toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Colonisation, occupation illégale de Mayotte par la France: Nassurdine Haidari dénonce les « atrocités de la colonisation française »


Colonisation, occupation illégale de Mayotte par la France: Nassurdine Haidari dénonce les « atrocités de la colonisation française »

Depuis 40 ans la France occupe illégalement et colonise l’île de Mayotte dans l’indifférence totale de l’ensemble de la gauche « droit-de-l’hommiste » et de l’extrême gauche à l’indignation sélective. La ligue arabe a souvent rappelé que « l’occupation française de l’île comorienne de Mayotte était illégale ». Nassurdine Haidari , ancien élu socialiste et président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) dénonce « l’occupation de la quatrième île des Comores », Mayotte. D’origine comorienne, il est né à Marseille en 1978 .

De quel droit la France se maintient-elle à Mayotte ?

La question est occultée, alors que les données juridiques sont certaines: aucun droit.  La question posée est celle de l’autodétermination des peuples, qui est un droit inaliénable.MAYOTTE : Entre "prostitution,pédophilie,et occupation"!

Le temps des empires a pris fin, même si la France met bien du temps à le comprendre. C’est un processus considérable, entrepris depuis les années 1950, comme une marche irréversible vers le respect des souverainetés, et l’action actuelle de l’ONU s’inscrit dans l’achèvement de ce mouvement d’émancipation. Lors de l’ouverture de la session 2011 du Comité spécial de l’ONU sur la décolonisation,  Ban Ki-moon été clair : « L’achèvement du processus de décolonisation nécessitera des efforts concertés de toutes les parties concernées : d’abord et avant tout du Comité spécial, des puissances administrantes et des peuples des territoires non autonomes ».

Or, contre vents et marées, contre les principes et les traités, la France se maintient à Mayotte, comme si elle était là-bas chez elle. Mayotte est française ? Non, la présence française à Mayotte n’est qu’une occupation.

L’état du droit a été clairement dit par l’ONU. Le Conseil de Sécurité, spécialement avec la résolution n° 376 du 17 octobre 1975, et l’Assemblée générale, avec ses résolutions n° 3385 (XXX) du 12 novembre 1975, n° 31/4 du 21 octobre 1976, n° 49/18 du 28 novembre 1994 et n° 49/151 du 23 décembre 1994. Tous ces documents sont parfaitement accessibles et bien connu, sauf de ceux qui pensent que le colonialisme est l’avenir de la France.

La référence décisive est la résolution 3385 d’admission des Comores à l’Organisation des Nations-Unies. L’assemblée générale est explicite, affirmant : « la nécessité de respecter l’unité et l’intégralité de l’archipel des Comores composé des îles d’Anjouan, de la Grande-Comore, de Mayotte et de Mohéli, comme le soulignent la résolution 3391 (XXIX) du 13 décembre 1994 et d’autres résolutions de l’assemblée générale ».

Cette résolution rappelle que l’occupation par la France de l’île comorienne de Mayotte constitue une atteinte flagrante à l’unité nationale de l’Etat comorien, occupation qui viole les principes fondamentaux défendus par l’ONU et en particulier la résolution 1514 (XV) de l’assemblée générale du 14 décembre 1960 relative à l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux qui garantit l’unité nationale et l’intégrité territoriale de ces pays.

Dans cette résolution, l’assemblée générale de l’ONU a condamné les référendums des 8 et 11 février 1976 organisés dans l’ile comorienne de Mayotte par le gouvernement français qui sont considérés comme nuls et non avenus.

De même, l’Assemblée  a rejeté :

–  toute forme de référendum ou consultation qui pourrait être organisée ultérieurement en territoire comorien de Mayotte par la France ;

–  toute législation étrangère tendant à légaliser une quelconque présence coloniale française en territoire comorien de Mayotte. 

Cette résolution demande à la France de « se retirer immédiatement de l’île comorienne de Mayotte » pour « respecter sa souveraineté » et elle invite tous les Etats membres de l’ONU à apporter « individuellement et collectivement une aide efficace à l’Etat comorien et à coopérer avec lui dans tous les domaines pour lui permettre de défendre et sauvegarder son indépendance, l’intégrité de son territoire et sa souveraineté nationale ».

Donc, la France doit revenir à la légalité et rendre  ce qui ne lui appartient pas. Or, loin de respecter le droit, la France entend inscrire la violation du droit dans la durée, par la départementalisation. Ces législations internes, et qui ne tiendront pas devant l’ordre public international.

colonisation,comoresSur l’Ile de Mayotte, la France est un occupant, et n’a aucune souveraineté.  On attend toujours son contre argumentaire aux résolutions de l’ONU. Elle se contente d’user de son influence comme membre permanent du Conseil de sécurité et elle sait pourvoir compter sur le consensus dans l’opinion publique française, du fait de la méconnaissance entretenue du sujet.

L’Union des Comores, ou la société civile comorienne,  aurait beaucoup à faire, et elle y viendra tôt ou tard, car la souveraineté est inaliénable. Le temps qui passe ne règle rien. L’archipel des Comores a été admis comme Etat membre de l’ONU, regroupant un archipel de quatre iles : Anjouan, La Grande-Comore, Mohéli et Mayotte.

En 2011, tous les mécanismes juridiques, onusiens ou européens, existent pour rétablir le droit. La France peut conclure des accords de coopération avec l’Etat comorien, mais l’occupation militaire française de Mayotte doit prendre fin, et le plus tôt sera le mieux.

Source

Nassurdine Haidari , ancien élu socialiste et président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) dénonce « l’occupation de la quatrième île des Comores », Mayotte. D’origine comorienne, il est né à Marseille en 1978 .

Depuis une quarantaine d’années, les Comores ont tenté de raisonné la France et ont essayé de trouver une solution pacifique à la question mahoraise. Une entreprise qui s’est soldée par un échec cuisant tant la France n’a jamais montré le moindre signe d’apaisement. Au contraire, elle a continué à dicter sa loi, en départementalisant une partie du territoire comorien, en justifiant administrativement « sa prise de guerre » auprès des instances européennes et en demandant au peuple comorien de se soumettre au nouveau statut de Mayotte.

Face à cette énième provocation, les Comores n’ont plus le choix et ne pourront plus contenir le peuple. Les responsables politiques devront clarifier leurs positions en décidant de rompre les relations diplomatiques avec la France en ne s’interdisant pas de regarder vers d’autres pays pour assurer le développement et le rayonnement des Comores. Si ce combat vers les chemins de la dignité et de la liberté est un combat sincère des autorités comoriennes, il devra s’inscrire dans la rupture car la France n’est pas le seul horizon indépassable de l’Afrique et de l’océan Indien. Certains pays comme le Rwanda, qui ont décidé de se soustraire à l’influence néfaste des réseaux français en Afrique, ont retrouvé une souveraineté territoriale et une santé économique. Pourquoi pas les Comores ?

Nassurdine Haidari

Nassurdine Haidari

Face à l’outrance de l’occupation des Comores, la diaspora franco-comorienne devra également prendre ses responsabilités. Elle devra s’unir au-delà de toutes de toutes ses divergences et exiger des élus de la République française de défendre le droit contre la force et l’arrogance de l’injustice coloniale française. Elle devra mettre en place un « comité de vigilance » pour dénoncer avec l’ensemble des citoyens progressistes de France et des Comores, les atrocités de cette occupation illégale ; œuvrer pour préserver la langue, la culture, la fraternité et les traditions comoriennes en plaçant la récupération de l’intégralité du territoire comorien comme l’un des nombreux combats à mener. […]

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Colonisation, occupation illégale de Mayotte par la France: Nassurdine Haidari dénonce les « atrocités de la colonisation française »

    1. Eric

      Ce monsieur devrait cohérent: qu’il abandonne la nationalité française et reparte aux Comores. Dénoncer un pays comme étant colonialiste et y rester, quel manque de dignité… Quant à la démocratie, elle lui est étrangère: le reste des Comores a opté pour l’indépendance, tandis que Mayotte est restée française au nom du même droit des peuples à décider de leur destin. En attendant, les comoriens ne cessent de débarquer à Mayotte: ils votent avec leurs pieds…

    2. Marinel

      Il a raison !
      Il faut décoloniser !
      Commencer par la France en renvoyant tous les Africains chez eux dans leurs pays saint de musulmans, cette bonne terre d’Islam.
      Il faut qu’on décolonise Mayotte et surtout qu’on arrête de leur verser : Le RSA, les Allocs….
      On va faire des économies et du coup, les médicaments seront enfin de nouveau remboursé car nos salaires différé ne seront plus utilisé pour ces parasites.

    3. Armand Maruani

      Franchement qu’est ce qu’on a été foutre dans cette galère , Mayotte est à majorité muzz .

      Dans l’Océan Indien nous avons déjà l’Ile de La Réunion qui nous coûte assez cher et chaque début de mois vous voyez des queues interminables devant les distributeurs pour récupérer le RSA .

    4. capucine

      Mayotte 101 départements à majorité muzz avec une quantité de migrants….
      et de femmes qui viennent y accouchés pour leurs enfants deviennent français ….. »le droit au sol  »
      qu’attend la France pour rendre l’indépendance à cette île ???

    5. Armand Maruani

      C’est vrai que la France est dans l’illégalité et que Mayotte fait partie intégrante des Comores et tant mieux .

      Que la France rende Mayotte aux Comores et basta .

    6. Alauda

      D’après les écrits du Portugais Baltazar Lobo da Suza de 1557, la population de Mayotte est estimée à 12 000 habitants. « L’élevage des esclaves » par des élites islamisées y est attesté, décrit en 1521 par Piri Reis.

      Hélas, les colons français ont brisé ce paradis sur terre en important leurs inventions diaboliques : la photographie, le cinéma, l’aviation, l’électricité… après une colonisation tout aussi diabolique qui a libéré les esclaves (1846, application en 1848).

      Allez, Monsieur Nassurdine Haidari, il vous reste sans doute assez de bois de palmier sur votre île pour fabriquer un ordinateur à votre guise.

    7. bouvard

      c’est une excellente nouvelle partons de mayotte renvoyons les mayllotains chez eux et coupons leur les aides sociales TOUTES LES AIDES SOCIALES ouf que d’économies ensuite à qui le tour ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap