toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’immigration – révélateur du gouffre entre l’Europe d’en haut et l’Europe des peuples


L’immigration – révélateur du gouffre entre l’Europe d’en haut et l’Europe des peuples


D’après un baromètre réalisé par les États membres de l’Union Européenne, l’immigration serait la préoccupation majeure des peuples d’Europe.

«L’histoire nous enseigne que les migrations améliorent le sort de ceux qui s’exilent mais aussi font avancer l’humanité toute entière». Cette phrase de Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU prononcée en 2004 devant le Parlement européen, exprime l’idéologie dominante, issue notamment de la mauvaise conscience coloniale de l’Europe, qui imprègne en profondeur la pensée de ses classes dirigeantes, ses élites médiatiques, politiques, intellectuelles .

Or, un sondage vient de révéler que l’immigration était aujourd’hui, désormais, la première préoccupation de 38% des Européens bien loin devant les questions économiques (Eurobaromètre, juillet 2015) . Ce n’est pas la venue régulière en Europe de personnes du monde entier, désireuses d’y travailler en respectant ses lois et d’y élever leurs enfants, disposant d’un logement et d’un emploi, qui suscite cette réaction, ni l’asile offert aux authentiques victimes de persécutions. Non, ce que rejettent les Européens, c’est le chaos migratoire, le sentiment largement partagé de l’impuissance tragique des autorités politiques – nationales comme européennes – face à des arrivées non maîtrisées de migrants qui forcent le passage par tous les moyens dans une Europe qui compte 20 millions de chômeurs et confrontée à des difficultés gigantesques, sociales, financières, politique.

L’Europe «d’en haut», politique comme intellectuelle, est dans l’impossibilité absolue de penser, de concevoir, d’essayer de comprendre ce malaise populaire. Pour elle, il est le fruit d’un obscurantisme, que reflète l’usage du mot méprisant «populiste» , d’une vue de l’esprit puisque le phénomène migratoire, par définition, se confond avec le bien.

Elle réagit exactement comme un apparatchik du Soviet suprême, dans les années 1950, auquel on aurait voulu expliquer que le «socialisme scientifique» n’est pas forcément l’avenir radieux de l’humanité.

Que peut-il sortir de ce gouffre entre l’Europe d’en haut et l’Europe des peuples?

– Scénario 1 – le pourrissement: tout continue comme si de rien n’était, sur la ligne actuelle, en essayant d’enfouir les problème et de détourner l’attention des peuples et de traiter leurs inquiétudes par le mépris. Peu à peu, à la faveur d’un chaos qui se répand, aux frontières comme dans les zones urbaines, nous assistons à un retour des nationalismes en Europe, une montée des tensions entre les États (France/Italie, France/Royaume-Uni); la défiance envers les politiques se généralise, s’exacerbe, les partis nationalistes, venus parfois de l’antisémitisme et du racisme, poursuivent leur vertigineuse ascension partout. Sur une vingtaine d’années, peut-être moins, on peut envisager l’arrivée de régimes autoritaires sur le continent, sinon de dictatures, un rejet viscéral de toute forme de solidarité européenne, des phénomènes de repli autarcique et une résurgence des haines nationalistes de la pire espèce.

– Scénario 2 – la prise de conscience: les autorités politiques nationales et européennes réalisent enfin le danger auquel elles exposent le continent européen. Elles s’affranchissent des dogmes, des idéologies, de l’ordre moral qui conditionnent leur comportement sur ces sujets depuis plusieurs décennies. Un principe simple doit dès lors effectivement prévaloir: l’Europe est certes un continent ouvert et hospitalier, en fonction de ses capacités d’accueil, mais personne ne peut entretenir le moindre espoir d’y entrer ou d’y rester illégalement, c’est-à-dire en dehors du respect de son droit et de ses lois (communautaires et nationales). En contrepartie de cette clarification, l’Europe entreprend un gigantesque effort d’aide au développement des pays sources de l’immigration.

Hélas, l’aveuglement obtus qui prévaut aujourd’hui, la terreur du qu’en-dira-t-on aussi, qui paralyse les élites politiques et intellectuelles, dans un climat de lâcheté et de narcissisme généralisé, me font plutôt pencher vers la première alternative mais comme souvent, je peux me tromper et je l’espère sincèrement…

Maxime Tandonnet décrypte chaque semaine l’exercice de l’État pour FigaroVox. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Histoire des présidents de la République, Perrin, 2013. Son dernier livre Au cœur du Volcan, carnet de l’Élysée, est paru en août 2014.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “L’immigration – révélateur du gouffre entre l’Europe d’en haut et l’Europe des peuples

    1. Alauda

      « Une Europe qui compte 20 millions de chômeurs » Mon œil !
      Rien qu’en France, ce sont 7 millions de chômeurs et de travailleurs à temps partiel ou stagiaires ou en service civique ou en contrats aidés, en CSP, ou chômeurs en fin de droit au RSA… A charge des actifs qui travaillent.

      Le gouvernement précédent préconisait une immigration plus sélective, sur la base des besoins en main d’œuvre de notre société. Les cris d’orfraie qu’on n’a pas entendus alors !
      Il est clair qu’un peu de sang neuf rajeunit une société. Mais la théorie du métissage à tout crin est en train de détruire ce qui faisait le sel de nos démocraties. On ne force pas le métissage culturel en faisant déborder le vase. La capacité d’absorption est limitée : la multiplication des violences commises par des populations mal intégrées en est le signe imparable.

      Le scénario 1 est probable, sinon certain, avec l’actuelle équipe. En trois ans, elle a passé au moins la moitié du temps à se gargariser de son entreprise de démolition du gouvernement précédent.
      Pour que le scénario 2 voit le jour, il faudrait un sacré coup de baguette magique dans la classe politique, une révolution copernicienne.
      Pour « aider au développement des pays sources de l’immigration », il faudrait commencer par désarmer les pays que les migrants cherchent à fuir, un travail de fourmi qui n’a manifestement pas été fait.

    2. Jacques

      Brillamment dit, Alauda.

      J’ajouterai que les pays d’où viennent ces « migrants » doivent aussi s’aider eux-mêmes, ils ne pourront vivre éternellement de l’aide que nous leur apportons ! et nous, nous ne pourrons indéfiniment intervenir, avec pour seule « récompense », souvent, d’être taxés de néo-colonialisme.
      Nous avons conquis nos droits civiques, politiques et notre niveau de vie en travaillant, en assumant nos responsabilités ; les Africains doivent en faire autant, et cesser de se comporter en enfants qui gémissent à la moindre difficulté.

    3. yoniiii

      hi

      deux solution l eurape devient eurabia
      pius muzz

      comme le moyen orient etaient chretien-juifs
      les 80% des population muzz au moyennne orient etaient chretienne et juifves
      et son devenu par la force muzz

      ou

      les peuple ce souleveront et ce sera la guerre civile

      est ce peront que cette derniere solution arrive

      l histoire humaine a prouve que certain peril trop important ne peuvent ce resoudre que par la force des armes

      c est ainsi

      by

    4. Alauda

      @Jacques,

      C’est clair.
      Anecdote. Quand on voit un jeune débarquer avec un probable faux passeport le rajeunissant de deux ans, un portable bien neuf et des velléités de prendre un appartement en location au bout de deux mois ; puis qui commence à se renseigner sur le prix d’un camion qu’il espère emmener (plus tard) dans sa Guinée natale, il y a de quoi se poser des questions sur cette migration économique masquée derrière les crises inter-communautaires que ce genre de personnage met en avant pour entrer.

      Une relation a travaillé aussi auprès de migrants : certains ne se cachent même plus de vouloir profiter du système (protection sociale).
      L’apprentissage de la langue, l’éducation des enfants, l’insertion sociale, tout cela demande du temps et l’investissement de multiples intervenants.

    5. Slam

      « – Scénario 1 – le pourrissement: tout continue comme si de rien n’était, sur la ligne actuelle, en essayant d’enfouir les problème et de détourner l’attention des peuples et de traiter leurs inquiétudes par le mépris. »
      C’est malheureusement le scénario le plus plausible. Les dirigeants n’aiment que rarement se tromper et l’avouer est pour eux un désaveu. Au même titre qu’Obama et son guignol vis à vis du nucléaire Iranien, les leaders européens feront la sourde oreille aux craintes des populations jusqu’à ce qu’un ou des Hitler, Mussolini ou Franco émergent et finalement entraînent toute l’Europe voire la quasi totalité de l’humanité dans une guerre qui pourrait se terminer en un holocauste sans précédent. Combien de millions de morts cette fois ?

    6. Patriote Amazigh

      Slam,

      Je suis d’accord avec vous, je ne pense pas qu’ils ont retenu les leçons du passé !

      Ils laissent la situation pourrir ce qui fera le terreau favorable d’un futur dictateur!

      C’est vraiment inacceptable ce comportement des dirigeants !

      Shalom,

    7. sarah

      L’Europe d’en bas se révoltera et ce sera la guerre civile. De toute façon, le fruit est mûr pour la cueillette, les blés sont mûrs pour la moisson.

      Remarque : pour que cela arrive encore plus vite, les juifs israëliens traités d’extrémistes et de tueurs d’enfants palestiniens par tous les médias européens et les politiques sans aucune preuve alors qu’ils ont pris des dizaines de gants dans l’affaire Merah prendront leurs bateaux ou s’en achèteront un pour inonder l’Europe de millions de migrants musulmans arabo-africains.

    8. esaü

      @ Sarah
      « les juifs israëliens … prendront leurs bateaux ou s’en achèteront un pour inonder l’Europe de millions de migrants musulmans arabo-africains. »
      Vous êtes juive ? Ca ne fait pas envie.

    9. Robert Davis

      Il est évident à 100% que c’est le scénario 1 qui va se concrétiser avec les nationalismes de retour et le multiculturalisme est une simauvaise idée qu’il faut même le souhaiter selon l’adage du moindre mal. En outre la lâcheté des dirigeants actuels est si grande que je ne crois pas à leur mauvaise conscience coloniale qui n’est qu’un pretexte pour MASQUER LEUR FUITE. Ils cèdent par peur, ils fuient par lâcheté après avoir encouragé l’immigration pourdes raisons futiles, les pots de vin qu’ils recevaient, l’économie à laquelle ils n’ont jamais rien compris et surtout à la PRRESSION DES MEDIAS qu’ils encouragent par les subventions car ils succombent au CHAOS. L’antisémitisme conséquence de l’antisionisme encouragé à fond par les gouvernements français qui continuent à l’encourager pour faire les…beaux et jouer à « el magnifico »…quoi de plus stupide et lamentable? quoi? la réaction des gouvernements israéliens! tous pourris.

    10. Yéochoua

      Scénario 3 : Dans un premier temps, les partis les plus offrants et les plus favorables à la propagation islamique continuent de se faire élire sur la base d’un fort électorat français de souche récente ou étrangère ; dans un deuxième temps, les élus français ne sont plus élus car les électeurs sont assez forts pour mettre au pouvoir des politiciens issus de leur secteur ; et dans un troisième et dernier temps, et en douceur, les Français d’autres tendances (à savoir celles qui prévalaient il n’y a pas si longtemps), se voient proposer la conversion ou le départ dans le meilleur des cas, ou la valise et le cercueil dans l’autre.
      Déjà, les élites quittent le navire, tandis que d’autres optent pour l’islam. Un reportage montrant une famille française fraîchement endoctrinée sous entendait que vu le changement de leur milieu urbain, et n’ayant pas les moyens d’aller ailleurs, et surtout en tant que blonds, ils n’avaient guère d’autre choix.
      Je peux me tromper, et j’espère que l’histoire ne me donnera pas dans ce cas précis raison. Quel est le pourcentage de population qui serait prêt à retenter 1789?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap