toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Nucléaire iranien: Le conseiller de Khamenei « Les inspecteurs ne seront pas autorisés à voir nos sites militaires. Les missiles ne font pas partie de l’accord »


Nucléaire iranien: Le conseiller de Khamenei  « Les inspecteurs ne seront pas autorisés à voir nos sites militaires. Les missiles ne font pas partie de l’accord »

Dans une interview sur Al-Jazeera, Ali Akbar Velayati, conseiller du Guide suprême de la Révolution islamique Ali Khamenei, affirme : « Quelle que soit la façon dont les pays du P5+1 interprètent l’accord sur le nucléaire, il leur est strictement interdit d’entrer sur nos sites militaires ». Il ajoute : « la question des missiles ne fait pas partie de l’accord sur le nucléaire avec le P5+1 ».

L’interview a été diffusée le 31 juillet 2015.

Extraits :

Ali Akbar Velayati : Tout d’abord, permettez-moi de souligner que la question des missiles et des capacités de défense iraniennes ne faisait pas partie des négociations dès le départ. Peu importe les pressions exercées, l’Iran n’a jamais négocié et ne négociera jamais avec des pays tiers – l’Amérique, l’Europe ou tout autre pays – sur la nature et la qualité des missiles qu’il doit fabriquer ou posséder, ou sur l’équipement militaire défensif dont il a besoin. Ceci est hors de question.

Nous, en Iran, déterminerons de manière indépendante de quel équipement militaire nous avons besoin pour défendre notre pays, le régime de la République islamique, le peuple iranien et les intérêts de notre pays. Par conséquent, nous n’hésiterons pas à obtenir ces armes, à l’exception des armes nucléaires ou des armes de destruction massive, telles que les armes chimiques, qui sont interdites [par la communauté] internationale. Par conséquent, la question des missiles ne fait pas partie de l’accord sur le nucléaire avec le P5+1. Toute déclaration différente sur ce sujet est dénuée de fondement.

[…]

Quelle que soit la manière dont les pays du P5+1 interprètent l’accord sur le nucléaire, il leur est absolument interdit d’entrer sur nos sites militaires. L’entrée de tout étranger, y compris des inspecteurs de l’AIEA ou de tout autre inspecteur, sur les sites militaires sensibles de la République islamique, est interdite, quoi qu’il arrive.

Journaliste : C’est définitif ?

Ali Akbar Velayati : Oui, c’est définitif.

[…]

Israël n’osera pas attaquer l’Iran. S’il s’avisait de déclencher une telle attaque, d’importantes villes israéliennes seront entièrement rasées de la carte.

[…]

Les Etats-Unis nous accusent de soutenir le terrorisme et les terroristes dans la région. Nous demandons aux Américains : qui sont ces terroristes ? Leur réponse se résume au Hezbollah. Le Hezbollah libanais est-il un parti terroriste ? Nous sommes fiers du Hezbollah. Il défend son existence et l’existence des musulmans, des Arabes et des Libanais. Le Hezbollah a été le premier à infliger à Israël une véritable défaite. Nous sommes fiers de soutenir le Hezbollah, même si l’Amérique considère ce soutien comme un soutien au terrorisme.

Tout d’abord, nous devrions nous asseoir et définir ce qu’est le terrorisme et qui est un terroriste. Nous sommes d’avis que si vous défendez votre pays, vous n’êtes pas un terroriste.

[…]

Nous sommes tenus à l’accord de Vienne.

Journaliste : Comment percevez-vous la récente résolution du Conseil de sécurité ?

Ali Akbar Velayati : Nous ne sommes pas nécessairement tenus d’accepter toutes les décisions du Conseil de sécurité. Permettez-moi de vous donner un exemple important pour nous et pour vous. Le Conseil de sécurité pourrait adopter des résolutions en faveur d’Israël. Nous n’accepterons ni ne reconnaîtrons de telles résolutions. Voilà ce que les pays arabes et islamiques feraient. Ils ne reconnaîtraient pas ces résolutions. Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies allaient à l’encontre des intérêts de certains pays qui ne les ont pas reconnues. La République islamique iranienne ne cèdera pas à toute résolution internationale qui infirmerait nos intérêts stratégiques et notre souveraineté. Toutefois, concernant l’accord de Vienne, s’il obtient le soutien des autorités légales iraniennes, l’Iran y sera totalement engagé.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Nucléaire iranien: Le conseiller de Khamenei « Les inspecteurs ne seront pas autorisés à voir nos sites militaires. Les missiles ne font pas partie de l’accord »

    1. Laurence

      Les 5+1 ont accepter un accord biaisé d’avance
      L’iran a toujours dit que les sites nucléaires ne seront jamais visible par les inspecteurs
      Ils n’ont jamais caché la vérité pour les missiles
      Les 5+1 ont accepter un accord qui interdit a Israel de se défendre si l’iran l’attaque , c’est tout
      cet accord est contre Israel !

      VOILA L’ACCORD QUI A ETE FAIT !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap