toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Jean-Pierre Chevènement : «La menace pour l’Europe n’est pas à l’Est, mais au Sud»


Jean-Pierre Chevènement : «La menace pour l’Europe n’est pas à l’Est, mais au Sud»

Chaque week-end jusqu’à la fin du mois d’août FigaroVox vous offre exceptionnellement un entretien réservé aux abonnés Premium. Cette semaine Jean-Pierre Chevènement qui nous donne une leçon de géopolitique. Deuxième partie.

Le 3 juillet dernier juste après les attentats Saint-Quentin-Fallavier, l‘ancien ministre de l’Intérieur et de la Défense confiait à FigaroVox sa vision très gaulliste de la politique étrangère.

Pour le Che , il ne faut pas se tromper d’ennemi: la menace pour l’Europe n’est pas la Russie, mais Daech. (…)

Quelques mois seulement après les attentats de janvier, la France a une nouvelle fois été victime du terrorisme. Avons-nous sous-estimé la menace?

Elle était tout à fait prévisible. J’ai dit à l’époque au président de la République que nous allions avoir devant nous des décennies de terrorisme. (…) Ils veulent le choc des civilisations, mais nous ne devons pas tomber dans ce piège. Il faut assécher le terreau sur lequel le terrorisme djihadiste se développe. (…) Mais il faut rejeter par avance toute culture de l’excuse!

Manuel Valls a donc eu tort d’utiliser le terme de choc de civilisation …

Il faudrait lui donner le temps de s’expliquer. (…) Mais la menace de ruptures majeures pour la France vient incontestablement non pas de l’Est, mais du Sud, notamment pour des raisons démographiques. Dans l’Afrique subsahélienne, il existe des pays dont le taux de fécondité va jusqu’à sept enfants par femme. Il sera impossible de promouvoir le développement dans ces pays s’ils ne font pas l’effort de se responsabiliser et si les religions ne nous y aident pas. (…)

Notre pays est en proie à une crise économique et sociale, mais aussi à une crise identitaire profonde. Ce type d’attentat peut-il déstabiliser la société en profondeur?

Nous avons des tensions liées à la situation économique et des tensions qui résultent de la concentration de populations immigrées dans certains quartiers ou dans certaines zones comme la Seine-Saint-Denis ou les quartiers Nord de Marseille. Tout cela témoigne d’une grande cécité historique de la part des pouvoirs publics. (…)

De même pour la Libye. Nous pouvions protéger Benghazi, comme le préconisait le mandat de l’ONU, sans pour autant faire tomber Kadhafi. Nous avons livré la Libye au chaos, comme les Américains l’on fait avec l’Irak. Dès lors, il ne faut pas s’étonner de voir les migrants déferler sur les côtes italiennes. (…)

Il faut se demander si le mot d’ordre «Bachar doit partir» était bien raisonnable. Nous avons aujourd’hui trois partenaire en lice: le régime de Bachar el-Assad, Daech et al-Nosra, c’est-à-dire Al-Qaïda. Je ne suis pas sûr que l’on doive émettre une préférence pour Daech ou pour al-Nosra. Nous sommes dans une situation où la France devrait jouer les intermédiaires entre un certain nombre de courants démocratiques et le régime de Damas, si déplaisant soit-il. Le régime syrien est un régime brutal et violent, mais qui a au moins le mérite de ne pas chercher à instaurer un Califat, y compris en Seine-Saint-Denis. (…)

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Jean-Pierre Chevènement : «La menace pour l’Europe n’est pas à l’Est, mais au Sud»

    1. Robert Davis

      Il a raison? il y a quelques années il disait le contraire, c’est un grand ami des arabes et un opportuniste.

    2. Jacques

      C’est un peu facile d’accuser les USA d’avoir déstabilisé l’Irak. Saddam Hussein était quand même un des pires dictateurs de la planète, qui avait le sang de millions de gens sur les mains, irakiens mais aussi étrangers (Koweit…).
      Alors peut-être que les USA et leurs alliés auraient mieux fait de le laisser « tranquille », mais ça on ne peut pas le savoir, car ce type était de toute façon dangereux et on ne sait pas ce qui serait arrivé s’il était resté au pouvoir.
      Cette façon de s’accuser des responsabilités et crimes des autres (l’Etat islamique en l’occurrence) est insupportable. Ce sont d’abord eux (et Saddam Hussein en son temps) les fauteurs de trouble et les criminels.
      A peu près la même chose en Lybie, nous n’avons pas à nous accuser encore et encore de la situation actuelle, qui est d’abord le fait des fanatiques musulmans. Cela fait le lit de ceux qui nous réclament réparation, et exigent de nous que nous accueillions toute la misère du monde sur notre sol, par une curieuse inversion des responsabilités.
      Ce que nos dirigeants ont à faire aujourd’hui, c’est empêcher le déferlement de clandestins, dont un certain nombre de djihadistes cachés, en Europe. Voilà notre responsabilité actuelle première. Et sans doute être moins interventionniste, laisser les autres se débrouiller avec leurs problèmes comme nous nous sommes débrouillés avec les nôtres dans le passé. Ou du moins intervenir de façon plus discrète, afin de ne pas être accusés de tous les problèmes du monde quand ils surviennent et de pouvoir nous concentrer sur nos problèmes intérieurs, qui sont bien suffisants comme ça.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap