dimanche soir une fête dans l’enceinte du lycée..

Les cinq bénévoles enchaînent les étages, et parfois les échecs. En ce dimanche après-midi ensoleillé, les habitants semblent avoir déserté leur appartement. D’autres n’hésitent pas à leur claquer la porte au nez quand ils voient à qui ils ont à faire.

Au premier étage du bâtiment D de la rue Jean-Quarré, Nadjat est la première à ouvrir la porte. Elle prend volontiers le tract donné par les militants du collectif de soutien. «C’est très bien de se rencontrer et de discuter, les migrants ne me gênent absolument pas, ils ont le droit d’avoir un lieu pour pouvoir se poser». Après quelques minutes de discussion, elle avoue tout de même «avoir peur pour [s]a petite fille. Elle rentre toute seule le soir, et je ne peux pas m’empêcher d’y penser».

Malgré ses craintes, Nadjat compte bien se rendre au barbecue, équipée de couvertures et de vêtements pour les migrants. Mais dans ce quartier paisible, leur présence n’est pas du goût de tous. «Jusqu’ici nous avons été super bien reçus par les riverains et il y a beaucoup de solidarité, se félicite Lyes Louffok, affiche à la main et membre du collectif. Mais on a aussi appris qu’une pétition était lancée contre les migrants, notamment à cause du bruit.» Pour lui, c’est important que les citoyens se mobilisent en leur faveur, «comme ça, nous pèserons davantage dans le rapport de forces avec la mairie.» […]

Au septième étage, l’accueil est plus accueillant. Djamel, 44 ans, compte également venir à la petite fête : «Je suis d’origine algérienne, je peux donc comprendre leur situation. S’ils ne font pas de mal, et le temps qu’ils trouvent une solution, ça ne me dérange pas du tout qu’ils soient là. Mais ce n’est pas à nous de gérer ça, c’est au gouvernement de trouver des solutions.» Il reconnaît tout de même une gêne dans le voisinage :

«J’en ai parlé avec quelques voisins, et certains ne sont pas du tout d’accord. C’est vrai qu’il y a des gens racistes ici, ils n’aiment pas les étrangers…»

Miguel et sa femme Nadia sont très remontés contre l’occupation, à quelques mètres de chez eux : «On a été mis devant le fait accompli, on ne supporte pas ça. Il y a du bruit jusqu’à une heure du matin, ce n’est pas acceptable. Il y a beaucoup de familles ici. Nous, on paye un loyer, et eux squattent ce lycée, c’est illégal. C’est un lieu qui ne leur appartient pas.»

Au fil de la discussion, la tension baisse d’un cran. Les cinq bénévoles du comité de soutien expliquent leur démarche et la situation : «Ce sont les migrants qui ont été évacués du métro La Chapelle il y a deux mois. La mairie a proposé une solution pour certains d’entre eux, mais souvent loin de Paris, sans aide financière, sans nourriture et sans accès aux soins. Ils sont donc repartis dans la rue. Il y a plus de 11 millions de mètres carrés vacants à Paris mais la mairie ne veut rien faire.»

Face à ce problème, le couple tient également la municipalité pour responsable de la situation: «Qu’est-ce que la mairie a prévu pour eux ? Quelle est sa ligne de conduite ? Il faut qu’elle clarifie sa position sinon ça peut leur coûter des voix…» […]

 

source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Paris : 200 migrants clandestins squattent un lycée désaffecté dans le XIXe

    1. Laurence

      La maire de Paris avec les 200employés de la mairie un jour de travail sont partis aider les migrants à déménager
      Alors …

    2. Roland

      Que fait la justice, les forces de l’ordre ? Il suffi maintenant d’êtres des migrants clandestins noyautés certainement par des extrêmes gauchos pour être au dessus des lois dans la France à Flamby ? Dés que vous n’êtes pas d’accord devant le mépris de la loi, vous êtes racistes. Quand ils viendront pour envahir les logements des voisins, que va t’il se passer? Actuellement, le citoyen ordinaire en est presque arrivé a devoir défendre lui même le fruit de son travail. Ou allons nous? Tous ces africains ont hurlés contre le colonialisme, ils sont indépendants maintenant, qu’ils travaillent ans leurs pays pour les faires fructifier.

    3. Jacques

      C’est quand même fantastique cette propension qu’ont certains, surtout à gauche de taxer de « raciste » quiconque souhaite limiter l’immigration, et la contrôler.
      A la limite on pourrait parler de xénophobie (peur/rejet de l’étranger), mais pas de racisme.
      Et ce n’est même pas de la xénophobie, mais juste du bon sens : chacun chez soi, et les vaches seront bien gardées. Eux chez eux, et si nous voulons nous rendre dans leur pays, nous demandons un visa, voire faisons une demande de naturalisation si nous souhaitons acquérir la nationalité. Et pareil dans l’autre sens, c’est-à-dire pour qu’eux puissent venir en France. Ce n’est pourtant pas sorcier, c’est du simple respect d’autrui.
      Quant aux réfugiés, cela peut être un vrai problème, mais qui ne peut se résoudre par l’accueil inconditionnel et illimité de tous les réfugiés de la terre par l’Europe.
      D’abord, cela devrait être aux pays voisins d’accueillir ces gens en urgence, de façon provisoire et en attendant que la situation revienne, si possible, à la normale dans le pays d’origine. D’autant que des pays riches, donc à même d’assurer un accueil, il en existe au Moyen-Orient (Arabie saoudite etc.). De plus, plus un voyage est court, et plus facile sera le retour.
      Le vrai problème est celui posé par les « migrants » économiques, qui viennent chez nous pour y trouver un avenir meilleur, nous voyant comme un « eldorado », alors que ce n’est pas le cas (combien de gens vivant sous le seuil de pauvreté en France ?) ; d’autant que ce sont les forces vives de ces pays qui émigrent (voir le pourcentage énorme d’hommes jeunes parmi eux, parfois très diplômés), ce qui ne peut qu’entretenir la « dynamique de la pauvreté » dans ces pays ; et que de plus, ils ne s’embarrassent pas de respect de la loi pour s’introduire chez nous, ce qui est tout de même démarrer du mauvais pied.

    4. sarah

      Les juifs extrémistes condamnés d’avance par les médias européens ce week-end vont envoyer des millions de migrants dans cette Europe pro-palestinienne et pro-musulmane jusqu’à aire de ce continent une terre musulmane. Un certain nombre de juifs israëliens ont des bateaux et les autres achèteront un petit bateau de pêcheur pour juste amener ces migrants dans les eaux internationales et les mettre dans un canot gonflable avec téléphone satellitaire.
      Ils se feront juste payer le carburant et le prix qu’a coûté le bateau. .

    5. Slam

      Qu’est ce qu’on attend pour les loger, leur rembourser les frais du voyage, les payer leur ouvrir un compte en banque et en faire des citoyens français ? Ils sont l’avenir de la France ne l’oublions pas. Merci à Melanchon qui va en héberger une dizaine chez lui et à Besancenot qui compte en adopter plusieurs.

    6. Armand Maruani

      Un jour la vache n’aura plus de lait , Il faudra tuer la vache .

      C’est à dire la guerre civile .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap