toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Bébé palestinien tué par des extrémistes juifs : à mon tour, je dis « pas d’amalgame » par Gilles William Goldnadel


Bébé palestinien tué par des extrémistes juifs : à mon tour, je dis « pas d’amalgame » par Gilles William Goldnadel

Un drame est un drame. Aucune excuse, aucune espèce d’indulgence ne saurait accueillir le geste ignoble d’avoir incendié cette maison en Palestine qui a occasionné la mort atroce d’un bébé palestinien.

Il ne s’agit pas d’une simple précaution : ce bébé palestinien est mien, et je ne fais aucune différence avec la mort insupportable d’un bébé israélien. Je n’ai pas attendu cette tragédie pour savoir qu’il existait au sein de la société israélienne, comme au sein de toute communauté nationale et religieuse, des fous, des exaltés, des crétins et des salauds qu’il convient de traiter avec la plus extrême sévérité. Je n’ai pas la religion des territoires, et je mentirais en disant que la coalition laïco-religieuse au pouvoir en Israël – imposée par un système électoral inepte – correspond à mes vœux les plus ardents.

Ayant pesé chaque mot au trébuchet de ma conscience, qu’il me soit permis à présent d’écrire que je ne saurais accepter qu’à nouveau un tel drame donne lieu à un psychodrame comme seul le conflit israélo-palestinien peut en accoucher, gros à nouveau de nouvelles catastrophes. Nous en avons, hélas, la triste habitude : en 1982, après le massacre de Palestiniens à Sabra et Chatila, succédant lui-même à celui, passé sous silence, de chrétiens à Damour, c’était Sharon le criminel de guerre et non les phalangistes. Après l’assassinat du malheureux Yitzhak Rabin, Benyamin Nétanyahou était déjà désigné comme ayant tenu l’arme du crime. Aujourd’hui, le même est censé avoir jeté le cocktail Molotov dans la maison incendiée. Comment expliquer, par exemple, que des journalistes français puissent vouloir faire porter l’entière responsabilité de la mort du malheureux petit sur un gouvernement israélien qui l’a pourtant dénoncée immédiatement comme « un acte terroriste » ? Ces commentaires ne  s’expliquent que par  la psyché très particulière d’observateurs qui se voudraient objectifs et rationnels.

C’est ici qu’une mise au point essentielle s’impose. L’immense majorité du peuple Israélien condamne sans appel l’incendie criminel. L’ensemble de la représentation politique israélienne, de l’extrême droite à l’extrême gauche, en passant par les partis religieux orthodoxes, le dénonce vigoureusement. Une manifestation nombreuse et plurielle a été organisée à Tel-Aviv le 1er août  pour le réprouver avec indignation.

Le 11mars 2011, dans le village d’Itamar, deux terroristes palestiniens pénètrent dans la maison de la famille Fogel. Ils assassinent les parents et égorgent trois de leurs enfants dont un bébé de 3 mois. Aucune manifestation n’a eu lieu à Ramallah. Si ce n’est de joie. Sondés, un tiers des Arabes de Palestine ont déclaré approuver le geste des assassins.
Un autre exemple. Le président de l’Autorité palestinienne, le « modéré » Mahmoud Abbas, s’est rendu à Beyrouth. Il y a donné l’accolade à un certain Samir Kountar, proche du Hezbollah et l’a traité comme un « résistant ». Or celui-ci avait été condamné en Israël pour avoir fracassé le crâne d’une fillette à l’aide d’une pierre. On trouve pourtant peu de commentateurs pour condamner cette complaisance chronique de la représentation politique palestinienne et d’une partie de la société palestinienne avec un terrorisme aveugle qui se poursuit dans l’indifférence absolue.

Je n’écris pas ces lignes amères seulement pour fustiger une hémiplégie morale et intellectuelle dont j’aurai passé une bonne partie de ma vie d’homme à expliquer les ressorts obscurs.
Il ne s’agit pas seulement d’une question élémentaire de justice et d’équité. Il s’agit, encore et surtout, de faire en sorte de ne pas alimenter de l’extérieur un conflit centenaire suffisamment passionné.
Il existe au sein de la société israélienne, et pas seulement à gauche, une classe intellectuelle qui s’impose à elle-même, au nom de la morale juive, des exigences éthiques particulières, sans égard aux actes de l’Autre. On ne peut qu’en prendre acte. Mais que des éléments extérieurs à la nation juive puissent décréter des normes et des conduites différentes aux adversaires en conflit et selon des critères mystérieux, relève de l’irresponsabilité intellectuelle.

Les uns vont trouver dans  l’absence de condamnation de leur conduite la plus extrême une compréhension de l’injustice qu’ils subissent valant encouragement à poursuivre selon les mêmes méthodes. Les autres, dans la systématisation unilatérale de leur réprobation, la preuve que, décidément et en l’absence de toute justice équitable, seule la force solitaire peut prévaloir pour survivre.

Il est étrange et inquiétant que les mêmes  qui répètent obsessionnellement « pas d’amalgame ! » lorsqu’il s’agit des crimes islamistes  soient infiniment moins précautionneux en d’autres circonstances. Si l’on veut sincèrement que cesse un jour cette  tragédie israélo-palestinienne, avec ses retombées  inflammables et criminelles également en France, encore faudrait-il s’essayer à ne pas l’alimenter par des jugements strabiques.

Gilles William Goldnadel





Articles reliés


Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “Bébé palestinien tué par des extrémistes juifs : à mon tour, je dis « pas d’amalgame » par Gilles William Goldnadel

    1. sarah

      « Il est étrange et inquiétant que les mêmes qui répètent obsessionnellement « pas d’amalgame ! » lorsqu’il s’agit des crimes islamistes soient infiniment moins précautionneux en d’autres circonstances ». Tout est dit.

      Les médias n(ont jamais parlé et ne parlent JAMAIS de musulmans extrémistes pour les crimes de Merah, de Nemmouche, des Kouachi, de Coulibaly, dfe Sid Ahmed Glam, de celui qui a décapité Monsieur Cornara, etc, etc… Et pourtant tous ces crimes terroristes n’ont pas été commis à 4000 kilomètres dans un pays étranger mais en FRANCE; Les médias ont tout juste osé le terme islamiste.
      Le Président a t-il trouvé un mot à la place d’extrémistes juifs comme il a trouvé Daech pour Etat islamique afin de ne pas amalgamer et stigmatiser les musulmans français , terme que les médias ont repris immédiatement. ? Après, Hollande a eu les coui… de nommer Valls Premier Ministre m^me si sa femme juive supposée influencer son mari ( propos tenus par un ancien ministre SOCIALISTE que la PS n’a pas exclu) gêne certains au PS et à gauche de la gauche..

      LES MEDIAS SURTOUT PRATIQUENT LA POLITIQUE DU DEUX POIDS, DEUX MESURES ET LE CSA SE TAIT..

    2. patricia

      moi je dis qu il faut justement faire l amalgame avec les musulmans et non avec les juifs, on n a pas a nous dire comment penser,

    3. Alauda

      On ne peut effectivement pas amalgamer ceux qui ressentent la culpabilité dans leur conscience au point de prendre en charge toute la misère du monde sur leurs épaules et ceux qui, totalement imperméables à la notion de faute, se débarrassent de toute forme de commisération altruiste et ne pleurent que les leurs.
      Dans cette affaire, il me paraît pour le moins étrange d’user avant même que l’enquête n’ait établi les faits et l’identité des coupables au présent du mode de l’indicatif.

    4. Armand Maruani

      Quoi qu’il arrive nous serons jamais comme eux , nos ennemis le savent , les médias le savent et toute notre histoire le démontre .

      Nous condamnons tous les crimes quels qu’ils soient et surtout d’enfants car nous sommes hélas bien placés .

      Mais quand c’est un enfant Juif qui est assassiné on n’entend personne .

      Alors qu’ils arrêtent leur cirque .

    5. Esther

      Number conbien d’articles sur un mor bebe arab pendant qu’ aucun est fait sur bebe Juif assassine et enfant Juif qui souffre de blessure emotional et stress au sud d’Israel parce que du desengagement de villages Juive.

    6. Alauda

      Il semblerait que le seul témoin de cette triste affaire soit un grand adepte de FB, via un compte twitwit. Dommage que sa langue écrite comme orale me soit étrangère ! En trois jours, il est probable que son nombre de posts excède le nombre total d’articles écrits sur le sujet en français.

    7. Marie

      Une seule solution : faire peur aux médias en éliminant des journalistes connus pour leurs mensonges sur Israël
      Éliminons cette racaille de journaliste qui ne méritent plus d’être présents

    8. habib

      Je bien de lire les commentaire et c est a gerber vous étés vraiment des fils de pute aucune condamnation de votre part ont est 6 millions de musulmans français bien plus que votre communauté juif je sais ca vous fai mal mais va falloir l accepter ou alors cognez vous contre un mur?

    9. Christian De Lablatinière

      Une fois n’est pas coutume mais nous allons publier ce commentaire agressif d’un musulman dont le pseudo est habib l’adresse email est [email protected] et l’adresse IP 81.67.41.106 localisée à Lompret (près de Lille), allée du Petit pas dont l’hébergeur est Numéricable (société appartenant à un Juif…)

      Ce commentaire illustre toute la haine antisémite des musulmans…. Nous envoyons également une copie aux services de Police spécialisés dans la traque des délinquants internet…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap