toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël : « brûlé vif » ou « tué dans l’incendie de sa maison » ?


Israël : « brûlé vif » ou « tué dans l’incendie de sa maison » ?


Les journaux ont la liberté de choisir tel ou tel mot pour qualifier un événement. Le choix fait par les médias français est lourd de sens.

Jeanne d’Arc fut brûlée vive à Rouen. Michel Servet fut brûlé vif à Genève. La Voisin, dite l’empoisonneuse, fut brûlée vive à Paris. Des milliers de sorcières connurent le même sort pendant des siècles en Europe. Tous et toutes périrent sur le bûcher.
En Cisjordanie un bébé palestinien de 18 mois, Ali Dawabsha, est mort dans l’incendie de sa maison. Une maison incendiée par des extrémistes juifs. (Ndlr : pas de preuves pour l’instant attestant que cet acte criminel provient bien de juifs)

Ce décès a révolté, à juste titre, des milliers de Palestiniens qui ont crié leur colère et leur dégoût. La mort du petit Ali a aussi déclenché une réaction immédiate du gouvernement israélien : “les terroristes juifs seront châtiés”. Voilà les faits.

Et maintenant regardons les mots. Les médias français (journaux, radios, télévisions) reprennent en boucle la même expression pour nommer la fin tragique du petit Palestinien : “brûlé vif” ! C’est rajouter de l’horreur à l’horreur… C’est utiliser une expression incandescente, si l’on peut dire, pour rendre encore plus abominable l’acte des incendiaires.

S’agissant d’Israël, aucun mot n’est jamais trop fort !

En anglais “brûlé vif” se dit “burned alive”. Pas de trace de cette formule dans la presse britannique ou américaine. “Ali Dawabsha killed in house fire” (“Ali Dawabsha tué dans l’incendie de sa maison”) écrit le Guardian. “Burned to death” (“brûlé à mort”) écrit le New York Times. Aucun de ces journaux n’a eu recourt au “burned alive” (“brûlé vif”).

Loading...

La presse française a ses préférences. Plus de compassion pour les Palestiniens que les médias d’expression anglaise ? Même pas. Simplement, car c’est dans l’air du temps, plus, beaucoup plus, d’animosité à l‘égard des Israéliens. La compassion relève d’un sentiment humain parfaitement honorable. L’hystérie anti-israélienne, elle, n’est qu’une caricature grimaçante.

Dans un autre domaine, très proche géographiquement, on peut observer beaucoup plus de pudeur et de retenue.

Daesh diffuse régulièrement des vidéos avec des prisonniers à qui l’on tranche la gorge. “Décapités” lisons-nous. Non, pas décapités : “égorgés” ! Un mot très connoté,  qui pourrait peut-être choquer certains chez nous. Avec les Israéliens pas besoin de se gêner : ils sont si loin…

PS : Et avec les Israéliens, on ne s’embarrasse pas non plus à la Mairie de Paris. Celle-ci a eu l’affreuse idée (sans doute sous l’influence de quelques horribles sionistes infiltrés) d’organiser le 13 août à Paris-Plages une journée « Tel-Aviv -sur- Seine ». Elle s’en mord les doigts aujourd’hui, inondée qu’elle est par des tweets antisémites. Danielle Simonnet du Front de Gauche, élue de la majorité municipale, crie au scandale : « cynique, indécent ».

Bruno Julliard, adjoint d’Anne Hidalgo, se défend comme il peut : « Nous faisons la différence entre les Israéliens pacifiques et la politique colonisatrice de leur gouvernement ».

A y regarder de plus près, y a-t-il vraiment une différence entre Melle Simonet et M. Julliard ?

Mais le chroniqueur Claude Askolovitch a trouvé un argument imparable pour défendre le projet : « Tel-Aviv est une ville gay ! » Un bon Israélien est donc un Israélien gay. Quant aux autres…

Benoît Rayski

Learn Hebrew online

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 34 thoughts on “Israël : « brûlé vif » ou « tué dans l’incendie de sa maison » ?

    1. Laurence

      Non Décapité et pas égorgé , la personne a sa tete sur lui donc décapité !
      ET Pas ce que vous dites ;

      c’est quoi cet article il faudrait tout reprendre !!!

    2. Alauda

      J’ai lu cet article ce matin sur Atlantico, d’accord pour le début de l’analyse et le diagnostique psychiatrique de la presse française.
      Mais mais mais, l’article date du 10, c’est-à-dire hier : la rédaction d’Europe-Israël doit ajouter un correctif (auteurs non identifiés). En outre, le terme Cisjordanie n’est pas le plus approprié. Judée Samarie sonne mieux ! Je n’irai pas plus loin chercher des poux sur la tête de son rédacteur. Note : assez bien, mais peut mieux faire.

      Quand au terme « égorger », il est tout à fait juste étant donné les instruments utilisés à cet effet par qui on sait actuellement. En terme de résultat, c’est du pareil au même, sauf qu’un certain Guillotin, médecin, avait inventé un instrument de torture visant à abréger les souffrances des condamnés à la peine capitale. Donc il existe bien une différence entre les deux verbes.

    3. misterClairvoyant

      Dans les querelles entre voisins arrive de tout, même de vouloir duper l’opinion publique.

      Incendier la maison du voisin, cela arrive partout dans le monde, même à Paris d’incendier des foyers pour émigrés etc.

      L’incendie n’est pas toujours avec l’intention de brûler vif une famille ou en bébé, quand on met le feu aux poubelles et parfois c’est arrivé arrivée en France, mais comme la presse n’a pas pu trouver un juif pour l’accuser, on n’en parle plus.

    4. sarah

      Je travaille dans le milieu médical, on meurt le plus souvent d’asphyxie avec les fumées toxiques bien avant d’être brûlé. Pourquoi ce bébé aurait-il dérogé à la règle ??? C’est de la propagande journalistique. Les journalistes seraient-ils médecins ??? Ils ne sont même capables d’être journalistes. Le seule chose que ces voyous soient capables de faire, c’est de la propagande antisémite.

      Je suis triste pour ce bébé parce que c’est un bébé et non pas parce qu’il est palestinien et non pas aussi parce qu’il a été tué par des juifs : des bébés palestiniens meurent à Karmouk en Syrie et je suis triste pour eux aussi mais les médias n’en parlent pas parce que les assassins ne sont pas des juifs..

      Je voudrais dire à ce bébé :
      1- Petit, ils s’intéressent plus à ceux qui t’ont tué qu’à toi. Tu dois trouver cela minable. ;
      2- J’aurai été triste pour toi même si tu avais été tué par des Syriens à Karmouk, par des Jordaniens à Amman, des Libanais à Beyrouth, des barbares de l’EI.
      3- – J’aurai été triste également même si tu n’avais pas été palestinien..

      NB : Les assassins n’ont toujours pas été trouvés. La police israëlienne pourtant est une des plus compétentes du monde. Si ces assassins ne sont pas juifs, personne ne le saura pour de multiples raisons.
      Avec la propagande que les médias ont répandu, cette affaire ne peut plus être traitée sereinement et intelligemment.

    5. Yehuda

      Les mots utilises ont objectif d ajouter du fuel aux arabes non pas pour calmer Aussi bien du cote francais que des media israelien.

    6. Laurence

      pour un mot qui de toute façon n’est pas du tout agréable , le mot égorgé

      Ils égorges un mouton , la tete reste en place

    7. Alauda

      @Laurence,

      J’ai nourri des agneaux au biberon, enfant, à la campagne. Je sais.
      Boulevard Voltaire, l’été dernier a publié un article que je viens de trouver sur l’exécution des journalistes : « James Foley, Steven Sotloff et David Haines ont d’abord été égorgés, salement, au couteau, comme des animaux. »
      « Daech ou EIIL ? Décapité ou égorgé ? Les mots de la pudibonderie et du mensonge… »
      Si vous avez le courage de lire la suite… vous trouverez facilement. Tout le monde a vu les photos des exécutés habillés en orange. Combien ont compris l’horreur qu’elles ne dévoient pas ?

    8. Esther

      Le lundi 3 Août 2015 trois jeunes Juifs religieux a été arrêté par les services de sécurité israéliens . Pas de mises en accusation ont été présentés, aucune accusation criminelle déposée, aucune preuve présentée.
      Meir Ettinger, Aviatar Slonim, Mordechai Mayer.
      Se souvenir de ces noms.
      Ces trois garçons, âgés de 18 à 24, sont commandés incarcéré dans la prison de Rimonim pendant 6 mois, avec de possibles extensions ouvertes.
      ISS – Shabak essayant de connecter Aviatar & Morduchai au feu à l’église à Tabgha, avec Yehuda Asraf, Moshe Orbach et autres. Disponibilité de la preuve et l’issue des causes sont discutables, mais Aviatar & Morduchai sont punis comme si ils sont deja coupables. Mais de quoi ils ne sont pas implique dans le feu de la maison alors Comment étaient ces 2 Israéliens jamais trouvé à avoir culpabilité si l’enquête les a pas encore impliqué? Sont-ils les boucs émissaires pour l’objectif de pipi Netanayahu à appeaser la vermine de l’occupation arabe en Eretz Ysroel.

    9. Alauda

      @Laurence,

      Si vous me branchez sur la lexicographie, on n’a pas fini ! Il m’arrive de comparer le Larousse, le Robert, voire d’aller chercher des choses plus précises dans le TLF.
      Nathalie Sarraute, dans une page d’Enfance, répertorie tous les mots associés à l’idée de bonheur et elle ne trouve pas le mot juste qui correspond à son sentiment éprouvé à ce moment précis de son histoire. Nous sommes tous réduits à endosser le costume des mots avec ses rapiéçages.

    10. arié

      Lors de la décapitation, la tête est totalement détachée du corps. Lors d’un égorgement, elle ne l’est pas. Je l’ai appris lors de ma troisième année à l’Ecole d’Infirmières.
      Je ne connais pas pour contre les mots qu’on utilise pour les animaux: je pense que ce sont les mêmes.

    11. Harry Davidson

      « Une maison incendiée par des extrémistes juifs. (Ndlr : pas de preuves pour l’instant attestant que cet acte criminel provient bien de juifs) » alors pourquoi l’écrivez-vous ! C’est du journalisme qui incite à la violence, comme l’immonde et libé. Pas mieux.

    12. Christian De Lablatinière

      @Harry Davidson: c’est l’auteur de l’article qui utilise cette formule et nous rectifions avec le NDLR.

    13. Yehuda

      @Harry Davidson est juste c’est les media israelien ajouté a l’inconpetent Bibi et yalon qui ont montes cette histoire pour fin interne pour justifier un ‘terorisme Juif’ qui a du mal a etre trouver, il n’y a que les Juifs israelien a avoir capacite a invente une menace dont tout le monde se demande ou elle est.

    14. aa

      Revenant sur l’assassinat du bébé et du père palestiniens, au-delà de la compassion, je constate cette construction du palestinien victime dans le cadre plus large de la guerre de basse intensité,( démographie…) que finance l’argent du pétrole arabe via les opportunistes des journaux, des universités et d’autres « élus « .
      Nous entendons les voix de MILLIERS d’ arabes courageux pour vouloir s’échapper d’une certaine » tradition « musulmane, mais DES CENTAINES DE MILLIONS d’arabes pleurent sincèrement le bébé car il a péri AVANT d’avoir tué son Juif, son mécréant, son infidèle .
      Votons en Europe vers des fonctionnaires « élus » pour leur courage face à la mondialisation sauvage qui pollue la planète notre premier souci ( pas normal de fabriquer une assiette en Chine et de la vendre à New York…), et ensuite pour l’aide aux 7 milliards d’humains qui pour la plupart n’ont pas les moyens de s’éduquer hors des propagandes mortifères, antisémites, aveuglantes….

    15. Robert Davis

      Vous n’en avez pas encore marre de cette c.? ce bébé arabe n’est ni Servet ni jeanne d’arc, c’est…..zéro! C’est justement cette manie des juifs de monter en épingle tout ce qui peut leur nuire sous pretexte de « morale » croient-ils mais en réalité de masochisme qui pousse ceux qui ont besoin de boucs émissaires de les utiliser comme tels puisque doivent-ils se dire, ils AIMENT CELA ET NOUS CELA NOUS ARRANGE. Alors si vous aimez les coups, continuez mais ne dites pas ensuite, c’est….bon quand ça s’arrête. NON VOUS NE VOULEZ PAS QUE CELA S ARRETE!

    16. Maitre Huineng

      Pour Laurence la bêcheuse qui n’a pas l’expérience de l’égorgement : Dans les milieux salafistes algériens pendant la guerre civile 1991-2000 en Algérie, un ami tunisien musulman m’a dit qu’il circulait une video sur laquelle ‘on voyait un barbu déclarer :  » Moi, ce que j’aime c’est égorger quelqu’un et sentir son sang jaillir sur mon barbe » .

      Par ailleurs, il est de notoriété publique pour qui, comme votre serviteur, a longtemps fréquenté les musulmans, que quand un musulman égorge un être humain, il faut le faire avec un couteau à la lame ébréchée pour que la victime souffre au maximum.

      Afin cela est imposé par le verset 12 de la 8ème Sourate du Coran » Et ton Seigneur révéla aux Anges : « Je suis avec vous : affermissez donc les croyants. Je vais jeter l’effroi ( autre trad : la terreur ) dans les coeurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts. »

      En outre le verset 17 de la même Sourate du Coran en remet une couche  » . Ce n’est pas vous qui les avez tués : mais c’est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre) , ce n’est pas toi qui lançais : mais c’est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d’une belle épreuve de Sa part! Allah est Audient et Omniscient. »

      CQFD

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *